Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  http://media.moddb.com/images/members/1/612/611978/31140851.jpg

 

  Alors qu'en Corse l'entreprise de "charlisation" du débat public orchestré par le pouvoir tend à marquer le pas, la gauche et l'extrême gauche insulaire tentent de reprendre la main, avant que le soufflet ne retombe définitivement.

 

Largement  rejetté par le peuple lors des dernières consultations électorales, ce qui reste de l'appareil communiste est à la manoeuvre dans une offensive idéologique de la dernière chance visant à assurer sa survie.

 

Deux axes assez classiques pour ce courant politique sont privilégiés :

 

- l'instrumentalisation des communautés immigrées et de "l'antiracisme" . Un collectif dédié a été crée à Bastia, contrôlé par le PCF et ses sattelites ( Secours populaire, Réseau Education sans Frontières, etc..) . S'appuyant sur l'idéologie officielle, l'appareil d'état et ses subsides, le Parti Communiste Français tente de se reconstituer un nouvel électorat, en remplacement de celui des classes populaires corses qui l'ont massivement désavoué.

 

-  Une tentative de diabolisation du mouvement national corse, considéré comme son seul adversaire sérieux, le seul capable de mobiliser le peuple contre le pouvoir auquel est intimement lié le PCF. Chacun se souvient des délires verbaux proférés par le communiste Riolacci lors des dernières municipales bastiaises qui firent sombrer son auteur et ses colistiers dans le ridicule et contribuèrent à leur naufrage électoral.

C'est dans ce cadre que s'inscrivent les attaques répétées du syndicat communiste français C.G.T. contre le Sindicatu di i Travagliadori Corsi, nationaliste et première organisation de défense des salariés de l'ile.  Depuis 2008, le STC multiplie les victoires sur la CGT, la dernière en date étant celles des délégués du personnel dans les trois fonctions publiques, d'état, territoriale et hospitalière, qui permirent à au mouvement national de s'imposer dans l'un des derniers bastions de la gauche française.

 

Les opérations de diabolisation menées par  la gauche obéissent toujours au même principe : s'instaurer en tribunal moral devant lequel doivent s'expliquer les accusés, c'est à dire les cibles de la diabolisation. Trop souvent, celles-ci tombent dans le piège, tentent de se justifier devant le "tribunal" ou de se démarquer d'autes diabolisés. Elles protestent de leur bonne foi et exhibent leur certificat de bonne conduite, de politiquement correct . Il est inutile de préciser que la clémence des juges n'est possible qu'en cas d'alignement complet des accusés sur l'idéologie et les dogmes de la gauche mondialiste, qui par son essence même, ignore les notions traditionnelles de limites, de frontières, d'équilibre. Accepter la primauté morale de la Gauche et ses postulats, s'inscrire dans son univers mental, met de facto les cibles de la diabolisation en position de faiblesse, de soumission et de défaite.

 

Le marxisme politique et culturel est le premier responsable du chaos qui se développe partout en Europe. L'application de ses principes aboutirait à la mort de notre peuple. Le Marxisme sera donc combattu de manière, ouverte, offensive , décomplexée, idéologique et dans tous ses aspects par les tenants de la Nation Corse. Les menées anti-nationales des organisations qui s'en inspirent, leur financement opaque, les liens occultes les unissant au monde de l'Argent, du grand patronat, des banques et du pouvoir ( des caisses noires de L'UIMM, filiale du MEDEF aux millions d'euros de fonds publics octroyés au journall l'Humanité ) les turpitudes de leurs dirigeants, seront dénoncées, mises en évidence au yeux du peuple, sans oublier les magnifiques résultats du "communisme municipal"  dans les banlieues françaises.

 

                                    La Seine Saint Denis, un oasis de bonheur, fruit du communisme municipal français...

 

http://s1.lemde.fr/image/2005/12/16/534x267/722331_7_cb88_ensemble-d-immeubles-d-habitation-a.jpg

 

Au Corses seront rappelés le rôle de la CGT dans la privatisation de la SNCM, au sein du "lobby marseillais" et les appels du PCF à la répression étatique contre notre peuple.

 

 Pietaille d'une gauche française agonisante, Le Parti Communiste Français et ses courroies de transmission entendent en Corse se situer à la pointe d'un Front Colonial voué à s'opposer à l'émancipation nationale de notre peuple . Les Corses conscients, libérés de l'emprise intellectuelle de la pensée dominante, seront donc présents sur tous les terrains de la vie publique pour mettre en échec et contrer l'offensive marxiste.

 

A Squadra 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article