Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://www.rps-francoisalfonsi2014.eu/photo/mod-6889432.png?v=1398533384

 

  La campagne pour les élections européennes du 25 mai prochain "bat son plein"  et le moins qui puisse être dit est que, malgré les pleines pages de propagande qu'y consacre le quotidien unique, l'événement ne parvient pas à susciter le moindre intérêt en Corse, d'autant plus que notre "région" est englobée et noyée dans une circonscription sud-est comprenant plusieurs millions d'électeurs.

Si  les grands partis français n'ont  pas même feint de s'intéresser à un territoire démographiquement aussi dérisoire, un Corse se réclamant du mouvement national, François Alfonsi, conduira une liste "Régions et Peuples Solidaires", regroupant des candidats issus de diverses mouvances régionalistes et autonomistes.

Mais cette élection est aussi censée concerner les Corses en tant qu'européens. Il est donc aisé de comprendre que ceux qui y concourent s'inscrivent dans une démarche globale au sein de laquelle ils prétendent défendre des revendicatons locales.

 

 En vertu d'accord passé par l'Alliance Libre Européenne ( regroupant autonomistes et régionalistes ) et la structure mondialiste Europe Ecologie, François Alfonsi  siégeait jusqu'alors au parlement européen dans un groupe parlementaire dirigé par le très glauque Daniel Cohn-Bendit, pédophile revendiqué et agent subversif au service du bloc atlantiste depuis plus de quatre décennies. François Alfonsi ne s'est pas une seule fois démarqué des positions du "grand frère" EELV, les cautionnant par ses écrits et ses votes, en faveur de l'ultra-libéral "traité européen", du bombardement de la Syrie, de l'officialisation de la propagande LGBT dans les écoles et espaces publics etc...  L'ALE ne s'est de même jamais explicitement distanciée des orientations générales de son partenaire concernant le soutien à l'immigration de masse, le droit de vote des étrangers extra-communautaires ou la légalisation des drogues.

 

 Mr Alfonsi revendique, pour la mandature écoulée, un activisme au service des intérêts corses ( langue, foncier etc..) unaniment reconnu et se pose comme le représentant légitime du mouvement national corse au sein des institutions de l'Union Européenne. Il convient donc de situer la politique européenne du courant autonomodéré dont se réclament le candidat et ses amis. Celle-ci s'inscrit dans la philosophie libérale qui guide l'action des institutions de l'UE. Chacun se souvient qu'en 2005, le Partitu di a Nazione Corsa, dont est membre Mr Alfonsi, avait appelé à  voter la ratification de la "constitution européenne" rédigée par la commission Giscard d'Estaing et incluant la fameuse "directive Bolkestein". Ce projet ultra-libéral fut rejeté par une grande majorité de Corses. Les autonomodérés n'ont donc pas hésité à faire fi de l'opinion de leurs compatriotes pour obtenir quelques strapontins octroyés par l'officine EELV, aujourd'hui retirés unilatéralement par la non-reconduction de l'accord électoral . La servilité n'a en définitivement pas payé et les chances de Mr Alfonsi de conserver son siège sont infimes, d 'autant plus que sa candidature n'a pas obtenu un soutien total des mouvements nationalistes corses ( positions diverses prises en vertu de considérations politiciennes locales plus que par réelles motivations idéologiques).

 

         L 'Union Européenne n'est pas l'Europe mais sa contrefaçon totalitaire .Ses principes fondamentaux ne diffèrent en rien de ceux de la République Française ...

http://cdn.theatlantic.com/static/mt/assets/international/burning-EU-flag.jpg

La présence d'un eurodéputé corse à Bruxelles ne  relevant de toute façon que d'une dimension symbolique, l'essentiel pour les Corses se résume, au vu de tous ces éléments, à cette unique question : les aspirations profondes de notre peuple et la lutte nationale Corse peuvent elles être représentées et incarnées au niveau européen par Mr Alfonsi et ses amis ?

 

A Squadra

 

à lire aussi sur le sujet :

 

Alfonsi et cohn-bendit  

François alfonsi, un corse au service de la gouvernance mondiale

François alfonsi et le lobby lgbti

 

 

Partager cet article