Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

   Confronté à la montée de la colère populaire suscitée par sa politique de collaboration avec la dictature financière mondiale, le gouvernement français de gauche tente d'allumer le classique contre-feu de l'antiracisme, vieille ficelle politichienne remontant aux années Mitterrand.

Une grande manifestation est prévue à Paris le 30 novembre à l'appel des associations et syndicats liés au pouvoir,consécutive à un grand meeting organisé par le Parti Socialiste le 27 novembre. Le même jour sortira sur les écrans de cinéma un film à gros budget commémorant les 30 ans de la "Marche des Beurs" avec comme tête d'affiche l'ex délinquant Jamel Debbouze, imposé comme modèle à la jeunesse issue de l'immigration.

L'opération de détournement d'attention a été déclenchée par la une très opportune du journal "Minute", hebdomadaire de notoriété publique lié aux milieu policiers et barbouzard, et qui sans aucun doute a répondu à une sollicitation venue "d'en haut". Vieille ficelle là encore ...

Cette campagne est évidemment relayée en Corse par le quotidien unique ( propriété de l'éminente figure de la "gauche morale" qu'est Nanard Tapie ) et les officines immigrationnistes subventionnées. Gageons qu'il se trouvera même quelques idiots utiles ( et également subventionnés ) issus du mouvement national pour participer à cette farce ridicule.

 

    De la Francisque à la petite main jaune. François Mitterrand institua  l'antiracisme comme substitut aux revendications sociales d'une gauche acquise au libéralisme. Sa pâle copie actuelle tente de nouveau d'utiliser cette vieille ficelle....

 

http://cache.20minutes.fr/img/photos/20mn/2011-05/2011-05-09/article_hollandemitterrand.jpg

 

A l'origine de l'antiracisme idéologique et obligatoire en France, François Mitterrand. Militant d' Action Française avant guerre, décoré de la Francisque par le maréchal Pétain en 1943 avant de "résister" quelques mois en 1944-1945 (1 ) ,Mitterrand, ministre de l'Intérieur ( SFIO ) au début de la guerre d'Algérie, couvrit les tortures et exécutions extra-judiciaires pratiquées par l'armée française  ( 2 ) . Opposant atlantiste au général de Gaulle, il devient président de la République "de gauche" en 1981.

 

La  manipulation de masse par l'antiracisme remonte à 1983, année du "tournant de la rigueur " opéré par le P.S. . La "marche des beurs" est détournée et récupérée par  SOS Racisme ,une officine créée à cet effet, dirigée par Harlem Désir ( aujourd'hui premier secrétaire PS ) et ses parrains Bernard Henry Levy, Marek Halter, Julien Dray , au sein de laquelle  les "beurs" seront rapidement réduits au rôle de petites mains. (3)

 

La période actuelle en Europe occidentale  peut être rapprochée de celle des années 80 au sein du bloc soviétique : un système parasitaire, à bout de souffle, une idéologie officielle, obligatoire, matraquée par un appareil propagandiste omniprésent mais à laquelle plus personne ne croit , précédent l'effondrement final.

L'antiracisme  obsessionnel constitue l'un des éléments de cette idéologie mondialiste totalitaire aujourd'hui massivement rejetée et défiée. Le culte planétaire  de personnalité noires ( Mandela, Obama  ) organisé par le Système semble aujourd'hui se retourner en France contre cette pauvre Christiane Taubira, ancienne militante indépendantiste guyanaise ralliée à la République Française et affectée par ses patrons au sale boulot dans la loi sur le mariage homosexuel.

 

 Mais ne nous y trompons pas. Si la République antiraciste téléguidée par son parrain américain organise la promotion de quelques "young leaders" de couleur soigneusement selectionnés pour leur docilité, elle n'hésite pas à punir ceux qui parmi les Africains oseraient contester les dogmes du Nouvel Ordre Mondial . Tel fut le cas pour Thomas Sankara, leader nationaliste-révolutionnaire "non aligné" du Burkina Faso, qui en 1987, tomba sous les balles de la françafrique mitterrandienne. Plus récemment le prédicateur panafricain Kémi Seba qui dénonçait l'arrière fond nauséeux de l'antiracisme officiel, fut emprisonné sur ordre de Sarkozy.

 

       Le prédicateur anti-impérialiste panafricain Kemi Seba, chantre de la conscience noire et de l'anti-victimisation, embastillé par la République antiraciste française en 2008 .

 

http://www.surlering.com/sites/make-ai/-library-/images/usr_29358/25689c80cd3.jpg

 

L'antiracisme idéologique des Hollande, Harlem Désir et consort, demeure le seul  marqueur identitaire de la gauche et de son extrême, en lieu et place de la défense du monde du travail, selon la ligne officiellement dictée par le think tank atlantiste TERRA NOVA qui rédige les programmes du P.S. Il constitue l'exacte antithèse de la nécessaire solidarité entre les peuples en lutte contre la dictature oligarchique mondiale. Il appartient donc aux militants anti-capitalistes authentiques d'en déconstruire le discours, démasquer sa propagande, mettre en lumière et en échec ses variantes locales qui tentent de s'imposer au sein même du mouvement national corse.

 

A SQUADRA 

 

 

 (1) lire à ce sujet l'ouvrage de Pierre Péan "Une jeunesse française " ed Fayart 1994 

 (2) lire à ce sujet l'ouvrage du général Aussaresses " Services spéciaux , Algérie 1955-1957 " ed Perrin 2001 

 (3) lire à ce sujet l'ouvrage de Serge Malik " Histoire secrète de SOS Racisme"  ed Albin Michel 1990 

 

 

 

 

 

Partager cet article