Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  http://www.mediaterranee.com/sites/www.mediaterranee.com/files/styles/large/public/field/image/collectif_du_5_mai.jpg

 

   Les efforts et l'activisme du collectif des victimes de la catastophe de Furiani et celui des politiciens insulaires n'y aura donc rien fait.Le 5 mai ne sera  pas "sacralisé" et des rencontres de football se dérouleront ce jour là sur tous les terrains de l'hexagone.Ainsi en a décidé l'Etat français via le président de la LFP, le franc-maçon Thiriez,qui reserve son attention et sa sollicitude aux "grands" du football professionnel français, ceux dont les caisses  sont alimentées par l'argent des banquiers et des émirs.

Il apparait évident, y compris aux yeux des moins lucides qu'au sein d'une République française inféodée à tant de lobbys, les Corses ne figurent pas parmi les communautés "qui comptent", celles dont les moindres désirs deviennent des ordres pour les plus hautes autorités de l'Etat. 

Les pseudos réseaux corses de la capitale française qui firent tant fantasmer et vendre de papier, comme les ridicules gesticulations des politiciens insulaires n'en apparaissent que plus dérisoires. 

 

                          Malgré leurs ridicules gesticulations, les politiciens insulaires ne comptent pas à Paris... 

http://www.corsematin.com/media_corsematin/imagecache/article-taille-normale-nm/image/protec/2012/01/11/15607851.jpg

 

En outre, la sacralisation de la souffrance de notre peuple par les instititions sportives et politiques françaises reviendrait à les intégrer dans le "patrimoine français", à l'instar des affirmations de certains courants politiques concernant la langue corse. 

 

Il convient donc, pour ceux qui se réclament du mouvement national, de cesser de gémir et de pleurnicher auprés d'autorités dont nous ne sommes pas sensés reconnaitre la légitimité, et de militer pour imposer en Corse une sorte de "journée du souvenir", au cours de laquelle les clubs de football insulaires refuseraient de jouer , y compris contre des équipes hexagonales.

 

L'exhibition de la souffrance ne fait pas partie de notre culture.Cessons de vouloir imiter des peuplades étrangères à notre paradigme européen et d'importer des attitudes suggérées par la société  du spectacle et le monde du "show business". 

 

 

A Squadra

Partager cet article