Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce petit récit nous est envoyé par Roccu Rogliano, militant de la première heure de la lutte nationale corse. 40 ans après les évènements d'Aleria, ces quelques lignes, écrites sans volonté d'apologie ou d’auto-glorification sont un témoignage, modeste et sans fard, de l'un de ces brefs instants durant lesquels la petite histoire, celle d'un adolescent de 19 ans, rejoint le grande, celle d'un peuple tout entier. L'un de ces moments-charnières où, au terme d'un processus de prise de conscience puis de révolte porté à incandescence, tout bascule. En cette nuit du 27 au 28 août 1975, Bastia prend des airs de Belfast et chacun comprend que "rien ne sera plus comme avant".

"Il y eut d'abord l'annonce de la dissolution de l Action Régionaliste Corse ( ARC ), une semaine après la révolte d Aleria.
De jeunes autonomistes, militants ou non de ce mouvement, commençaient à converger vers le siège de l' ARC, situé au fond de la place Saint-Nicolas.
La tension était palpable .
Je me souviens d un jeune homme-qui restera anonyme- portant le buste de Pasquale Paoli qui trônait au local du mouvement.
Plus la nuit tombait et plus le fond de la place Saint-Nicolas se remplissait de jeunes et moins jeunes.
C' est à la nuit tombée que débarquèrent des bateaux venus de France les troupes d occupation arrogantes, menaçantes et qui hurlaient des insultes anti corses du style "on va baiser vos femmes etc etc.."
Pour ma part, avec un autre jeune que je ne citerai pas, nous avions pris pour cible un groupe de CRS qui barrait la route au bas du local de l'ARC.
Après nous être assez approchés d'eux, nous avons lancé L'un des tout premiers cocktails Molotov de cette nuit d émeute...
La suite fut charges de CRS, grenades lacrymogènes contre tirs de pierres, de bouteilles de cocktails Molotov.
Les banques furent incendiées et le siège d'Air France, qui se trouvait là à l'époque fut saccagé aussi..
Plus tard dans la nuit je me souviens d'un groupe d'hommes cagoulés et armés nous demandant de nous écarter...les premiers coups de feu retentirent.
Voir ces scènes armées fut pour moi un évènement totalement nouveau qui, je l'avoue, m'impressionna et me marquera durablement.

A l'aube, nous vîmes arriver les chars et automitrailleuses venant de la base de Solenzara.
Cette révolte d une partie du peuple corse fut, après Aleria, l'avant garde politique qui allait conduire les révolutionnaires de l époque à la constitution du premier mouvement clandestin unifié et armé.
Le FLNC vit le jour quelques mois plus tard, qui battrait en brèche les thèses réformistes de l'autonomie interne.

Nimu si pò scurdà di quelli ghjorni ...

Dà seguità ...

Partager cet article