Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


   A Manca ( un temps "Naziunale" ) est une petite organisation de la gauche insulaire d'inspiration trotskiste, dont des militants se sont récemment engagés aux côtés de Simon Renucci pour les prochaines municipales ajacciennes.

 




Le texte publié sur leur site intitulé " Droite et nationalistes, le tour de passe-passe", illustre la fonction essentielle de ce type d'organisation : maintenir la croyance, vitale pour la pérennité du Système, de l'existence d'une Droite et d'une Gauche, aux idéologies,valeurs et intérêts fondamentalement antagonistes entre lesquels il faudrait nécessairement choisir ( Hollande contre Sarkozy, Giacobbi contre Rocca Sera etc ).
A Manca s'indigne de la présence aux ghjurnate di Corti, de jeunes politiciens aux dents longues incarnant la génération montante de l'UMP. Omettant le fait que l'on y subit également certains représentants du trés républicain et jacobin  Front de Gauche, A Manca attribue le rapprochement droite-nationalistes, au delà des combinaisons politiciennes locales , à des valeurs communes unissant ces deux familles politiques.
Parmi celles-ci figureraient le goût pour l'emploi de la force, le rejet de l'immigration, le refus du mariage gay et l'affirmation commune d'une appartenance à un "bloc occidental" chrétien.
Il convient donc, face à cet exercice de propagande à visée idéologique mais aussi électoraliste ( le soutien à Renucci contre Marcangeli, selon la ligne du Front de Gauche, bien loin des velléités révolutionnaires parfois  proclamées ) de rappeler certaines évidences aux jeunes et moins jeunes éléments de la mouvance nationale qui pourraient tomber dans le piège d'un discours en apparence radical mais en réalité totalement intégré au Système
L'emploi de la force n'est pas une valeur mais une méthode  indistinctement usitée par la droite libérale, le mouvement nationaliste ou la gauche mondialiste, comme le découvrirent à leur dépens les opposants au mariage gay, gazés, matraqués et emprisonnés par la police de Valls.

  Sur les thèmes de l'immigration et du mariage gay, l'on serait bien en peine de déceler la moindre convergence entre la plupart des mouvements politiques nationalistes et ceux de la famille libérale. Si la droite fait parfois mine de fustiger l'immigration à des fins de racolage électoral, nul ne doit oublier qu'elle en fut et reste  la première responsable de par la loi sur le regroupement familial instaurée en 1974 en France par le président Giscard d'Estaing, le premier ministre Chirac et le ministre du Travail Durafour ( passé à la gauche mitterendienne quelques années aprés).
Une politique globale inspirée par le Capitalisme destinée à briser la cohésion des classes ouvrières autochtones, largement plébiscitée par le petit patronat local au détriment de ses intérêts à long terme.
  Le mouvement national , corseté par l'adoption de la fumeuse notion de "communauté de destin", n'a jamais franchi les limites du politiquement correct , se contentant de fustiger l'immigration des Français et plus récemment des Européens de l'Est. Une position assurément bien éloignée de celle de l'UMP.
Pour ce qui est du mariage gay, l'on attendra encore longtemps  la moindre prise de position un tant soit peu claire des différents "chefs" et partis de la mouvance nationale.


Les gauchistes, infanterie coloniale du Mondialisme




  Quant  à la Corse chrétienne et au "modèle occidental" auquel se réfèreraient les deux mouvances, nul n'ignore que ce dernier se caractérise, non pas par l'application des préceptes de Saint Thomas d'Aquin mais par la dictature des MARCHANDS DU TEMPLE à laquelle ont fait conjointement allégeance la gauche et la droite en Europe. Un modèle occidental fondé sur le culte de l'Argent et le matérialisme dont les dirigeants officiels et occultes sont bien souvent apparentés à ceux de la mouvance trotsko-mondialiste dont est issue  A MANCA.

  Si l'on peut ( et  doit ) regretter et combattre la stratégie d'intégration et de dilution des structures nationalistes corses au sein du Système symbolisée par les pantalonnades cortenaises, l'on ne saurait l'attribuer à l'un des masques seulement que portent les gangs politico-affairistes qui se partagent les miettes de pouvoir local octroyé par la puissance occupante.
La  SEULE ligne de fracture, de confrontation idéologique d'aujourd'hui et de demain est celle opposant les tenants du Mondialisme ( de droate comme de gôche ) dont le jacobinisme n'est qu'une préfiguration destinée à être dépassée par le "progrès", et ceux de la Tradition , dont le Nationalisme et ses implications sociales doivent être un fer de lance appelé à se transcender dans la notion d'Empire Européen.
C'est au sein de ce cadre et de celui là seulement que se positionneront les forces politiques nationales corses dont l'ambition ne se résumera pas à celles d'un mouvement " de défense d'intérêt local".

A Squadra 

le texte d'A MANCA 

 http://www.manca-naziunale.org/wordpress/droite-et-nationalistes-le-tour-de-passe-passe/

Partager cet article