Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  Les actuels processus d'émancipation nationale en Ecosse et Catalogne, mais aussi l'effondrement de la République Française que tout un chacun peut suivre jour après jour suscitent un renouveau de l'idée et des thèses indépendantistes au sein du Peuple Corse. Nos compatriotes sont de plus en plus nombreux à ne pas vouloir couler avec le bateau France et les initiatives politiques et intellectuelles autour d'un avenir national se multiplient. Nous publions ici la version simplifiée d'une contribution au débat de Mr Philippe Réginensi, développant une approche à la fois politique, économique et sociale du processus indépendantiste en Corse. Une version complète de cette étude est disponible sur PDF. Les orientations proposées n'engagent que l'auteur de ce travail.

 

A Squadra

 

 Pour contacter l'auteur :

https://www.facebook.com/#!/philippe.reginensi.9275?fref=ts

 

 

 

 

 

Cette étude est un ensemble de réflexions, de sentiments, de propositions sur l'avenir de la CORSE. La CORSE doit-elle rester française ou, au contraire, s'orienter vers la création d'une Nation à part entière?
En premier lieu, je tiens à préciser que je ne représente aucun groupe ou communauté, et ne suis membre d'aucun parti autonomiste ou indépendantiste.
Et pour clarifier les choses, je suis contre toutes formes de violence que ce soit envers les biens matériels, ou envers les personnes physiques.
J'ai une cinquantaine d'années, fils d'un papa continental et d'une maman née en Corse de parents corses depuis la nuit des temps.
Je n’ai jamais vécu en CORSE en dehors des longues vacances scolaires estivales passées au village chez mes grands-parents depuis ma plus tendre enfance.
Pour le citadin que j’étais, le village était un émerveillement : j’y retrouvais avec excitation toute la famille, mes repaires et un mode de vie à des années lumière de mes habitudes.
Au fil des ans, je me suis imprégné de cette culture et l’attachement au village est devenu viscéral.
Marié, j’ai poursuivi le pèlerinage annuel en famille, tant au village, qu’en sillonnant toute l’île.
A chaque départ du village c’est un déchirement, m’effondrant en larmes comme un gamin, je ne reprends mes esprits qu’en arrivant à la plaine à l’approche de Bastia pour reprendre le ferry du retour.
Tout au long de mes 45 premières années, je ne me suis pratiquement pas intéressé à l’histoire corse et de très loin à la politique, à tel point qu’au village j’ironisais bien volontiers sur ces désirs utopiques d’indépendance.
Pour moi, c’était avant tout du folklore, de la revendication de façade, une certaine posture de défiance, rien de bien sérieux.
Aujourd’hui, je constate que je m’étais profondément trompé et je regrette très sincèrement mon attitude de l’époque.
Ces dernières années, j’ai souhaité connaître bien d’avantage les origines de ma famille corse.


Ces recherches généalogiques m’ont amené en parallèle à découvrir l’histoire de l’île en parcourant dans un premier temps une multitude de sites internet dédiés à l’histoire de la CORSE, puis en lisant les ouvrages tels que :
Description de la Corse d’Agostino Giustiniani (1470-1536).
Chronique de la Corse d’Anton Pietro Filipini (1529-1594).
Histoire de la Corse et des corses de Jean Marie Arrighi et Olivier Jehasse.
Main basse sur une île du Front Régionaliste Corse.
Ce que nous sommes de Jean Guy Talamoni.
Derrière les cagoules de Pierre Poggioli.
Indépendantiste corse de Pantaléon Alessandri.
Nouvelle Histoire de la Corse de Jacques Grégori.
Ces ouvrages m’ont aidé à découvrir l’histoire de la CORSE et surtout à comprendre le sens des revendications d’indépendance.
Sans entrer dans le détail car là n’est pas le principal, je peux simplement affirmer que mon sentiment le plus marquant à la lecture de ces livres est l’INJUSTICE.

Injustice envers un peuple depuis les premiers envahisseurs jusqu’à l’arrivée des français.
Pourquoi ce peuple à part entière n’a jamais pu se déterminer en toute quiétude sur son avenir?
Pourquoi n’a-t-on pas laissé Pascal Paoli poursuivre son oeuvre avec la création d’une Nation Corse pleinement démocratique et qui, de surcroît, ne menaçait personne?
Autant je peux comprendre certaines ingérences dans des pays totalitaires ou dans des pays qui menacent ses propres intérêts, autant s’acharner sur la CORSE depuis plus de 2000 ans est pour moi un véritable mystère.
Pour moi, c’est certain, la CORSE n’est ni française, ni génoise, ni pisane, ni vaticane, ni anglaise, ni espagnole,..........la CORSE est CORSE.
Maintenant ce n’est pas mon sentiment qui prime mais celui de la majorité des corses.
Souhaitent-ils rester français, redevenir italien, voire d’une autre nationalité, ou tout simplement devenir des citoyens d’une Nation CORSE indépendante?
La question me semble, compte tenu de l’histoire, pour le moins légitime.


C’est la raison pour laquelle, j’ai décidé d’étudier un PROJET POUR LA CORSE, avec les visions politiques et économiques que je peux avoir dans le cadre de la Gestion d’un pays.
Il s’agit ici d’une étude personnelle dont je suis le garant et le propriétaire.

 

 

PROCESSUS D’AUTO DETERMINATION
I Proposer aux corses la possibilité de se prononcer sur leur avenir.
Compte tenu des enjeux et du choix d’un peuple pour son futur, le processus doit être clairement précisé et planifié.
La première étape consistera à sensibiliser la population corse sur le Projet d’Indépendance.


  Création d’un site internet destiné à l’information du public : « Projet pour une CORSE indépendante »


Trois grands thèmes :
-L’Histoire de la CORSE.
-Le Projet politique d’une CORSE indépendante.
-Le Projet économique d’une CORSE indépendante.


  Informations permanentes des médias.
  Participations et informations sur les réseaux sociaux.
  Réunions publiques d’informations.
Création d’un Mouvement pour l’Indépendance de la Corse.
Objectif minimal du nombre de sympathisants : 5000 personnes de plus de 18 ans.
Démarche officielle auprès de la France pour entamer le processus d’autodétermination.


CINQ ANNEES D’INFORMATION A LA POPULATION CORSE.
Cette période sera consacrée à informer les corses sur la légitimité du processus menant au scrutin de détermination pour ou contre une CORSE indépendante.
Les supports d’informations.
  Création d’un Livret « Projet pour une CORSE indépendante » avec 3 grands thèmes.
- L’Histoire de la CORSE.
- Le Projet politique d’une CORSE indépendante.
- Le Projet économique d’une CORSE indépendante.


Le Livret devra être obligatoirement étudié à travers la création d’une matière spécifique « Projet pour une CORSE indépendante », une heure hebdomadairement dans toutes les classes des écoles, collèges, lycées et enseignements supérieurs, privés et publics, de l’île CORSE.
  Création d’un site internet destiné à l’information du public : « Projet pour une CORSE indépendante »
  Création d’une émission hebdomadaire d’information sur la chaîne régionale et la radio régionale : « Projet pour une   CORSE indépendante »
  Création d’un journal papier d’informations gratuit ou payant : « Projet pour une CORSE indépendante »
  Réunions locales destinées à informer la population sur : « Projet pour une CORSE indépendant

 

Compte tenu des moyens à mettre en oeuvre pour d’une part, bien sensibiliser le peuple corse par rapport à son avenir et d’autre part, lui donner le temps d’analyse et de réflexions suffisant pour se déterminer en toute sérénité, cinq années doivent être nécessaires et suffisantes.

 

AU TERME DES CINQ ANNEES D’INFORMATION.
Le scrutin : par référendum, à la majorité absolue, en un seul tour.
La question : êtes-vous POUR ou CONTRE l’indépendance de la CORSE?
Un bulletin POUR et l’autre CONTRE.


Condition de participation au scrutin :
Avoir 18 ans le jour du vote
De fait : toute personne remplissant au moins l’une des 3 conditions suivantes.
1. Toute personne qui réside en CORSE de manière permanente depuis au moins 15 ans.
2. Toute personne née en CORSE lorsque l'un des parents au moins remplit les conditions d’accessibilité au scrutin, quel que soit son lieu de résidence. La simple naissance en CORSE ne donne la possibilité de participer au scrutin que pour la personne née de parents inconnus ou apatrides.
3. Toute personne ayant séjourné au minimum 15 ans de manière permanente en CORSE et dont au moins l’un des parents remplit les conditions d’accessibilité au scrutin.

 

Pour participer au scrutin par dérogation :
Les personnes ne remplissant pas au moins l’une des 3 conditions susmentionnées, et très concernées par l’avenir de la CORSE, pourront également avoir la possibilité de participer au vote.
Elles devront souscrire un dossier d’inscription et préciser par lettre manuscrite leurs motivations pour participer au scrutin.
Des commissions mixtes et impartiales statueront pour valider ou rejeter les demandes de participation au scrutin.
Les étrangers non résidents de l’Union Européenne ne pourront participer au scrutin.


II Conséquences du résultat du scrutin.
a) une majorité de corses souhaitent rester français et la CORSE demeure française.
b) une majorité de corses souhaitent l’indépendance et la création de la nation CORSE.
Il conviendra dès lors d’enclencher le processus préalablement établi au cours des 5 années précédentes pour permettre la création du nouvel Etat dans un délai de 8 ans.

 

à suivre ...

 

Partager cet article