Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://www.legorafi.fr/wp-content/uploads/2013/05/Gwenn-ha-Du-370x290.jpg

 

Corsica Patria Nostra est parti à la rencontre de Visan Yfy Mab Floc’h, rédacteur en chef du site An Amzer, membre fondateur du Kelc'h An Dael ( parlement Breton ) et porte parole concernant le dossier écotaxe.



Bonjour, pourriez-vous de prime abord nous expliquer ce qu'est "l'écotaxe" ?

L’Écotaxe est une arnaque. C'est un impôt pour les poids-lourds afin disent-ils de développer le transport ferroviaire et fluvial par compensation des émissions de CO² rejetés par les camions. Depuis 2009, l'Etat attend que les professionnels payent leur contribution à partir de Janvier 2014, sans n'avoir enclenché aucun projet allant dans le sens justifiant la mise en place de cette gabelle... aujourd'hui les poids-lourds, et demain les utilitaires puis les voitures particulières, comme se pose le cas actuellement en Belgique.

Selon le dit "traité de 1532" rattachant la couronne bretonne ET la couronne française, cette taxe est illégale... tout comme 100 % des impôts français. De plus, cet édit français n'étant pas un véritable traité entre deux Nations, car jamais légalement ratifié par les Bretons, il apparaît nul de droit et confère juridiquement à la Bretagne son statut d'Indépendance. Le 4 août 1789, le Parlement et les Etats de Bretagne affirmaient ne pas reconnaître l'Assemblée Nationale et l'Etat français.

Le droit international est de notre côté, et nous allons porter la question au niveau européen et de l'ONU.

Lors des derniers affrontements, les manifestants portaient un bonnet rouge. Quelle est la signification de celui-ci ?

Le bonnet rouge est le symbole qui fut porté par les paysans des 14 communes révoltées en 1675 contre la taxe sur le tabac et le papier timbré. Cette révolte déboucha sur le massacre des rebelles bretons par la France, des trahisons comme l'assassinat du leader de l'époque Sebastian Ar Balp par le Marquis de Montgaillard et choses plus positives par la rédaction du "code paysan" - ancêtre des fameux droits de l'Homme et du citoyen - et l'incapacité de la France quant à imposer des taxes en Bretagne et ce jusqu'à la Révolution française.

Dans le conflit actuel, le bonnet rouge est un élément hautement symbolique : les Bretons ne reculeront ni devant les fourberies françaises ni devant la peur d'une improbable défaite ; ils obtiendront Victoire pour eux-mêmes. Le bonnet rouge rappelle en nous la force bretonne, celle de notre base sociétale la pus saine, celle de ses paysans et ouvriers, de ses fondements.


http://a136.idata.over-blog.com/472x329/4/95/27/67/Adsav.png


Les dernières manifestions semblent avoir pris un tournant très identitaire, ressortant un des vieux démons de la république jacobine française : le nationalisme Breton. Qu'en est-il réellement ?

L'esprit breton est de toute façon identitaire. Un Breton, même pris d'auto-négation, finit toujours par se sentir profondément Breton d'une manière ou d'une autre. C'est presque tribal ! Notre identité, comme notre Culture, repose sur celle de nos paysans et de nos marins, et lorsque ceux-ci se révoltent contre la France, il est évident qu'aucun ne ressente une quelconque autre fierté que celle d'être BRETONS. Si cette identité bretonne n'est pas celle du folklorisme télévisuel régional subventionné, elle est le lien le plus direct avec ce que nous avons toujours été : des guerriers britons, courageux devant le travail et notre auto-défense. Ce sentiment est profond, ancré et ressort toujours chez les Bretons face aux périls à venir.

Evidemment, nous entendons des discours séparatistes et anti-jacobins auprès des paysans et des transporteurs. TOUS SANS EXCEPTION refusent de croire être "français" dans des conditions pareilles. Ils se réveillent, et le réveil breton ne pouvait venir que de nos corporations les plus importantes pour espérer devenir efficace et faire trembler la France jacobine.

Cela dit, cette résurgence d'un sentiment breton est tout de même assez fraîche et balbutiante. Cette révolte naissante en Bretagne contre l'absurde écotaxe, ne permet pas encore de dire que la Bretagne active une séparation nette avec la France. Les paysans et transporteurs ne sont pas des demeurés : ils savent que l'Emsav, le mouvement breton séparatiste, ne leur propose pas encore de véritable "bond en avant" tant sur le plan politique que sur le plan du rayonnement économique. Nous ne sommes - à ce stade - pas au niveau de l'Ecosse, et beaucoup de travail reste à faire. Il ne se fera pas tout seul, et je pense que le moment est venu pour que les professionnels du transport et de l'agro-alimentaire puissent apporter une expertise déterminante dans le relèvement breton, tant sur le plan politique autonome que sur un plan culturel ou identitaire ; avec le secours et l'expérience de l'Institut de Locarn, initiateur du label "produit en Bretagne" et sorte de "gouvernement économique et autonome breton", présidé par le puissant patron de l'agro-alimentaire, Alain Glon.

Malgré un constat mitigé sur l'importance du mouvement breton dans ce conflit, plusieurs personnalités se distinguent au sein des mouvements indépendantistes en faisant force de courage, proposition et solidarité sans récupération politique idiote ou hasardeuse. On peut citer Christian Troadec, Maire de Carhaix, qui co-organise la manifestation du 2 novembre à Quimper ; Bertrand Deléon, candidat aux municipales de Vannes en 2014, principalement ; mais aussi des formations transpolitiques comme l'association Kelc'h An Dael, pour la résurrection d'un véritable Parlement breton, dont j'en suis l'un des fondateurs et également été désigné le porte-parole concernant le dossier écotaxe.

Thierry Merret, porte parole de la FNSEA29, est un anti jacobin convaincu et un leader acharné. Nul doute que de tels personnages fassent pour de bon avancer la Bretagne vers un avenir plus clément... un avenir qui sera au minima sous le signe de l'autonomie, à en croire la motivation des uns et des autres.

Restons lucides, bien qu'il soit souhaitable et vital que la révolte tourne au séparatisme : les Bretons expriment d'abord un ras-le-bol fiscal. Demain ils exprimeront une opposition radicale aux jacobins qui en sont la source. Chaque chose en son temps !


Vous êtes rédacteur en chef du site www.anamzer.com et avez rencontré dernièrement des difficultés à publier informations et articles. Quelle en serait la cause ?

La volonté de l'Etat français est de faire taire les rares médias, journalistes et chroniqueurs qui ne cachent ou n'arrangent pas les images et relatent la vérité au plus près du conflit... tout est donc bon pour obtenir ce résultat : manipulations, fausses rumeurs, désinformation, trahisons, corruption des médias, menaces de mort économique etc.

La France est une dictature, pour de vrai et les Bretons en font les frais actuellement.

http://www.anamzer.com/wp-content/uploads/ANAMZERlogov32.png

Le prochain rendez-vous a lieu à KEMPER/QUIMPER. Y serez-vous ? Qui est invité à s'y rendre et qui pourrons-nous déjà y trouver ?

Bien sur ! Nous couvrirons l’événement avec le soutien et l'amitié de l'équipe de Radio Billig.

Aucune "invitation" particulière n'a été lancée par les organisateurs. Chaque breton doit se sentir concerné par ce qui s'annonce comme la guillotine de l'économie bretonne, et venir manifester contre ce projet assassin. Tout le monde est bienvenu.

Thierry Merret a bien prévenu chacun : "on ne fait pas de politique, ni de droite ni de gauche ; nous sommes contre l'écotaxe et les jacobins".


Evidemment, plusieurs formations politiques bretonnes seront présentes : le Parti Breton, Adsav, Kelc'h An Dael, Mouvement Bretagne et Progrès et d'autres mouvements autonomistes ; la manifestation sera également rejoint par les Marins-Pêcheurs du Guilvinec, des gérants et ouvriers du bâtiment, des patrons de PME/PMI et bien-sur toujours par les agriculteurs et transporteurs qui ont livré bataille et porté fièrement la révolte depuis le départ.



Merci Visan Yfy Mab Floc’h et à très bientot.

Tag(s) : #Rencontres

Partager cet article