Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/3/3e/I_Verdi_Corsi_logo_max.jpg

 

     La reprise en  main de l'écologie politique en Corse par l'officine mondialiste Europe Ecologie et la mise à l'écart des " écolos-natios" se poursuit inexorablement. Il y a quelques jours les "écolos bobos" ont reçu à Aiacciu un  soutien de  poids : celui de Karim Zéribi, qui brigue la première place de la liste EELV pour le sud-est de la France aux élections européennes de 2014. Zéribi qui se revendique "citoyen du Monde " est assurément  un homme de conviction, entièrement dédié au bien commun : ancien footballeur professionnel, il entre en politique en 1998 au Mouvement des Citoyens ( gauche jacobine française ) de Jean-Pierre Chevènement dont il devient un conseiller. Il passe ensuite au Parti Socialiste grâce auquel il est élu député européen en 2009 puis à EELV ( mondialiste ) en 2010.

 

  Karim Zéribi peut également se targuer d'une grande légitimité,tant en matière de valeurs démocratiques que de proximité avec l'élite de la communauté Corse. Il fut  en effet en 2008 le porte-parole du président du Conseil général des Bouches-du-Rhône Jean-Noel Guerini pour les élections municipales de Marseille.Zéribi est aussi  Président de la Régie des Transports de Marseille et de l'association "Agir pour la citoyenneté", financée par... le conseil général des Bouches-du-Rhône. Une "fraternité" avec la famille Guerini qui lui permettra d'emporter haut la main l'élection désignant la tête de liste EELV pour les municipales marseillaises de 2014, grâce au vote de nombreux "nouveaux adhérents" de la structure, au grand dam des écologistes traditionnels locaux.

 

Karim Zéribi, soutien des écolos-bobos et proche des meilleurs de la communauté Corse ...

 

http://www.prechi-precha.fr/wp-content/uploads/2013/04/zeribi-gue%CC%81rini.jpg 

 

  L'offensive des écolos-bobos en Corse se caractérise par la pratique massive de l'enfumage. Les affidés de Cohn Bendit porteraient les valeurs de la gauche tands que les écolo-natios seraient "de droite". Ceux-ci protestent maladroitement, arguant de leur "progressisme" face au conservatisme incarné par François Tatti, le nouvel allié de leurs adversaires. La direction d'EELV est quant à elle qualifiée, sans rire, de "jacobine".

  Les écolos-natios d'I VERDI CORSI adoptent les schémas de pensée et la dialectique imposés par leurs adversaires. Ils refusent de formuler  les enjeux véritables de cette confrontation et de désigner explicitement les deux camps antagonistes en présence : celui du NATIONALISME, visant à l'émancipation du peuple Corse, représenté  par I Verdi face à celui du MONDIALISME oeuvrant à la mise en place de la  Gouvernance Globale, incarné par Europe Ecologie.

 

Ils perdront donc cette bataille politique.

 

A SQUADRA

 

A lire aussi :

 

-Sur François Alfonsi, EELV et la Syrie

-François Alfonsi, un Corse au service de la GOUVERNANCE MONDIALE

-Ecolos-bobos contre Ecolos natios.   

-Une écologie sociale pour la Corse

 

 


 

Partager cet article