Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://rutasymapas.com/wp-content/uploads/2012/04/bandera-corsa.jpg 

 

 

   La  campagne du premier tour des élections municipales s'achève, marquée à Bastia par les coups bas, rumeurs, ragots et autres pratiques traditionnelles de ce type d'évènements. Parmi les dernières cartouches tirées par le clan zuccarelliste au pouvoir, la tentative de terroriser l'électorat et empécher la convergence des oppositions par le spectre du "siméonisme", qualifié d'idéologie antidémocratique, haineuse,remontant aux "heures les plus sombres de notre histoire".

 

Ce dérisoire bouquet final ne semble pas avoir eu l'effet escompté. Chacun sait en effet que le "siméonisme" bastiais incarne avant tout une aspiration au changement dans les méthodes de gestion des affaires courantes de la municipalité ( attribution plus transparentes des logements, des emplois, fin du clientélisme etc...) mais en aucun cas une rupture idéologique avec la pensée dominante ou le politiquement correct. Le nationalisme  de Gilles Simeoni se limite en réalité à la revendication d'une application stricte ...des principes de la République Française, bafoués par le règne quasi-séculaire d'une dynastie se prévalant ostensiblement de ces mêmes principes . L'on peut par exemple escompter que la  "candidature anonyme" pour l'obtention de logement sociaux, proposée par Gilles Simeoni accentuerait une  marginalisation des Corses que limitait une certaine forme de clanisme.

L'importance  de cette élection ne se situe donc pas dans la victoire de l'un des deux favoris ( Zuccarelli ou Simeoni ) qui en réalité se réclament peu ou prou des mêmes valeurs, qu'elles soient déclinées sur le mode jacobin et passéiste de l'équipe actuelle ou régionaliste de ses possibles successeurs.  

 

L'aspect le plus important de cette élection est d'ordre Symbolique et Historique. Son enjeu véritable fut clairement affirmé par le docteur Simoni, lors de la réunion publique de la liste indépendantiste "un alba nova per Bastia" du jeudi 13 mars à Lupinu :" le drapeau national doit flotter sur la mairie de Bastia ! " .

Quoi que l'on pense du nationalisme dilué et neutralisé présenté par les autonomodérés, sa victoire à Bastia aura pour fonction essentielle de faire sauter un verrou psychologique, casser un mur longtemps donné infranchissable, marquer les esprits et le cours de l'histoire, avec un retentissement excédent largement les rivages de la Corse. La chute du clan Zuccarelli constituera une étape marquante sur le temps long de la Lutte de Libération Nationale. L'accentuation de la crise économique et sociale, l'accélération des processus politiques et historiques globaux, la conscientisation politique et idéologique empiriquement engendrée auront tôt fait ensuite de déborder le siméonisme et ses épigones, puis les reléguer au rang d'objets usés de la politique.

 

Une seule chose compte le 23 mars prochain à Bastia : le drapeau Corse doit flotter sur l'hôtel de ville !! 

 

 

 

A Squadra

 

 

 

 

 

 

Partager cet article