Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 Aiacciu a beau être, aux dires de certains, une ville "francisée", certaines traditions nustrale n'y demeurent pas moins bien vivantes. Ainsi l'élection municipale de mars 2014 fut annulée  par le tribunal administratif de Bastia pour "manoeuvres frauduleuses dans l'établissement des procurations" et "nombre significatif d'émargements irréguliers". L'enquête diligentée n'a pour l'heure pas déterminé lequel des deux clans en compétition au 2e tour avait le plus volé, le plus menti, le plus respecté les traditions de la vie politicienne insulaire. 

 

http://france3-regions.francetvinfo.fr/corse/sites/regions_france3/files/styles/top_big/public/assets/images/2014/12/04/urne_elections_municipales.jpg?itok=l1EGBNGI

 

L'élection se rejouera donc les 25 janvier et 1er février prochain. Le résultat final ne présente guère d'intérêt étant donné que le vainqueur appartiendra à "l'arc républicain" français et à l'un des camps incriminés dans les malversations de mars dernier. La seule dimension un tant soit peu politique de ce scrutin ne pourra être distinguée qu'au soir du premier tour. Elle résidera avant tout dans le nombre d'abstentionnistes qui auront en toute conscience refusé de cautionner la farce électorale à laquelle ils sont conviés. Mais aussi dans les rapports de forces entre les deux listes nationalistes et dans le score de celle du Front National.

 

La liste autono-modérée "Femu Aiacciu" a refusé de reconduire l'union nationaliste prévalant en mars dernier au prétexte du score médiocre obtenu . En réalité, elle inscrit sa démarche dans celle poursuivie dans toute la Corse par ce courant politique, qui s'articule autour de deux axes principaux : intégration au Système et "ouverture au monde", sous le signe du politiquement correct. Cette orientation globale fut symbolisée par la présence de tous les dirigeants autonomodérés de l'ile  venus soutenir la liste ajaccienne le 25 novembre dernier. Elle implique la mise à l'écart d'un courant indépendantiste susceptible de "déviance". 

 

La liste"Ajaccio Bleu Marine", est  présentée par le Front National. Emmenée par Mr Nadizi, elle prétend à une présence au second tour, pariant sur l'actuelle dynamique portant le parti lepéniste dans l'hexagone, mais aussi sur une campagne locale teintée d'un pseudo-corsisme visant les franges les plus précarisées de la population, hostiles au" mondialisme municipal" pratiqué à Aiacciu par l'ancienne majorité de gauche. Elle défend en réalité la ligne ultra-jacobine, laïcarde et donc anti-corse de Louis Aliot et du franc-maçon ( GODF ) Collard qui ont tous deux apporté un soutien officiel à Mr Nadizi.

 

Front National et autono-modérés représentent  les deux aspects d'une francisation-normalisation de la vie politique corse souhaitée en haut lieu, voués à étouffer le Nationalisme. Celui-ci sera représenté dans cette élection par la liste "Aiacciu Cità Corsa", qui défend dans son programme et réaffirme dans sa communication un principe fondamental, excédant le cadre local et politicien de cette péripétie électorale : " Le peuple Corse est la seule communauté de droit sur cette terre. Les politiques publiques doivent prendre en compte cette réalité, et être menées exclusivement au service des intérêts de notre peuple." Ce principe implique la rupture avec les politiques et les cadres institutionnels coloniaux en vigueur en Corse, mais aussi avec la pensée unique et l'idéologie dominante imposée par l'occupant.

 

Ainsi," Aiacciu cità corsa" revendique la priorisation des Corses pour les emplois municipaux et de la CAPA, et exige "d'adapter les politiques sociales en lieu et place des politiques sociales conçues pour les banlieues françaises et plaquées chez nous sans discernement".

 

Le Nationalisme et l'unité autour de l'idée d'Indépendance ont vocation à s'exprimer sans concessions, sur tous les terrains de luttes, y compris dans les contextes les plus glauques tels que cette élection ajaccienne.

 

A Squadra

 

 

 

Partager cet article