Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

  Les Suisses ont dit "oui" à 50,3 % à une limitation de l'immigration lors d'un référendum organisé ce dimanche à l'initiative du parti populiste UDC.

Ce résultat implique automatiquement la fin de l'accord de libre circulation signé avec l'Union Européenne qui avait entrainé une forte hausse de l'immigration et  favorisé le dumping social.

 

 

Les milieux patronaux et d'affaires comme la quasi-totalité des partis poilitiques, de droite comme de gauche, s'étaient prononcés pour la poursuite de la politique d'immigration massive et avaient appelé à voter contre le texte.

 

Mais, contrairement aux peuples emprisonnés par l'Union Européenne, les Suisses ont su conserver leur liberté et leur souveraineté. La législation se conformera donc  à la volonté populaire dans un délai maximun de trois ans.

 

Le texte proposé au vote demandait la fixation de contingents annuels de travailleurs immigrés, transfontaliers ou demandeurs d'asile. Des plafonds seront fixés en fonction "des intérêts économiques globaux de la Suisse et dans le respect de la préférence nationale".

 

Ce référendum et son résultat constituent une victoire pour les travailleurs suisses et une défaite des "élites", notament du parti socialiste dont le président Christian Levrat a déclaré que "son parti avait perdu et ça fait mal ! "

 

 On notera avec intérêt le judicieux  slogan de campagne des initiateurs du réferendum : " La démesure nuit à la Suisse !" . La démesure, l'absence de limite caractérisant le libéralisme, social comme sociétal,  frontalement  opposée au bon sens populaire, à la décence commune et aux intérêts du monde du travail...

 

Un tel reférendum n'a aucune chance d'être organisé dans l'UE où la "concurence libre et non faussée " des travailleurs ne saurait faire l'objet de la moindre remise en cause.

 

a Squadra

 

 

 

Partager cet article