Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

    " Chaque parti se targuant d'aligner des Militants, en leur attribuant les qualités que leur politique susciterait, on pourrait de prime abord, à voir à cerner ici quelques principes, croire à une sorte de concurence. Mais il y a en réalité, comme un paradoxe à croire qu'un mouvement, qui n'accorde raison qu'aux voix les plus nombreuses, et fait donc reposer la qualité sur le nombre, puisse compter, pour assurer son succés, sur autre chose que la masse de ses adhérents.

  Le potentiel du nombre n'a rien à voir avec la force d'une minorité réellement agissante et sur le plan de l'efficacité, rien ne s'oppose plus à l'adhérent, que le Militant.

  Celui ci est au contraire, par définition, celui qui possède cette caractéristique occidentale de réaliser. On peut donc dire que le meilleur militant est bien celui qui est au service d'un ensemble où l'on a décidé de ne  croire à la victoire qu'en fonction de ses propres efforts.

   Transposant l'idée en action, le Militant a moins une doctrine qu'une formation. Les deux termes ne se contredisent nullement, mais la seule doctrine fait trop souvent demeurer l'esprit au rang de la reflexion abstraite, alors que la formation determine le jugement. Et ce qui frappe au premier chef, chez un Militant Nationaliste, c'est avant tout la force de son jugement aux prises avec l'evènement, en un mot sa lucidité. Il peut ne pas apparaitre comme possesseur d 'une longue théorie, mais sa grande supériorité sur celui qui etiquette et catalogue sans pensée, est d'agir si surement que chacun se doit de reconnaitre qu'il avait raison. Sans doute la consigne, la direction donnée fait elle beaucoup à cela. Mais pas entièrement. Les Militants qui se retrouvent aprés avoir été éloignés, séparés, sans autre moyen d'appréciation que leur propre observation peuvent etre étonnés de découvrir qu'ils ont eu les memes réactions devant un fait précis. Et cette unité meme, que l'on ne retrouve nulle part ailleurs, est encore une caractéristique.

 

 

  Il semble qu'il y ait deux raisons à cette lucidité. Et d'abord l'aquisition d'une conscience révolutionnaire. Il ne s'agit ni d'un mot destiné à se donner le frisson, ni d'une formule, mais d'une réalité qu'il ne faut pas croire naturelle, alors qu'elle résulte d'un travail personnel irremplaçable. Avoir une conscience révolutionnaire, c'est agir sur un évènement donné de façon naturelle - c'est à dire par reflexe, donc sans erreur - en refusant tout compromis, toute concession à ce qui ne se réclame pas de son idée, le plus souvent au Régime. Le Militant révolutionnaire a acquis une mentalité qui détermine le moindre de ses actes : il est déraciné du Régime ..."

 

 Fabrice Laroche   "Qu'est ce qu'un militant ? "  1963

Partager cet article