Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce 27 septembre 2015 peut être considéré comme une date historique pour la Catalogne et l'Europe des Peuples. Les élections régionales qui se tenaient ce jour-là ont donné une nette victoire aux forces indépendantistes unies qui obtiennent la majorité absolue des sièges ( 72 SUR 135 ) au parlement régional.Les deux listes Junts pel Si (« Ensemble pour le oui ») et la Candidature d’unité populaire (CUP, extrême gauche) ont cependant échoué à obtenir la majorité absolue des voix, plafonnant à 48 % des voix.

L'épreuve de force est désormais engagée avec un État espagnol soutenu par la Commission Européenne, les régimes centralistes français et britanniques et l'OTAN, alors même que la revendication catalane se développe dans le respect des règles démocratiques dont se prévalent toutes ces institutions. Une attitude de fermeture radicale à première vue peu compréhensible, les structures politiciennes catalanistes étant, comme leurs homologues écossaises ou corses, totalement "sous contrôle". Les principaux dirigeants et partis ont tous fait allégeance aux dogmes du mondialisme ( libéralisme social et sociétal, immigrationisme, etc ...). Tous collaborent à "l'opération migrants" déclenchée simultanément dans toute la Zone d'Occupation Américaine ( ZOA ) en Europe. Très symboliquement, la liste "ensemble pour le Oui" était menée par Raul Romeva, un ancien député européen écolo-communiste.

Mais en réalité, les centres de pouvoirs atlanto-mondialistes, qui avaient mobilisé tous leurs roquets ( Sarkozy, Rajoy, Cameron, Valls ..) derrière le camp du status quo, perçoivent clairement la dimension profonde, essentielle, des démarches indépendantistes et autonomistes en Europe. Quelles que soient les proclamations affichées des porte-paroles, la victoire catalane du 27 septembre est celle du NATIONALISME ETHNIQUE. L'éveil politique des Peuples-Patries se transcendant en une conscience identitaire européenne est en effet susceptible, par l'effet domino d'un instinct vitaliste assoupi mais latent, d’accélérer la désintégration du système de domination atlantiste en Europe.

Cette conscience des enjeux réels s'est traduite chez nos camarades de SOM CATALANS par une position "unitariste" pour les élections du 27 septembre ainsi exprimée : " La Catalogne est confrontée à une élection, dimanche, avec une forte charge symbolique dans laquelle le débat sur des points spécifiques est relégué au second plan, et qui fait face à deux positions: ceux qui insultent, nient humilient et soumettent notre peuple et ceux qui - bien que de manière peu claire et précise- s' opposent à cette situation et posent au premier plan la viabilité de notre existence nationale.
Dans ces circonstances, le peuple catalan conscient de ce fait, se mobilise et voit dans le vote «Ensemble pour Oui" une réponse aux attaques constantes du Parti Populaire en particulier et de l'Espagne en général. En ce sens là seulement SOM CATALANS s'unit au sentiment majoritaire du peuple catalan, et encourage à voter pour la candidature de «Ensemble pour Oui."

SOM CATALANS attribue les résultats serrés du scrutin à la colonisation de peuplement qui impacte la constitution du corps électoral : si le peuple catalan a voté très majoritairement pour l'indépendance, la "communauté de destin" s'est elle instinctivement opposée à l'émancipation nationale de la Catalogne malgré tous les gages donnés, comme cela fut constaté en Écosse, au Québec et dans nombre de contextes politiques similaires.

La période de confrontation qui s'ouvre exige l'unité la plus large possible en faveur de l'idée d'Indépendance. Mais au sein même du processus d'émancipation et par-delà ses aspects institutionnels et juridiques, voire politiciens, se développe la "seconde révolution", conservatrice, sociale, radicale, portée par des avant-gardes conscientes immergées dans le peuple, autour d'une conception du monde enracinée et transcendante. Cette lutte d'ordre principiel, métaphysique, constitue en réalité la trame implicite des bouleversements sociétaux et géopolitiques présents et à venir, en Catalogne comme partout en Europe.

A Squadra

Partager cet article