Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

    Il y a bientot dix ans , la quasi totalité des groupes et partis indépendentistes relançaient le processus émancipateur de la Cunsulta Naziunale .

L'émancipation du peuple corse par lui-meme , en dehors des institutions coloniales ,  Plus que jamais un principe  fondamental  .    imagesCAEA68LC

 

 

26 AOUT 2002

BASTIA

Texte de la conférence de presse

Membres de la Commission Electorale Nationale

Cette conférence de presse a pour objet :

- de préciser l’esprit et l’objectif de la Cunsulta Naziunale

- de présenter les membres de la Commission Electorale Nationale et le processus de constitution du Corps électoral corse.

  1. A Cunsulta Naziunale di a Corsica

On rappellera utilement les termes du manifeste « Chjama a i Corsi per a Cunsulta Naziunale ».

- Le constat y est fait de « l’échec des multiples réformes institutionnelles qui n’ont jamais posé la question corse dans sa dimension nationale ». D’où la nécessité « de contribuer à une solution qui viendra du peuple lui-même. »

- En effet, « c’est à notre peuple et a lui seul qu’il appartient, en vertu de son droit inaliénable à l’autodétermination de mettre en œuvre ses propres institutions politiques et de définir le cadre constitutionnel d’une administration nationale corse en affirmant notre citoyenneté européenne et en participant à la construction de l’Europe des peuples ».

- Pour cela, il faut que la Nation corse s’incarne dans un « Corps électoral » lequel élira la Cunsulta Naziunale di a Corsica.

- Le rôle de la Cunsulta consistera :

· à affirmer la souveraineté de la Nation Corse

· à élaborer un projet constitutionnel commun

· à donner à la lutte du peuple corse une dimension internationale

· à débattre et à jeter les bases d’un projet économique, social et culturel

· à s’opposer, par la mobilisation populaire, à toute réalisation contraire aux intérêts nationaux du peuple corse.

- L’élection au suffrage universel de la Cunsulta Naziunale sur la base d’un corps électoral corse volontairement constitué, sera l’aboutissement d’une stratégie démocratique, patriotique et citoyenne qui mettra notre peuple en mouvement, qui permettra l’évolution d’un sentiment national largement partagé à une conscience nationale active, positive, constructive.

- En ouvrant aujourd’hui le chantier de la Cunsulta Naziunale, nous commençons véritablement à construire notre « démocratie nationale ». En effet, c’est dans le cadre de la nation, et d’elle seule, que peuvent se concevoir les législations spécifiques qui ordonnent l’organisation politique, économique, sociale et culturelle. Il est illusoire d’imaginer qu’un peuple puisse obtenir sa reconnaissance en droit et sa liberté dans le cadre d’une Constitution d’un autre pays. Cette pure hypothèse qui fait le jeu du pouvoir colonial et des clans qui le servent contredit une réalité historique incontournable : l’Etat français à supprimé le pouvoir législatif de la nation corse souveraine par la violence des armes. La promesse de quelques miettes de pouvoir généralisé à toutes les régions françaises a pour objet de renforcer, ici comme ailleurs, les féodalisme locaux. Mais ici, l’autre objectif inavoué, c’est la liquidation définitive du problème national corse. Pour l’Etat français et son plus haut représentant, il n’existe pas de problème corse, encore moins un problème national et donc, évidemment, ni peuple ni nation corses.

- Il doit donc apparaître très clairement, qu’avec l’élection de la Cunsulta Naziunale sera accompli le premier acte d’une restauration de la Nation Corse dans tous ses droits.

- C’est pourquoi il convient de préciser ici, pour éviter des interprétations tendancieuses

· que les organisations qui contribuent à la mise en place de la Cunsulta Naziunale ne constituent pas un pôle électoral dans le cadre français, mais qu’elles oeuvrent à l’incarnation de la Nation corse dans un Corps électoral et à l’émergence de notre propre démocratie nationale ;

· que la Cunsulta Naziunale ne sera pas le lieu où se prépareront les projets à proposer dans le cadre des institutions françaises, mais qu’elle sera le lieu de l’élaboration de nos projets constitutionnels, économiques, sociaux et culturels ;

· que la Cunsulta Naziunale ne sera pas l’organe d’expression et de décision du mouvement nationaliste mais la représentation légitime de la nation corse permettant à celle-ci d’affirmer sa souveraineté sur notre territoire national ;

· que la Cunsulta Naziunale ne sera pas le lieu d’une recherche de collaboration avec le pouvoir colonial et les clans qui le soutiennent, mais le lieu d’organisation de la résistance et de la construction nationales par la mobilisation populaire ;

· En bref, la Cunsulta Naziunale sera le lieu à partir duquel nous établirons des relations internationales afin d’obtenir une reconnaissance de nos droits nationaux conformément à la Charte des Nations Unies et dans la perspective d’une future Constitution de l’Europe des peuples. Toutes les étapes de la négociation vers la souveraineté nationale seront conduites sous l’égide de la Cunsulta Naziunale.

  1. Le Corps Electoral Corse.

a) Positions de principe :

- Parce que l’expression positive et démocratique du Droit à l’Autodétermination passe par le suffrage universel, il faut que le peuple corse se constitue préalablement en Corps Electoral.

- La constitution du Corps Electoral forme le peuple politique, c’est à dire l’incarnation même de la Nation.

- De fait, la construction de la Nation et la construction de la démocratie en Corse sont étroitement liées. Elle découlent du Droit inaliénable à l’autodétermination qui est le seul droit donnant tout pouvoir à notre peuple de maîtriser son destin.

b) Mise en œuvre concrète :

- Une liste électorale nationale recensera le Corps Electoral Corse. Cette liste est constituée à partir de l’adhésion volontaire et individuelle. Le critère d’adhésion est la volonté affirmée d’acquérir la nationalité corse dans le cadre de l’exercice du droit à l’autodétermination. Pour les personnes qui ne sont pas d’origine corse, 10 ans de résidence sont demandés. On observera l’avancée démocratique considérable que représente ce dernier critère.

- A partir de notre territoire national découpé en 9 provinces, la Commission Electorale Nationale centralisera les inscriptions qui seront recueillies par des Commissions Locales de Recensement. Ces commissions seront composées de 15 à 25 membres parmi lesquels un responsable chargé de la coordination avec la Commission Electorale Nationale Les Commissions Locales de Recensement seront mises en place à l’occasion de 9 réunions publiques organisées du 30 août au 1er octobre dans les 9 provinces. Les inscriptions effectives débuteront à compter du 1er Octobre 2002. La liste constitutive du Corps électoral corse sera une liste nationale établie sur une base communale et centralisée, pour les scrutins, au chef lieu de province. L’inscription sera concrétisée par la délivrance d’une carte d’identité nationale qui vaudra carte électorale après réception par la Commission Electorale Nationale du formulaire d’inscription, d’un chèque pour frais d’inscription et d’une photo pour la carte d’identité La campagne d’inscription se poursuivra à l’initiative des Commissions Locales de Recensement qui organiseront de multiples réunions et actions de sensibilisation. Par ailleurs, une équipe d’informaticiens travaille à la mise en place d’un système informatique de vote pouvant servir notamment à la diaspora dont les membres seront recensés dans leur village d’origine .

Partager cet article