Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

     Poursuivant ses rencontres culturelles et sportives, CPN part à la rencontre d' une discipline sportive reconnue et désormais très répandue dans le monde entier : l' airsoft.  Esprit d'équipe et convivialité, tels sont les maitres mots de cette activité qui rencontre un succès grandissant sur notre ile.  
 
http://airsoft-sports.com/logo-index.jpg

Qu'est-ce que l'Airsoft en Corse?

Selon Polybe, auteur latin de l'antiquité, les corses étaient à l'époque "particulièrement entrainés en dehors des chemins frayés". La chasse, base de cet entrainement militaire dans un terrain rocailleux et touffu, permit de résister, avec la Sardaigne, aux romains durant deux siècles par une guerre d'embuscade. La chasse ayant une fonctionnalité sociale mais étant aussi un plaisir, d'une certaine façon, par leur coté ludique, les associations d'airsoft qui se développent actuellement dans l'île sont les héritières de cet état d'esprit où l'entrainement est la garantie de la liberté, au même titre que l'éducation et la conscience politique.


Pascal et Leatitia Pina sont responsables et membres "d'Armata Sotta", dont le siège se trouve à Porto Vecchio.

En quoi consiste l'airsoft?

Armata Sotta: "L'airsoft est un jeu sportif dont le principal moteur est l’imagination, le plaisir des scénarios que nous faisons évoluer en fonction du résultat des équipes sur le terrain. Son fonctionnement est fondé sur le fair-play, la mesure de toutes choses. nous utilisons des copies d'armes réelles qui tirent des billes de plastique dans les limites de la sécurité."

Depuis combien de temps vous êtes vous organisés?

Armata Sotta: "Depuis huit ans, mais cela fait trois ans que nous jouons avec les autres équipes corses."

Combien de participants?

Armata Sotta : "Dans la région de l'extrême sud, de trente à trente-cinq personnes, mais nous sommes entre quinze et vingt à s'entraîner régulièrement. Sur la Corse, nous sommes environs cent-cinquante joueurs à êtres regroupés mais il existent d'autres petits groupes isolés que nous ne connaissons pas encore. Il parait qu'il existe à Ajaccio une équipe composée uniquement de filles. Nous profitons donc de cet article pour convier ces joueurs occasionnels (ou vétérans) à nous contacter."

Est-ce un jeu à la portée de tous?

Armata Sotta: "Nous utilisons du matériel haut de gamme, plus solide, adapté aux réalités du terrain. Un budget complet pour une O.P. revient environ entre huit cent et mille euros en comprenant tout le nécessaire neuf de bivouac, l'équipement, les munitions, les répliques, la tenue et les accessoires. C'est un investissement sur environs deux ans."

Connaissez vous des difficultés particulières?

Armata Sotta: "En fait, dans l'extrême sud, nous connaissons les mêmes problèmes que les agriculteurs car rares sont les personnes qui font une autorisation écrite pour nous laisser un terrain à notre disposition. Ce qui pousse les joueurs à s'isoler dans le maquis et réduit la possibilité d'O.P. de grandes envergures. En revanche, les autorisations orales ne manquent pas."

Comment montez vous vos scénarios?

Armata Sotta: "Principalement en rapport avec les jeux vidéos et l'histoire locale, sans y ajouter de politique, l'objectif étant de passer un moment agréable ensemble. Nous nous différencions des "milsim", qui sont plus axés sur la marche, le conditionnement ou le développement tactique, par le "fun and play" qui est plutôt un défoulement avec des enchaînements très rapides. Un entraînement dure cinq heures entrecoupés de pauses. en réalité les combats durent trente-cinq minutes. Une O.P. douze heures, de jour et de nuit. Ce jeu correspond sans doute à une génération "technologique" de trente à trente-cinq ans en moyenne, mais nous avons des joueurs de vingt ou de cinquante ans. Dix filles participent régulièrement à nos rencontres."

Utilisez vous des billes bio-dégradables?

Armata Sotta: "Oui, quand nous sommes dans la campagne, mais ces billes ne sont pas encore au point technologiquement; elles sont dangereuses car elles se fragmentent plus facilement à l'impact et elles coûtent 20% plus cher. C'est pour cette raison que nous préférons jouer dans les bâtiments."

L'airsoft ne pourrait-il pas être intégré à une forme de tourisme vert?

Armata Sotta: "Il existe beaucoup de zone protégés en Corse et une O.P. engendre trop de piétinements. En réalité, un tel développement nuirait à l'airsoft; sans compter que l'on peut douter de sa rentabilité."

Avez vous des règles, des principes?

Armata Sotta:"L'airsoft est fait principalement de cela! Nous refusons l'uniformisation; le plaisir étant dans la diversité des expériences que nous tirons du terrain et que nous confrontons aux autres équipes. Cela nous permet souvent de prendre l'avantage. De cet façon, nous nous enrichissons mutuellement. Il faut souligner l'importance du chef d'équipe sur le quel repose la confiance du groupe. La base du jeu est le fair-play, mais aussi la liberté d'expression sur le terrain, limité par l'amusement et la convivialité. Ce qui est assuré par le respect des règles de sécurité. Le briefing d'un novice est long; il peut durer trois heures. Nous lui inculquons l'état d'esprit et les risques de ce jeu. En réalité, nous préférons êtres peu nombreux avec une bonne mentalité que de former des hordes incontrôlables. Ceux qui veulent se prouver quelque chose en faisant mal aux autres n'ont rien à faire avec nous!"

Ou se trouvent les autres principaux groupes de joueurs?

Armata Sotta:
Ajaccio: Corsica Airsoft, 3xS, A.R.T.
Bastia: Contractor 2B, Cors'air, G.T.I.A., D.E.L.T.A.
Balagna: "Les Mandaloriens", C.A.A.T.
Ghisonaccia: T.A.T., les M.A.C.A.C.
Portovecchio: Armata Sotta, que l'on peut contacter sur son forum Armata Sotta full subject ou sur la page Facebook Armata Sotta.

Comment êtes vous perçus par les corses?

Armata Sotta: "disons que 5% de personnes orientés politiquement voient en nous des pollueurs ou quelques milices du Temple Solaire, flanqués des judokas et des joueurs de golf. Nous n'avons pas vocation à convaincre mais à nous amuser. Ajoutons aussi le type de personnage "Qui-a-la-vraie-à-la-maison" que nous connaissons tous. En réalité, il s'agit d'un joueur refoulé. La grande majorité est curieuse, et au village, les vieux sont nos complices et s'amusent avec nous."
Pour conclure, disons que ces clubs airsoft créent un lien social intergénérationel que permet rarement notre société "modernisée". Observons la part importante de la contribution des filles à ce jeu. Armata Sotta appelle d'ailleurs à ce que de nouvelles amazones les rejoignent. Cet état d'esprit à la foi solidaire et "guerrier" est extraordinairement adapté à la société corse, et on peut considérer que l'airsoft a de beaux jours devant lui sur cette île. Et, comme le diraient les villageois qui nous voient bondir du maquis:
"Ô ziteddi! ridditti e...cumbatteti!"

Merçi à Pascal et Leatitia d'Armata Sotta.
Le forum d' armata sotta : http://armatasotta.fullsubject.net/  
Retrouvez aussi notre rencontre avec Eric Branca, pionnier en Corse du Wing Tsun : http://corsicapatrianostra.over-blog.com/article-wing-tsun-in-corsica-rencontre-avec-eric-branca-96791802.html  

Partager cet article