Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

         Cette tribune libre du jeune Antoine Albertini traite de géopolitique globale. Elle analyse finement les rapports entre les faits considérés dans une séquence s'étendant du début des "Printemps arabes"  à l'actuelle négociation du Traité Transatlantique, et le "story telling" généré par la propagande américano-mondialiste sur la même période.
http://alencontre.org/wp-content/uploads/2014/11/tafta_traite_transatlantique-300x214.jpg
                   
                   Géopolitique, fiction et réalité des "Printemps arabes " au Traité Transatlantique.    
 
  
   Il est parfois difficile, face à l'addition considérable de flux d'informations émanant de toutes parts en continu, de pouvoir tirer des conclusions rationnelles et objectives des événements récents et actuels. Sans pour autant remonter aux guerres d'Irak et d'Afghanistan, ce qui nous contraindrait ici à épaissir et sophistiquer considérablement notre analyse, il est néanmoins possible, en partant des révolutions arabes, de clarifier objectivement la succession des événements  qui vont révolutionner l'Europe  les mois et les années à venir. Les événements récents concernant les "chauffards-terroristes" en France, et l'affaire "Aquila Nera" en Italie, y trouvent également leurs explications.
 
Voilà quelques années, certains pays du Maghreb ont entamé des mutations politiques considérables, sous la bénédiction, voire l'implication officieuse via des opérations de déstabilisation internes, du bloc occidental. Comme auparavant en Irak, le résultat de ces tribulations est sans surprise, le chaos règne en lieu et place de la démocratie promise à ces pays. Il faut alors prendre le recul adéquat, et passer à l'étape suivante du processus sous plusieurs aspects. Celui-ci revêt moins une allure propre à l'histoire des peuples qu'au pur et simple "reality-building" politico-médiatique à l'américaine, sans le générique HBO pour en délimiter le début ou la fin.
A la suite des printemps arabes, la 2eme étape est arrivée, bien que retardée à cause du fiasco syrien, et du repli sur le Mali pour accentuer le choc. Il est intéressant de noter que ce genre de processus est difficile à identifier, grâce à la méthode "saucisson", c'est-à-dire son déroulement petit à petit, en tranches, fines, ou par la méthode dite du "voleur chinois". L'autre difficulté est d'imputer également les intérêts tirés des différents conflits. Ils sont souvent divers. Depuis le 11/9/01, les interventions américaines, avec la carte blanche de la lutte contre le terrorisme, ont non-seulement raffermi la mainmise US sur les ressources naturelles (pétrole, gaz), mais elles ont également permis à ces derniers de raffermir leurs positions géostratégiques dans le Caucase, et le Proche et Moyen Orient, isolant avec brio plusieurs pays non-alignés dont la Russie, la Chine, et l'Iran.Un joueur d'échecs ne s'y tromperait pas.
 Paradoxalement, le problème principal, le terrorisme, islamique  en l'occurrence, n'a fait que s'étendre proportionnellement aux progressions militaires américaines.
                             Désintégrer le monde arabo-musulman par le salafisme afin de le "remodeler" ... 
http://cdn.timesofisrael.com/uploads/2014/10/Mideast-US-Kerry_Horo-e1413134343786.jpg
Pourquoi ? Comment ?
Face au déclin de leur modèle et du système ultra-libéral qu'il a servi à imposer, les USA ont donc choisi de laisser proliférer le problème, voire le fabriquer, pour mieux apparaitre comme la solution à ce problème.
 Comment chercher ailleurs l'expansion d'un fléau tel que l'"Etat Islamique", qui se sent capable aujourd'hui de s'étendre aux portes de l'Europe, et qui appelle les ressortissants arabo-musulmans de celle-ci à agir de l'intérieur et y porter le Jihad ? L'Europe qui est, par suite des printemps arabes, directement fragilisée sur son fronton méditerranéen, le même qui sert de gruyère migratoire aux pays du Sud. Il est intéressant de constater que, malgré les menaces incessantes de l'EI, les frontières n'apparaissent pas pour les instances officielles comme autant de voies d'accès aux fanatiques, ou groupuscules qui trouveraient des relais au seins de leurs diasporas une fois sur le sol européen....
Comment depuis 2001, à la suite d'une guerre permanente sur divers théâtres d'opérations, a-t-on pu en arriver à constater le ravage de territoires entiers par une armée islamique dotée d'équipements sophistiqués (fabriqués en Occident) ? Avec l'émotion médiatique que le massacre des chrétiens d'Orient suscite, les menaces de l'EI sans cesse relayées à grande échelle, ne pas céder aux injonctions US, au premier rang desquelles, vous allez être surpris, l'adoption du Traité Transatlantique. Car c'est bien de cela qu'il est question au bout du processus: l'intégration en une seule entité économique des marchés européens et américains, intégration pour laquelle l'influence américaine aura un poids prévisible dans les négociations. Cette intégration parachevant celle, militaire opérée au sein de l'OTAN.
                             Importer le Chaos en Europe pour la désintégrer et  l'asservir...http://francejeunessecivitas.hautetfort.com/media/02/02/2327383747.jpg
 
La question d'une Europe qui se voudrait souveraine aujourd'hui serait : comment défendre nos frontières et notre sécurité sans pour autant brader notre indépendance à un géant si gourmand ? Nos alliés bien sur....Mais lesquels ? Ceux que nous avons trahis pour de faux prétextes de guerre au terrorisme ? Car la Syrie laïque de Bashar Al-Assad tenait "virilement" les véléités islamisantes de certaines de ses communautés. Et l'Iran chiite, elle, est un contrepoids considérable contre le salafisme. Les USA ont attendu les déconvenues commerciales françaises avec cette dernière (affaire Peugeot) avant d’entamer un dialogue.
Les alliés trahis commercialement et politiquement ? Après les ingérences ukrainiennes contre la Russie, le non-respect d'accords commerciaux de la France envers cette dernière et les sanctions européennes prises contre le bloc eurasiatique, cela semble compliqué.
L'Europe, après avoir prêté main-forte dans des guerres illégitimes, et pris part à des ingérences en opposition avec ses intérêts, au lieu d'avoir choisi le rôle d'arbitre qui l'aurait renforcée, se trouve aujourd'hui plus isolée que jamais.
C'est ainsi que l'on voit les dernières étapes de la mise en coupe réglée se dérouler sous nos yeux.
D'une part, des menaces et des éxactions à caractères confessionnels se déroulent crescendo à son encontre, et sur son sol. Il ne fait aucun doute aujourd'hui que, ces menaces qui se font de plus en plus réelles arrivent à point nommé, on pourrait presque dire que le hasard joue pour un camp, le camp US et mondialiste dans son ensemble.
D'autre part, il faut constater de manière objective le classement à l'extrème droite par les médias mainstream de tout discours remettant en cause cet "ordre des choses", ou plus ironiquement, ce "sens de l'histoire". En témoigne l'affaire "Aquila Nera" et de ce pseudo-complot terroriste néofasciste, où tout est là, le scénario, les dangereux extrémistes de droite, quoiqu'un peu fantoches et recrutés sur internet, et les éléments subversifs infiltrés au sein des réseaux.
 
L'Europe reçoit le message en tremblant, elle doit suivre l'oncle Sam dans le TAFTA pour contrer la Chine et les Bric's dans leur ensemble.  Gouvernance par le Chaos et stratégies de la tension, les deux mamelles de la politique américano-mondialiste sont plus que jamais à l'honneur pour asservir l'Europe et le reste du monde.
Antò  

Partager cet article