Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 Rencontre avec la Nationalistische StudentenVereniging ( NSV ), la très dynamique organisation des étudiants nationalistes flamands. L'Europe des Peuples se construit dès maintenant !

 

1) Pouvez-vous présenter le NSV ! et son histoire ?

 

L'Association des Etudiants Nationalistes est une association flamande, conservatrice, de droite radicale, comprenant des antennes dans toutes les grandes universités flamandes.

 

La NSV existe depuis plus de trente ans mais en fait nos racines son encore plus profondes. Ala fin du xix e siècle, les associations d'étudiants flamands, influencées par les "fraternités" allemandes , avaient déjà un caractère romantique et nationaliste, même si celui-ci était plus culturel que politique.

Au cours de la première Guerre Mondiale, les étudiants furent, sur le front, confrontés à la réalité belge. Les seuls francophones étaient promus tandis que les flamands servaient de chair à canon. La langue flamande ( considérée dédaigneusement comme un "patois") et notre culture étaient méprisées par l'élite francophone. En réaction à cette injustice naquit le "Mouvement du Front" . Le nationalisme flamand n'était plus seulement culturel, mais devenait politique et les étudiants en furent le fer de lance.

Après la Grande Guerre, le nationalisme flamand radicalisé se combina avec les idéaux dits "volkish" et révolutionnaire-conservateurs. Ces nationalistes aspiraient à de nouvelles Flandres, une communauté organique fondée sur les valeurs catholiques, rejettant le matérialisme du libéralisme comme du socialisme, considérés tous deux comme des facteurs de décadance.

Avec la Seconde Guerre Mondiale et ses conséquences, ces idées devinrent suspectes.Mais le mouvement étudiant demeura nationaliste jusqu'aux années 60. Il y avait par exemple "leuven vlaams" qui força l'université de la ville flamande de Leuven à enseigner uniquement en langue flamande. Mais au sein du Leuven vlaams le mouvement étudiant plutôt conservateur fut détourné par la génération de mai  68 : maoïstes, léninistes, anarchistes...

Cette orientation se fit également sentir au sein de la KVHV, l'association des étudiants Catholiques. Au lieu d'un nationalisme intégral, ceux-ci professèrent un simple "flaminganisme" linguistique. Une scission se produit au début des années 70 et le groupe le plus radical prit le nom de NSV !

Au cours de ces années le NSV dut survivre au sein d' un environnement hostile car l'extrème gauche tenait le haut du pavé dans les universités et entendait le garder. Les militants du NSV furent persécutés par l'Etablishment mais ils tinrent bon même s'ils étaient minoritaires. Le NSV est rapidement devenu le contre-poids de l'hégémonie culturelle de la gauche. La première génération ne s'attendait pas à ce que le NSV! devienne un projet durable, qui s'est finalement avéré un succès.

 

http://4.bp.blogspot.com/-7FXYcEaFWw8/TqgfU7wEAbI/AAAAAAAATcA/vlPVv8fqXXw/s1600/nsv+nu.jpg

Les trois piliers idéologiques de l'organisation -formation, action politique, traditions étudiantes- semblaient faire appel aux étudiants radicaux de droite. Cette idéologie repose sur un nationalisme intégral et sans compromis avec une perspective solidariste de troisième voie, fermement anti-marxiste, anti-capitaliste avec une vision européenne forte . Des actions directes et radicales, souvent en tête du mouvement flamand, avec les traditions étudiantes et un héritage flamand basé sur les valeurs de camaraderie.

Les nouvelles générations du NSV! sont influencées par les idées de la Nouvelle Droite Européenne, ( Alain de Benoist, Pierre Vial et d'autres ) . La NSV ! a souvent introduit des nouvelles idées et fait connaitre de nouveauc penseurs parmi les jeunes nationalistes parfois prisoniers de dogmes anciens.

La montée du NSV! alla de pair avec celle du Vlaams Blok , au sein duquel nombres de nos étudiants poursuivirent leur engagement. Mais cela ne signifie pas que le NSV!  faisait partie intégrante du Blok. Même s'il y avait beaucoup de similitudes, les NSV avait ses propres idées et critiquait souvent le parti si nécessaire.

A partir des années 90, il a été plus difficile de défendre nos idées du fait de la montée de l'individualisme et du désintérêt politique parmi les étudiants, avec des hauts et des bas liés puisque chaque génération d'étudiants est remplacée tous les 4-5 ans.

Depuis le début du millénaire, les choses vont mieux. Malgré les campagnes haineuses de la gauche, le NSV est désormais reconnu dans toutes les universités flamandes. Et depuis, la gauche a perdu sa force mobilisatrice, la nécessité de se défendre physiquement contre les hordes"antifascistes" a diminué et nous avons perdu notre mauvaise réputation de combattants de rue. Notre idéologie reste radicale et certains étudiants ont toujours un  problèmes avec nous... A travers son histoire le NSV n' a jamais été un mouvement de masse mais teele n'a jamais été notre intention. Bien sur nous aimerions voir nos idéaux devenir plus mainstream mais un mouvement qui parle d'idéaux et de principes et non d'argnt, d'interêts et de pouvoir n'attirera jamais la majorité. Avec ou sans applaudissements, nous continuerons à porter le flambeau !

 

 

2) Pourriez-vous nous éclairer sur la situation du nationalisme flamand aujourd'hui ?

 

A partir du début des années 90 , le Vlaams Blok, a commencé à remporter des élections et vint à dominer le mouvement flamand. Il défendait un nationalisme flamand sans compromis  luttant pour un démantèlement direct de l'état belge. Le Système s'est farouchement opposé à lui, avec des méthodes très sales. Mais celà le rendait plus fort. Au court de la dernière décennie les choses ont changé. Le successeur du Vlaams Blok interdit, le Vlaams Belang a atteint son apogée puis perdu presque toutes les élections. A celà plusieurs raisons : les luttes internes, publiques etagressives, le cordon sanitaire des autres partis rendant inutile le vote VB, le boycott des médias succédant aux attaques. Le discours populiste anti-islam a été critiqué au sein même du parti. Et plusieurs alternatives plus modérées ont émergé dans le paysage politique flamand.

Un de ces partis, la N-VA ( Nouvelle Alliance Flamande ) a commencéà gagner des élections. La N-VA a également l'indépendance comme premier objectif mais par des réformes institutionnelles "évolution plutôt que Révolution" comme ils disent ou plutôt "dissolution" de l'état belge entre les régions et le niveau européen.Ils'agit d'un parti de droite modérée, conservatrice avecdes idées économiques libérales. Le président Bart Dewever,intelligent et charismatique est très populaire en Flandres.

Avec les élections de 2014 la N-VA domine le paysage politique flamand avec 30% des voix. Ils ont formé des gouvernements de centre droit aux niveaux flamand et belge. Bien que le parti ait fait campagne sur le "confédéralisme" comme étape vers l'indépendance, son action a surtout  porté sur la reprise économique et les réformes libérales.

Une partie du mouvement flamand voit celà comme une trahison, une autre comme une tactique intelligentes forçant les socialistes wallons àdemander plus d'autonomie. En tous cas la gauche attaque férocement , des "élites" culturelles aux syndicats et tente de lier la N-VA au national-socialisme !

Quant à la NSV, les avis sont partagés, Certains placent leurs espoirs dans la real-politik de la N-VA, d'autres espèrent que le Vlaams Belang reprendra sa place avec son nouveau jeune président, Tom Van Grieken, qui était notre président national il n'y a pas si longtemps.

 

 

http://yeshighland.net/images/lochaber/blog/march-and-rally-2013/11-20130921-123112-p9217329-001/image_large

3) Il semble qu'il n'existe pas de mouvement d'extrème gauche dans le nationalisme flamand. Comment l'expliquez-vous?

 

Il y a quelques nationalistes flamands de gauche, mais ce ne sont que quelques intellectuels sans beaucoup de résonance dans la société flamande. Il y a plusieurs raison à celà. Premier élément, le mouvement flamand a été dès l'origine conservateur et romantique . Au cours de l'entre-deux-guerre, il a été perfusé par les idéaux révolutionnaires-conservateurs puis une partie du mouvement s'est retrouvé dans la Collaboration avec l'Allemagne. Après la guerre, l'établissement belge a opportunément utilisé cela pour une répression très vile du mouvement...Ce qui a créé une haine de la Belgique pendant une longue période. Beaucoup de nos membres ont encore des grands-parents qui ont été persécuté par la Belgique. Ce faisant la Belgique a ironiquement créé des générations de nationalistes radicaux qui ont juré de ne jamais s'incliner. Et l'équation entre le nationalisme flamand et la droite radicale est devenue une sorte de prophétie auto-réalisatrice.

Troisièmement, il est seloon nous tout à fait logique qu'un mouvement qui se bat pour la reconnaissance de notre identité et pour nos traditions soit plutôt conservateur que progressiste.

 

4) Quelles sont vos relations avec les différents mouvements nationalistes flamands (Voorpost, Vlaams Belang, N-VA etc.. ) ?

 

Nous avons de bons contacts avec la plupard d'entre eux même si le plus proche idéologiquement  est le Voorpost. Mais des organisations comme le VVB ou des groupes d'actions comme le TAK comptent  beaucoup d'anciens de la NSV parmi eux. Nos militants quittent rarement le mouvement nationaliste !

Quant aux partis, nous avons de la sympathie pour le Vlaams Belang et la N-VA même si nous les critiquons tous les deux parfois.

 

5) Et des mouvements belges ?

 

Malheureusement, le sud n'a que très peu d'activité indépendantiste ou nationaliste. Nous n'y avons donc que très peu de relations.

 

 

6) Vous étiez aux cotés des écossais lors d'une manifestation en faveur du OUI au référendum sur l'indépendance écossaise. Pouvez-vous préciser le sens de cette action ?

 

Chaque année, nous faisons un séjour à l'étranger durant l'été, souvent pour établir des contacts avec des organisations nationalistes locales. Nous avons décidé dans ce cadre d'aller à Edimbourg soutenir les nationlistes écossais. Peut-être viendrons nous en Corse l'une de es prochaines années !

 

Vive la Corse, Vive la Flandre et l'Europe aux Cent drapeaux !

 

Merci Camarades, et bonne chance !

 




Partager cet article