Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

    Ce samedi 30 novembre étaient organisées partout en France, à l'initiative du pouvoir et de ses officines affiliées, des défilés "antiracistes", avant tout voués au rôle de contre-feu face à la colère populaire croissante et porteuse de troubles prévisibles à moyen terme. Ces manifestations se sont soldées par un échec retentissant, regroupant rarement plus de quelques centaines de personnes dans les grandes agglomérations alors qu' à Carhaix, en Bretagne se rassemblaient prés de 40 000 mille Bonnets Rouges.

 

                                        

Harlem Désir, Valls, Peillon, Taubira, la fine équipe affectée à la manoeuvre"antiraciste"


 

   En Corse l'appel aux rassemblements devant les préfectures lancé par plus de 40 associations, partis proches du pouvoir et acteurs culturels subventionnés, n'a mobilisé in fine qu'une quarantaine de personnes à Aiacciu et une ( petite ) centaine à Bastia. Les "vigilants" étaient pour l'essentiel constitués de membres du Front de Gauche et d' Europe Ecologie les Verts, une structure définitivement normalisée en Corse et intégrée dans le camp de la gauche française.

  Les partis de Droite et les mouvements nationalistes dans leur ensemble ont, de manière logique, refusé de participer à cette manoeuvre hollandiste. tous soucieux de ne pas laisser au Front National le monopole de la contestation de " l'ordre moral"  socialo-communiste. Exception notable, la présence peu ostentatoire ( aucune photo dans la presse ) du candidat autonomodéré à la mairie de Bastia, en compagnie de son principal adversaire, au milieu des drapeaux rouges de la CGT et du Front de Gauche. Une plaisanterie qui, réitérée, pourrait lui couter cher aux municipales.

  Les Corses n'ont donc pas répondu présent aux injonctions d'un pouvoir dont l'un des principaux dignitaires, lui-même impliqué cette opération d'enfumage, évoquait il y a peu le caractère "culturellement violent" des Corses, et dont les services viennent de conclure une énième campagne de dragonnades contre la mouvance patriotique. Tous ont en mémoire les déclarations de l'ancien président de SOS Racisme Dominique Sopo sur la non-existence du peuple Corse. Tous savent que les paroles et actes anti-corses ne sont pas attaquables devant la justice française, notre peuple n'ayant aucune existence légale, ni même légitime aux yeux des institutions.

  Les Corses ne sont ni "racistes", ni "antiracistes", concept virtuels et viciés importés par l'occupant et sa propagande. Ils demeurent dépositaires d'un bon sens populaire et paysan issu de leurs traditions  et de leur être profond qui leur fait distinguer le proche de l'étranger, l'honnête homme de l'escroc. Raison pour laquelle ils ont massivement boycotté les pantalonnades du Parti Socialiste français.

 

A Squadra

 

A noter la position ferme et particulièrement avisée du Rinnovu Naziunali sur la question . Lire le communiqué : http://www.wmaker.net/inforinnovu/Ni-raciste-ni-republicain-francais_a112.html

 

sur l'escroquerie de l'antiracisme socialo-mondialiste :

http://corsicapatrianostra.over-blog.com/article-escroquerie-a-l-antiracisme-la-france-championne-du-mooonde-121240861.html

 

Partager cet article