Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

    La campagne électorale pour les municipales de Bastia sera, nul n'en doute, âpre et riche en promesses, tirades, proclamations et brassage d'air masquant de sordides manoeuvres de coulisses et autres pratiques clientélistes,les traditions en ce domaine au moins ne courant aucun risque de disparition.

  Premier à ouvrir le feu dans se domaine, Jean-François Baccarelli. Le candidat étiqueté écologiste a choisi d'axer  sa campagne, outre les thèmes traditionnels de ce courant politique, sur ceux de l'immigration et de la délinquance, questions dont il pressent qu'elles préocuppent de plus en plus les Corses, espérant ainsi surfer sur la vague "bleu marine" et profiter d'une certaine indigence du représentant local du FN.

Jean-François Baccarelli défend en même temps une Corse catholique... et  les "valeurs" de la République française  

  Un vidéo intitulée " Corse, terre d'immigration ou de colonisation" circule déjà sur internet. Mr Baccarelli y lit un discours, parfois caricatural, mettant clairement en cause la  délinquance issue de l'immigration, ainsi qu'une supposée "islamisation de la Corse".

      Si les positions de Mr Baccarelli tranchent avec le politiquement correct en vigueur dans la classe politico-médiatique insulaire, elles n'en reposent pas moins sur une incohérence idéologique caractéristique de certains courants populistes :

  Le candidat écologiste exige ainsi la "priorité aux bastiais" pour l'attribution de logements sociaux, exhorte les chefs d'entreprise corses à embaucher nos compatriotes, selon le principe communautaire  "les nôtres avant les autres " et affirme vouloir défendre la catholicité de la Corse.

    Et le discours de se conclure par un vibrant hommage... aux valeurs de la République française. Valeurs Républicaines qui excluent, par leur nature même, toute référence à une tradition religieuse comme toute vélléité de politique "corsiste", y compris au  plan municipal. Ce que n'ignore pas Mr Baccarelli et laisse présager du caractère commercial d'une démarche consistant à exploiter le "marché" de l'inquiétude et de la demande sécuritaire.

  Ce type de campagne, si opportuniste qu'il soit, n'en est pas moins basé sur des aspirations réelles de la population et constitue un défi pour les forces politiques se réclamant de la Nation Corse. Celles ci devront donc, à Bastia comme aiileurs, clarifier et préciser leurs positions quant aux problèmes posés par l'immigration et la délinquance . Elles s'attacheront surtout à expliquer à notre peuple que la mise en place de politiques  municipales alternatives à celles en vigueur dans l'hexagone est indissociable de l'accession de la Corse à la souveraineté, et partant, de son émancipation des "valeurs" de la République française comme de ses institutions.

 

A Squadra

 

 

 

Partager cet article