Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 


     Depuis quelques jours, on peut lire sur internet un article intitulé "Un groupe d’experts russes prévoit l'indépendance de la Corse, de l’Écosse et du Pays Basque en 2035". Son origine remonte à juillet 2012 dans le journal russe Obozrevatel, repris par Express Gazeta, puis la TV serbe RTS le 14 janvier 2013, le portail d'information serbe B92 et enfin diffusé sur les sites régionalistes occidentaux Jornalet.com (Catalogne) et 7 seizh.info (Bretagne). Cette conclusion serait tirée de la synthèse d'études de la C.I.A. et du G.R.U. (ex K.G.B.).


Echaudés par les prédictions mayas, l'on tentera d'avoir une lecture un peu plus critique de ceci tout en tenant compte de certaines réalités qui ne semblent pas disqualifier cet article signé Igor Lesev. Ce travail est agrémenté de trois cartes: la première représente l'Europe de l'Ouest et pourrait être titrée "les révolutions oranges inversées".




Parmi les changements, outre les cas cités, la réunification de l'Irlande, l'indépendance de la Catalogne du Sud et une partie de celle du Nord. Une bonne part de l'Occitanie et de la région niçoise deviendraient un état arabe. L'Alsace et la Lorraine formeraient un nouveau Länder allemand. Ailleurs, division de la Belgique, unification de la Flandre à la Hollande, disparition de la Bosnie-Herzégovine, Italie divisée en trois etc.
La seconde carte représente une recomposition de l'Europe Centrale au profit de l'Allemagne; ce qui est typique des nouvelles théories géopolitiques russes qui favorisent ce pays. Dans tous les cas, l'Allemagne prend sa revanche sur l'Histoire. Nous devons nous en rapprocher, via les multiples associations européennes de défense des minorités.
Enfin, la troisième carte nous propose une Europe de l'Est modifiée selon les intérêts de la Russie. On peut donc douter qu'il s'agisse d'études de la C.I.A.

 

En revanche, pour le cas de la première carte, il faut savoir que l'Etat français se prépare à de telles éventualités:

 

  1) le président Sarkozy a crée un régiment habilité à intervenir sur le territoire national (Reg. Pontardier, du nom du commando de marine qui a reçu la mission en 1945 de reprendre l’Indochine aux rebelles viets-mins)

  2) Il y a cinq ans, l'armée a procédé à des manœuvres urbaines simultanées en Alsace et dans le Sud-Est. Pourquoi? Parce que l'état major sait que c'est dans ces régions qu'il y a le plus de risques d'affrontements communautaires. En ajoutant la crise économique, les mêmes causes pourraient ne pas avoir les mêmes résultats: un Etat arabe à Marseille et un irrédentisme dans l'Est.

  3) Le phénomène irrédentiste alsacien semble déjà une réalité pour les journalistes politiques et d'autres chercheurs comme Jean Claude Casanova, par exemple. et enfin,

  4) Il y a moins d'une dizaine d'années, un sous marin russe a été surpris par un bâtiment de surface français au large de la Corse. Le fait n'a curieusement pas été relayé par les médias malgré les centaines de témoins qui se trouvaient sur un car-ferry en provenance de Marseille.

 

Nous ne nous étendrons pas sur les visites des ambassadeurs arméniens et russes. Alors que conclure de cet article ? Il ne s'agit pas d'une prédiction mais du match retour programmé des "révolutions botaniques" qu'a dû subir la Russie ces dernières années. Il s'agit d'une carte diplomatique qui sera jouée selon l'évolution des relations entre la Russie et différents pays ou l'U.E. Nous avons un rôle clair dans ce jeu: briser le "containment" de l'Europe en chassant l'O.T.A.N. de notre territoire. Objectif politico-militaire majeur des débuts du nationalisme.mis quelque peu de coté depuis,mais plus que jamais en phase avec les luttes géopolitiques de demain .

 

La seconde réflexion qui sort de cette lecture, c'est que, quelle que soit la valeur de cet article, la Corse existe sur l'échiquier politique russe et seul le séparatisme y est considéré comme une réalité politique (à l'inverse des autonomodérés et autres conservateurs). Les corses doivent savoir que les nationalistes conscients ont choisi leur camp: celui de l'Europe. En conséquence, on ne pourra plus choisir un camp sans tenir compte de cette position. Psychologiquement, nous sommes en train de gagner une bataille. 

a squadra

 

 

 


Partager cet article