Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

  Publié en 2000 aux éditions l'Harmattan par Jean-Pierre Santini  " Front de Libération Nationale de la Corse " sous-titré "De l'ombre à la lumière" est l'un des rares ouvrages écrit par un acteur du mouvement national corse accordant la priorité aux questions doctrinales sur les récits de faits d'armes et autres péripéties politiciennes. Il constitue donc un remarquable outil de formation politique dont il convient de proposer l'étude ( et la critique ), notamment aux plus jeunes militants.

http://jacbayle.perso.neuf.fr/images/imMedit/Santini_JP_1.jpg

 

L'ouvrage décrit en détail la genèse et les fondements théoriques de la lutte de libération nationale corse contemporaine aboutissant à  la création du FLNC, puis en relate les différentes phases  jusqu'en 1999 et les prémices du "processus Matignon".

L'auteur analyse longuement les contradictions idéologiques qui entraineront les secteurs majoritaires de la mouvance nationaliste vers les errements des années 90, les dérives à la fois réformistes et militaristes allant de pair malgré les apparences et les discours officiels. La principale  confrontation opposera, peu après la création du FLNC, les tenants  de la notion de "droit à l'autodétermination" du peuple Corse ( hypothétiquement reconnu par la puissance occupante ) comme "point d'arrivée" de la lutte  et ceux qui défendront le principe de l'affirmation de la Souveraineté nationale par des institutions politiques corses, issues du peuple Corse et seules légitimes à ses yeux comme aux yeux du monde. La différence qualitative entre "sentiment national" ( l'on dirait aujourd'hui identitaire ) partagé par la majorité des Corses et "conscience nationale", apanage d'une minorité, expliquant la victoire des premiers sur les seconds.

 

Ce récit nous fait également (re)découvrir les pérégrinations d'un courant politique ultra-minoritaire mais dont certaines positions sont susceptibles d'inspirer l'action du mouvement national corse dans un futur proche, une fois évaporées les illusions du "dialogue avec Paris" : celui regroupé autour du principe "indipendenza-Sucialisimu", qui s'exprimera successivement sous le nom de Partitu di u Populu Corsu, Partitu Corsu Per u Sucialisimu, puis Chjama per l'Indipendenza et défendra le principe de la Cunsulta Naziunale, c'est à dire l'émancipation par l'auto-organisation du peuple en dehors des cadres politiques imposés par l'occupant. 

Ce courant tentera de donner un véritable contenu aux idées d'Indépendance et de Socialisme. Sa faiblesse résidera dans son matérialisme, l'absence de dimension verticale et spirituelle donnée à son combat. Rassemblant d'authentiques patriotes anti-capitalistes refusant toute collaboration avec la gauche française, cette démarche doit être soigneusement distinguée des opérations de manipulations et de noyautage orchestrées par les officines gaucho-mondialistes issues du Parti Socialiste Unifié et du trotskysme.

 

Jean-Pierre Santini n'évite pas dans ses analyses certains travers imputables au contexte des années 70 : abscence d'autocritique, référence à des catégories politiques factices, paralysantes, perennisées par la propagande du pouvoir : "gauche", "droite", "fascisme" etc...

 

A l'heure où les courants autonomodérés et nationalistes tendent à clarifier leurs positions et entrer dans une phase de confrontations politiques et idéologiques, les analyses proposées par  "Front de Libération Nationale" susciteront une réflexion bénéfique à tous les militants se réclamant de la Nation Corse.

 

A Squadra

 

"Front de Libération Nationale de la Corse, de l'ombre à la lumière " Jean-Pierre Santini éditions l'Harmattan 2000

 

 

 

 

 

 

Partager cet article