Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 Quintu est un Corse vivant en Turquie , actif dans la mouvance traditionnaliste-révolutionnaire de ce pays. Il eclaircit pour les lecteurs de Corsica Patria Nostra certains aspects d'un monde turc relativement peu connu en Europe . 
 
   
 http://www.nationspresse.info/wp-content/uploads/2009/08/Loups-gris-300x202.jpg

 

 

1) Panturquisme, pantouranisme , kémalisme ,ces notions liées au nationalisme turc demeurent confuses pour un Européen .Peut tu les préciser brièvement ?

Le Panturquisme : C'est un mouvement apparut au début du XXème siècle et popularisé par le mouvement Jeune-Turc. Dans l'idéal, ce courant visait à créer un gigantesque empire incluant tous les peuples turcophones sous une même bannière. Aujourd'hui cette mouvance a laissé certains de ces principes de côté, lui préférant la création d'accords durables entre la république de Turquie et les pays turcophones d'Asie centrale en général (Ouzbékistan, Kazakhstan, Turkménistan etc.) dans différents domaines, tels que l'économie, les relations internationales, la géopolitique. Dans la période contemporaine, c'est le président Turgut özal (1927 - 1993) qui a posé les bases du panturquisme actuel, et à l'heure d'aujourd'hui le ministre des affaires étrangères Ahmet Davutoglu œuvre toujours en ce sens. 

Le Pantouranisme : Ce mouvement est intimement lié au panturquisme, mais il est beaucoup plus idéologique. Alors que le panturquisme a largement tendance à favoriser l'union des peuples turcs musulmans, le pantouranisme est plutôt favorable au retour à une origine préislamique idéalisée. En effet, selon cette idéologie, les turcs sont frères dans tous les cas, nonobstant leur religion, leur croyance, ou l'incroyable brassage ethnique dont ils font l'objet, notamment en Turquie. Ainsi ils prétendent pouvoir unir les turcs musulmans aux turcs gagaouzes chrétiens, par exemple, ou certains Kirghizes shamanistes aux Tatars de Crimée musulmans. Bien que pantouranisme & Islam ne soient pas incompatibles pour beaucoup (Les Ilkhanides, Les Timourides, les Seldjoukides, ou les Ottomans incarnant un glorieux passé aux yeux de ceux-ci), les pantouranistes n'hésitent pas à mettre en avant un hypothétique lien indéfectible entre Turcs & Mongols ; ainsi ils se réclament du grand "Tanri" (Tengrï chez les Mongols), le Grand Dieu du ciel, ou à se réclamer de pratiques shamanistes, le tout enveloppé d'un folklore turc (culte des grandes personnalités turques et mongoles , comme Gengis Khan, Tamerlan, Alp arslan, culte du saz (guitare turque) etc.). Aujourd'hui ce courant est plus ou moins représenté par le parti politique "MHP", bien que celui-ci est toujours oscillé entre panturquisme et pantouranisme, sans distinctions particulières. Ce sont plutôt des groupes politiques épars, se réclamant en partie des "Loups Gris", qui en font la promotion. Ce courant ne concerne pas uniquement les peuples turciques, mais l'ensemble des populations Ouralo-Altaiques avec les Finnois, les Hongrois, les Bulgares et les Estoniens. A ce sujet, l'on peut évoquer la mémoire du Comte Teleki, Ministre des Affaires Étrangères du régent Horty partisan d'un grand Touran de "Budapest à Tokyo". Aujourd'hui ces conceptions sont reprises par Alexandre Douguine et ses différents épigones." 

Kémalisme : Ce courant est en fait le courant hérité de Mustafa kemal dit "Atatürk" ou "Père des turcs". C'est un mouvement qui avait pour principes premiers de moderniser la Turquie à marche forcée, en déchirant ses derniers liens avec l'Empire Ottoman mourant de manière brutale (lois extrêmement restrictives concernant le port du voile, du turban, de la barbe etc.) dans l'optique d'en faire un état-nation fort et sécurisé, dans un contexte très difficile puisque c'était la guerre d'indépendance. Dans les premiers temps, ce courant reposait sur 6 principes (Républicanisme, Populisme, Laïcité, Révolutionnarisme, Nationalisme, Etatisme).  Il faut noter que Mustafa Kemal était un homme cultivé, peu religieux (c'est un euphémisme, bien qu'on puisse l’apercevoir sur quelques photos prononcer quelques prières), acquis aux idées modernistes de l'Occident d'alors, et initié à la Franc-maçonnerie. Aujourd'hui ce mouvement incarné par le parti "CHP". Il est en général composé de turcs "laïcs", aisés, idéalisant la société occidentale sous toutes ses formes. Ils vouent un culte sans faille à Atatürk, et se réclament en tous points à ses principes, surtout à l'heure d'aujourd'hui, face à une forte réislamisation de la Turquie.

2) Quels sont les rapports entre islamisme et nationalisme en Turquie ?


Leurs rapports sont très profonds, au point que l'on peut souvent lire le concept de "synthèse islamo-nationaliste" lorsque l'on aborde la Turquie. Dans la Turquie contemporaine, les jeunes turcs se sentent extrêmement fier à la fois d'être musulman et turc. Cela tient, à mon sens, de leur passé, surtout la période de l'Empire Ottoman, période durant laquelle les turcs ont marqué de manière indélébile nombre de contrées, musulmanes ou non. Ils en tirent une grande fierté, et considèrent que la Turquie est l'héritière de l'Empire. A ce titre ils n'hésitent pas à employer le terme religieux de "Sehit" ou "Martyr" pour les soldats morts au combat, ou encore à citer un hadith du Prophète Muhammad, qui dit :"L'amour de la Patrie fait partie de la Foi". Notons aussi l'extrême popularité de films traitant de la période ottomane, comme "Fetih 1453" ou la série turque "Le siècle magnifique".
Cependant j'aimerai éclaircir un point qui me semble important : le terme "Islamiste" employé pour la Turquie ne doit absolument pas être mêlé aux islamistes en général (Al Qaida) ou autre. Les turcs musulmans possèdent dans leur corpus théologique et/ou idéologique un nombre conséquent de savants ou de personnalités "soufies" (ou du moins affiliés à cette doctrine d'une manière ou d'une autre), ce qui tend à largement modérer l'influence wahhabite par exemple, dans tel ou tel aspect de la vie quotidienne ou politique. Cela dit, j'ai parfois rencontré des turcs qui se revendiquaient du "salafisme", mais ils étaient plutôt présent dans la diaspora, cela étant plutôt dû aux fréquentations entretenues avec des arabes de France en général (même chose pour les Tchétchènes de France).
    
  
3) Comment expliquer la persistance des relations de la Turquie avec l'axe américano-sioniste malgré l'arrivée des islamistes aux pouvoir ? 

C'est en fait dès sa naissance que la république de Turquie a entretenu des liens très étroits avec cet axe. Auparavant utilisée comme "base" américaine pour contenir le bloc soviétique, la république de Turquie est aujourd'hui le pion parfait pour l'axe-américano sioniste dans la région. Cela est essentiellement dû au fait que pour éviter un coup d'état par la junte kémaliste, le premier ministre a fait le choix de se ranger aux côtés des Etats-Unis et de l'Europe ; ainsi, la junte kémaliste été muselée, car avec un coup d'état, comment pouvait-elle se poser en garant de la laïcité auprès des instances occidentales face à un gouvernement "islamiste" officiellement acquis aux "valeurs occidentales"! Joli coup de maître s'il en fut, mais avec quelles conséquences...Comme aujourd'hui avec la Syrie.
 Cependant, nous avons pu voir que parfois, la république de Turquie pouvait faire preuve de défiance face à cet axe, notamment en 2003 lorsqu'elle a refusé de laisser transiter les hordes de GI pour aller en Irak, ou dernièrement avec l'affaire du "Mavi marmara". En outre, on peut citer la célèbre série "la Vallée des Loups", parfois produite en film, dans lesquels les sionistes & les américains apparaissent en tant que meurtriers, trafiquants d'organes etc. Par ailleurs Cette série fait un véritable carton en Turquie et parmi la diaspora.

 

 "La Vallée des Loups" , une série télévisée trés politique, extrêmement appréciée des Turcs

http://www.alterinfo.net/photo/art/default/1819184-2480617.jpg?v=1290016976

Existe t il en Turquie des courants eurasistes favorables au rapprochement avec la Russie et le dépassement des tensions dans les Balkans et le Caucase ? 

Il existe effectivement un courant eurasiste en Turquie. Ce courant est incarné actuellement par Suat Ilhan, un ancien général de l'armée turque, qui a écrit quelques ouvrages à forte tendance souverainiste eurasiste. Je sais qu'un excellent historien & turcologue de ma connaissance, T. JOSSERAN, étudie ses œuvres en vue d'écrire sur ce sujet. Vous pouvez trouver un exemple ici:

http://janissaire.hautetfort.com/archive/2012/05/17/turquie-s-ilhan-il-est-dur-d-etre-turc-analyse-d-un-ouvrage.html

Sinon j'ai quelque fois rencontré des turcs eurasistes, mais il n'est pas aisé d'en trouver qui arrivent justement à dépasser certains cadres idéologiques, car ils associent assez facilement leur identité propre aux sujets évoqués (je pense à la Tchétchénie ou à la Bosnie, par exemple, deux peuples auxquels les turcs sont très liés).   

Dans les années 80 , l'organisation des "loups gris" , inspirée par le Colonel Turkes avait tissé des liens avec certains groupes NR européens . Quelle est son audience aujourd'hui en Turquie et dans l'émigration ? Son orientation idéologique ?

Avant toutes choses, il est essentiel de savoir qu'il y a deux types de "Loups Gris" : 
Il y a ceux qui s'en réclament par "sentiment d'appartenance», c'est à dire en général ceux qui agissent dans la diaspora. Bien souvent, ce sont des électrons libres, qui possèdent une antenne à Berlin, ou une antenne à Paris, par le biais d'associations le plus souvent. Ces "Loups Gris" agissent en général par réaction, c'est à dire lorsqu'un membre de la communauté turque est agressé par des partisans du PKK (groupe terroriste pro kurde financé par les sionistes), ou pour tel ou tel évènement culturel. Il m'est arrivé d'en croiser régulièrement, et bien souvent ils ne connaissent que quelques bribes du programme du "MHP" (parti créé par Turkes) justement, quand ça ne les intéresse pas du tout. C'est une couverture identitaire en général, histoire de ne pas se noyer dans le magma informe que leur propose "l'Etat" français.
En Turquie, les "Loups Gris" jouissent d'une certaine aura essentiellement dû au fait que dans les années 80 ils furent le fer de lance de la lutte anti-communiste. A l'heure actuelle, leur mouvement est en perte de vitesse, car de trop nombreuses histoires les liant à la mafia ont été révélées, et aussi parce que le "complot ERGENEKON" les a grandement sali. En outre, ils allient de manière assez maladroite leur idéologie ultra-nationaliste avec le culte à Atatürk et à ses principes-clefs (la laïcité par exemple), ce qui ne touche absolument pas l’électorat turc actuel.
Concernant les liens avec des NR européens, je sais que le NDP Allemand est parfois proche de cellules de "Loups Gris" en Allemagne, et en France il m'est déjà arrivé de parler de sujets sérieux avec des membres de cette organisation. En Hongrie dernièrement, des rapprochements entre la Turquie & la Hongrie étaient envisagés par le Parti "Jobbik" à travers quelques déclarations ; notons par ailleurs qu'un édifice à la gloire du Sultan Suleyman le Magnifique est présent en Hongrie, ce que les "Loups Gris" ne manquent jamais de citer. Pour le reste, je ne suis pas en mesure de vous aider davantage.

 

        Solidement implantés dans la diaspora turque , les "Loups Gris" refusent l'assimilation au monde occidental et à ses pseudo-valeurs .
http://www.europelibre.com/CL2006/060322.jpg
Certains experts de la Turquie évoquent un antagonisme ethno-culturel et politique entre "Turcs blancs" du littoral et "Turcs noirs" de l'Anatolie profonde .Qu'en est il réellement selon toi?

Leur vision est fondée. Il y a effectivement un fossé remarquable entre les turcs "blancs", c'est à dire ceux qui se complaisent largement dans un mode de vie tout à fait occidental (vie quotidienne, politique, laïcité exacerbée etc.) et les turcs "noirs", qui portent en vérité la Turquie sur leurs épaules. Les Turcs "blancs" sont en général ceux qui adhèrent pleinement au kémalisme, rejetant certaines les traditions de leur culture qu'ils considèrent comme "arriérées" (Pratiques islamiques essentiellement) et sont bien entendu complètement plongé dans la vision sioniste de la région, alors que les Turcs "noirs" sont en fait les héritiers séculiers de l'Islam turc, qui à travers Recep Erdogan, ont enfin pu s'exprimer dans la vie politique. 

L' idéologue et dirigeant révolutionnaire européen Jean Thiriart considérait la Turquie comme une" province d'Europe" . Qu'en pensent les turcs eux-memes de manière générale ?

 

 

C'est toujours l'éternel débat ! Les Turcs d'Anatolie sont-ils plutôt européens ou asiatiques? S'agit-il d'une question de territoire, de comportements, de religion? J'ai personnellement lu quelques ouvrages massifs sur le sujet et bien que qu'ayant agrémenté ces lectures de voyages en Anatolie profonde, je ne suis toujours pas en mesure de répondre à cette question de manière catégorique. J'ai souvent entendu dire autour de moi que nombre de Croisades" furent lancées pour bouter hors d'Europe le Turc mahométan aux yeux bridés". Est-ce que ces personnes savent que la plupart des mères des Sultans Ottomans étaient européennes (Hongroises, serbes..)? Que les jeunes Sultans Ottomans parlaient le français, le serbe ou le valaque, en plus du turc ottoman? Ou qu'à l'heure actuelle les petits cafés en Anatolie de l'Est ressemblent souvent  aux vieux bistrots français des années 50?

Concernant la vision des Turcs sur le sujet, il m'est difficile de répondre de manière générale. Cela diffère du niveau d'étude de la personne interrogée (je dis cela sans dénigrement aucun bien entendu), de sa vision politique ou de sa pratique religieuse. Les Turcs qui se trouvent dans mon entourage ont plutôt tendance à se considérer comme "asiatique», et je pense que cela est un effet pervers de la politique "européenne" actuelle. Lorsque j'évoque des aspects de la culture européenne en lien la culture turque, ou des affinités historiques par exemple, je n'ai jamais eu affaire à un quelconque rejet, bien au contraire. En outre, il est important de noter que René Guénon est lu dans certains milieux, et que ses œuvres commencent à être traduites. J'ai entendu dire que Julius Evola aussi était parfois cité. Est-ce là une simple coïncidence? L'avenir nous le dira. En tout cas, je pense qu'il est tout à fait possible de dire que les Turcs sont "les plus européens des asiatiques", et ça, c'est déjà pas mal.

 

Pour ceux que tous ces sujets intéressent : 

 

- "La nouvelle Puissance Turque : L'Adieu à Mustapha Kémal", JOSSERAN, T., Ellipses, Paris, 2011.

 

- Le blog : http://janissaire.hautetfort.com/ (tenu par un érudit sur différents domaines, surtout la Turquie).

 

Merci Quintu.

 

Tag(s) : #Rencontres

Partager cet article