Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  http://www.psnse.com/uploads/pics/logo-stc.jpg

 

 

    Le 1er octobre dernier, Alain Mosconi rendait publique sa décision  de briguer le poste de secrétaire général du Sindicatu di i Travagliadori Corsi ( STC ) lors du prochain congrés prévu en juin 2014 . L'actuel secrétaire national aux transports et ses soutiens évoquent des divergences tant  sur la forme ( fonctionnement de la structure ) que sur le fond ( orientation générale )  avec la direction actuelle de l'organisation syndicale.

Les contestations sur la forme semblent se limiter à quelques dysfonctionnements montés en épingles et celles sur le fond à une volonté de donner un caractère plus "révolutionnaire" au STC. Rien,en réalité, qui ne justifie une telle tonitruence, les questions d'égo n'étant de notoriété publique pas de mise pour un militant du collectif comme A.Mosconi.

 

  Il convient donc, pour appréhender les enjeux d'une telle initiative, de s'intéresser à "l'arrière fond", celui relevant de l'IDEOLOGIE, qui en  constitue  le coeur et les raisons véritables bien qu'occultées pour l'heure.

 

Alain Mosconi revendique depuis longtemps sa proximité politique avec l'organisation d'extrême gauche mondialiste NPA et son ancien porte-parole Olivier Besancenot . En 2009 , Mosconi figurait sur la liste du NPA ( sud est de la France ) pour les élections européennes suite à un accord avec la direction de ce parti et sa branche locale A MANCA. Il apportera son soutien au candidat NPA Philippe Poutou pour les présidentielles 2012. Besancenot signe d'ailleurs la préface du livre d'Alain Mosconi "dans le sillage de la lutte" sorti ces derniers jours.

 

  Le NPA est la nouvelle mouture de l'officine trotskiste " Ligue Communiste Révolutionnaire " fondée il y plus de cinquante ans par Alain Krivine et Daniel Bensaïd, eux mêmes disciples de Lev Bronstein dit "Trotsky", qui incarna la branche la plus cosmopolite et anti-nationale du mouvement communiste. Depuis toujours l'axe fondamental de l'action des mouvances trotskistes demeure le Mondialisme et la destruction des peuples Européens . Aujourd'hui encore on retrouve le NPA, ses compagnons de route et ses "idiots utiles" au coeur de toute l'agitation en faveur de l'immigration de masse, de l'antiracisme obligatoire, des dérives sociétales ( mariage gay, théorie du genre)  et du politiquement correct. Loin, très loin de l'objectif affiché de révolution sociale et de défense des ouvriers. Ceux-ci ont d'ailleurs toujours massivement rejetté des organisations essentiellement composées de profs et d'étudiants attardés. En Corse, Besancenot , Poutou et leur idéologie ont suscité un rejet visceral, ne dépassant jamais les 1% des suffrages malgré le soutien d'Alain Mosconi et de la Manca.

 

         Comme le patronat, le NPA de Besancenot et ses affiliés locaux , militent pour l'immigration de masse..

http://www.resistons.net/images/2011/photos2011/Images_Midi_Libre/01_02_12_Manif_sans_papiers_npa.jpg   

L'activisme et les stratégies des groupuscules trotskistes se caractérisent, de manière quasi-anthropologique par l'entrisme, le noyautage, la mise en oeuvre de méthodes de basse police  ( dénonciations des opposants, attaques ad hominem, constitution de dossiers et de fiches ) et de tentatives d' imposer une  "police de la pensée " veillant à l'application des dogmes et mots d'ordre mondialistes. L'on doit donc s'attendre à retrouver dans la propagande des amis de Mosconi, les inévitables références aux "droits de l'homme", à "la lutte contre les discriminations et le racisme" et le culte rendu à la "communauté de destin" c'est à dire aux bienfaits de l'immigration. Des thèses difficilement conciliables avec les objectifs du nationalisme Corse.

 

Le risque existe donc bel et bien de voir le premier syndicat de Corse, jusqu'alors enraciné dans les valeurs nationales, téléguidé depuis Paris par Krivine et Besancenot via leurs affIdés locaux . Rappelons que pour les municipales d'Aiacciu, ceux -ci sont engagés aux cotés du républicain français Renucci, contre la liste unitaire des nationalistes.

 

Les travailleurs Corses se doivent donc de rester vigilants et mobilisés pour mettre en échec ce qui constitue, sous un vernis "révolutionnaire", une  tentative de neutralisation d'un des principaux instruments de la lutte nationale.

 

A Squadra 

Partager cet article