Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

  La région bastiaise mais aussi Ajaccienne sont, depuis quelques semaines, le théâtre de scènes de délinquance dignes des sordides banlieues hexagonales  : incendies de véhicules,vols à l'arraché, agressions de commerçants se multiplient, provoquant la stupeur au sein d'une population qui, bien que résignée à la permanence d'une criminalité mafieuse, se sentait peu concernée pas ce type d'insécurité.

Certains politiciens locaux,plus réactifs que d'autres , intègrent ces incidents dans leur plan de campagne préélectoral,  dénoncent à corps et à cris cette vague de délinquance, et agitent le spectre de la "banlieurisation " de la Corse. Notre ile, jusqu'ici relativement épargnée par les "incivilités" se normalise en quelque sorte...

 

Face à cette "francisation" de la délinquance, se développe donc l'appel à une francisation des moyens de lutte contre cette délinquance : augmentation des patrouilles de C.R.S et des  B.A.C.., installation de caméras de vidéosurveillance dans les rues de Bastia, délation etc.Des politiques sécuritaires qui, chacun le sait ,n 'ont jamais fait baisser la délinquance  en France ( tel n'est pas leur but réel) mais accentué le sentiment de peur, de "besoin d'ordre" et de controle des populations par le régime, au détriment de leurs libertés.Une recette sarkosyste largement reprise par son élève Valls, politichien socialiste le plus populaire du moment en France .  ..Les Corses sont incités à confier leur sécurité à l'état colonial et ses forces de répression,qui parallèlement poursuivent leur tentative de désarmement de la population, ordonnée par ministres et préfets. 

 

Racailles et flicaille, deux aspects complémentaires de la politique de francisation menée par l'état colonial..

http://s.tf1.fr/mmdia/i/28/9/police-policiers-banlieue-2459289_1713.jpg?v=1

La délinquance de proximité n'est pas une simple question d'ordre public.Elle est une question politique, indissociable d'un modèle de société imposé à notre peuple par la République Française. Le désordre quotidien sévissant dans nos rues s'inscrit dans un ordre global et politique visant à l'éradication de notre culture , de nos traditions, de nos libertés et de notre identité. La racaille importée ( de Marseille concernant "le braqueur au couteau" ) constituant une sorte de police auxiliaire du Système destinée à terroriser la population et détourner la colère  en cette période de crise économique et sociale.

 

La réponse au  développement d'une délinquance "française" ne peut que s'intégrer dans un combat global contre la francisation de notre société et s'appuyer dans le cadre d' une Corse indépendante, sur la solidarité  des Corses entre eux. Face à ces agressions,nos compatriotes sauront s'unir et dépasser des antagonismes qui, sur cette question comme sur tant d'autres, font le jeu des ennemis de notre peuple.

 

A SQUADRA

 

Partager cet article