Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  http://bf.img.v4.skyrock.net/3759/45933759/pics/1859074249_1.jpg

 

  Les opposants aux nationalisme Corse se réclament de manière générale des "valeurs de la République" et de la démocratie. Le contenu donné à ce dernier terme exprimant une conception moderne ,purement quantitative de la politique comme le démontre l'évolution vers "le vote pour tous" engagé par le gouvernement actuel. Ce " règne de la quantité " est celui du monde marchand, qui domine les sociétés occidentales par un pseudo-égalitarisme cachant une dictature réelle, celle de la Banque et de la caste des Usuriers. L'adoption de traités européens officialisant cette dictature contre la volonté de l'immense majorité des peuples a récemment illustré la vanité de toute prétention "démocratique" au sein du Nouvel Ordre Mondial.

 

La dénaturation du concept de Démocratie ne doit pas occulter le sens originel et Traditionnel de cette notion, que nous rappelle le principal théoricien de l'Eurasisme Alexandre Douguine dans son ouvrage, "la Quatrième théorie politique" ( chapitre III ) :

 

    " La Démocratie constitue la forme d'organisation politique la plus ancienne, la plus archaïque,la plus primitive et, si l'on veut, la plus barbare. Les sociétés antiques que l'on rencontre au cours de l'histoire étaient organisées précisément selon le principe de la Démocratie. Les décisions fondamentales concernant le destin de la tribu et même de groupes ethniques entiers étaient toujours prises de façon collective en se fondant sur l'avis général des membres de plein droit de la société. Les anciens du clan,les guerriers, les prêtres, les maitres du feu ( les propriétaires de foyer ) constituaient un véritable parlement pour les peuples anciens. "

 

" La Démocratie ne reconnait aucunement l'égalité des individus. Elle comporte une limite trés stricte qui sépare ceux qui ont le droit de participer à l'extase politique de la décision de ceux qui ne le peuvent pas. C'est pourquoi, seuls quelques groupes sociaux détérminés étaient reconnus comme participants aux procédures démocratiques. Leur structure est trés différente en fonction des sociétés mais le principe d'acceptation de certains dans le processus démocratique et le principe d'exclusion d'autres groupes de ce même processus apparait comme une caractéristique fondamentale de tous les types de démocratie.

  Dans les tribus germaniques guerrières, seuls les guerriers libres et les prêtres avaient le droit de participer au "thing" mais dans la mesure où presque tous les membres de ces tribus étaient des guerriers, la démocratie militaire germanique apparait vraisemblablement comme la plus directe et la plus large. Seuls les esclaves capturés lors des attaques, les femmes, les enfants et naturellement les étrangers en étaient exclus."

 

http://www.4pt.su/sites/default/files/styles/large/public/main/articles/couvedouguine.jpg 

 

  C'est évidemment  cette acceptation " archaïque", c'est à dire conforme au principe originel de l'idée de  Démocratie, que se doit de défendre le Mouvement national Corse, tout en l'aménageant par certains de ses aspect inhérents au monde contemporain ( droit de vote des femmes ).

 

  Le processus politique Révolutionnaire de la Cunsulta Naziunale ( Assemblée Nationale Provisoire ) avait initié la démarche instituant un corps électoral Corse, réservé aux nationaux conscients car adhérant à l'idée de Nation Corse,   alternatif au corps électoral français en Corse, imposé par l'état colonial.

  Cette esquisse de Démocratie Nationale, fondée sur la conscience politique s'oppose frontalement au principe mondialiste "un homme, une voix", qui, appliqué en Corse et entérinant la colonisation de peuplement, réserve inexorablement à notre peuple le sort des Blancs d'Afrique du Sud ou des Serbes du Kosovo.

 

 

  Pour le mouvement national, le choix n'est donc pas d'être ou de ne pas être démocrates, mais d'accepter ou non la conception de ce principe imposée par le Système. L'accepter, c'est condamner notre peuple à mort, le refuser c'est rompre avec la logique " autonomodérée", suivie ces dernières années et  réengager la lutte nationale corse sur la voie de la Dissidence et de la Révolution.

 

A SQUADRA

 

 

Partager cet article