Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

"éléments" pour la civilisation européenne no 146 est sorti; chez votre marchand de journaux

 

La fin du monde a bien eu lieu. Elle n’a pas eu lieu un jour précis, mais s’est étalée sur plusieurs décennies. Le monde qui a disparu était un monde où la plupart des enfants savaient lire et écrire. Où l’on admirait les héros plutôt que les victimes. Où l’on avait plus de modèles que de droits. Un monde où les frontières garantissaient à ceux qui y vivaient une façon d’être et de vivre qui leur appartenait en propre. C’était un monde qui avait aussi ses défauts et qui fut même parfois horrible, mais la vie quotidienne du plus grand nombre y était au moins réglée par des dispositifs de sens aptes à dispenser des repères. Par le truchement des souvenirs, ce monde reste familier à beaucoup. Certains le regrettent. Mais il ne reviendra plus. (...)

Délivrée de ses médiations traditionnelles, la société est devenue de plus en plus fluide et de plus en plus segmentée, ce qui facilite sa marchandisation. On y vit sur le mode du zapping. Avec la disparition de fait des grands projets collectifs, la religion du moi a abouti à une « détraditionnalisation » généralisée, qui va de pair avec la liquidation des repères et des points fixes, rendant l’individu plus malléable et plus conditionnable, plus précaire et plus nomade.

Depuis un demi-siècle, l’osmose idéologique de la droite financière et de la gauche multiculturelle s’est employée, sous cou-vert de « modernisation » émancipatrice, à faire confluer libéralisme économique et libéralisme sociétal, système du marché et culture marginale. (...)

Nous vivons une crise d’une ampleur absolument inédite, qui touche le système capitaliste à un niveau d’accumulation et de productivité encore jamais atteint. (...) Les bulles financières, le crédit d’État et la planche à billets, c’est-à-dire la création de capital-argent fictif, ne peuvent plus résoudre le problème de la désubstantialisation généralisée du Capital. Que l’on se dirige vers une inflation incontrôlable en l’absence de toute valorisation réelle ou vers un défaut de paiement généralisé, tout cela ne peut finir que par un tremblement de terre.

Dans une époque comme la nôtre, il n’y a que quatre types d’hommes. Il y a ceux qui, très consciemment, veulent que l’on s’enfonce toujours plus loin dans le chaos et la nuit. Il y a ceux qui, volontairement ou non, sont toujours prêts à subir. Il y a les diplodocus réactionnaires, qui vivent la situation présente sur le mode de la déploration. De jérémiades en commémorations, ils croient pouvoir faire revenir l’ordre ancien, raison pour laquelle ils n’enregistrent jamais que des défaites. Enfin, il y a ceux qui veulent un nouveau commencement. Ceux qui vivent dans la nuit mais ne sont pas de la nuit, parce qu’ils veulent retrouver la lumière. Ceux qui savent qu’au-dessus du réel, il y a le possible. Ils aiment à citer George Orwell : « Dans une époque de malhonnêteté universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire ».

Au sommaire
• Entretien avec Jean Soler : “Maintenir vivant le modèle de la Grèce ancienne”
• Roger Nimier et les autres, par Michel Marmin
• Victor Hugo, par François Lebrette
• Gustav Vigeland, entre cercle et dragons par Michel Thibaud
• Jean Parvulesco, in memoriam
• Manifeste pour un roman noir total, par Pierric Guittaut
• A mort Manchette ! par Thierry Marignac
• Le mystère Pierre Siniac, par Olivier François
• Le western zapatiste par Nicolas Gautier
• Django par Michel Marmin
• Raymond Macherot, l’embellisseur, par David L’Épée
• André Boniface contre les milliardaires du rugby par Alain Ajax
• Eric Werner: le début de la fin, par Ludovic Maubreuil
Physique quantique, par Jean-François Gautier
• Salvador Dali, par François Bousquet

Dossier
Pacte budgétaire européen : la fin de la souveraineté
Crise financière: où en est-on ? par Alain de Benoist
Petite généalogie du Pacte budgétaire européen, par Félix Morès
Le mythe des marchés efficients, par Alain de Benoist

5.50 euros

Partager cet article