Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

    Comme l'affirme Denis Luciani, l'auteur de l' "Essai sur la genèse et la nature de la féodalité corse", l'étude du Moyen Age comme source de mentalité et de structuration sociale du peuple corse se révèle riche d'enseignements quant au présent et l'avenir . La principale faiblesse du monde féodal corse, qui fut la cause de sa soumission à des puissances étrangères puis de son effacement ne découle pas de la géographie ou des structures claniques, mais de l'absence d'une dimension religieuse transcendante et unificatrice. Une carence à laquelle tenteront de remédier les Révolutions nationales du XVIIIe siècle. Le roi Théodore fondera un Ordre de Chevalerie inspiré des Teutoniques, puis les paolistes placeront le Royaume de Corse sous la protection de la Vierge Marie. L'idée même de Nation Corse est donc sous-tendue par des principes d'ordre spirituel, dont l'oubli ou la mise à l'écart par les influences modernistes seront à l'origine de nombres de dérives ( guerre des "caporali" nationalistes des années 90 ) de la revendication nationale contemporaine. La dimension métaphysique de la lutte nationale Corse intériorisée par tous ses acteurs, son opposition  absolue au Chaos occidental, demeurent la clé de la transmutation des faiblesses en force capable de générer un véritable ordre civilisationnel, au coeur du nouveau Moyen Age à venir .

 

A Squadra

http://www.stampaleone.com/img/p/1/4/6/146-thickbox.jpg

 

quatrième de couverture :

 

  La féodalité corse est méconnue des Corses eux-mêmes, comparativement à d'autres périodes comme le XVIIIe siècle, avec Paoli et Napoléon, ou le XVIe siècle avec Sampieru. Cela n'est pas seulement du à la notoriété des personnages précédemment cités, mais aussi au fait que progressivement, à partir du XIXe siècle, s'est construit une image négative de cette période. De surcroit, durant la deuxième moitié du XXe siècle, le Moyen-Age cesse d'être le référent identitaire qu'il était au moment de révolutions de Corse de 1730-1769. Faussement désigné par les dites périodes : "pisane", "génoise" ou "aragonaise"...les Corses vont ignorer une époque et se détacher ainsi de mythes fondateurs de leur identité collective. Pourtant, c'est dans ce Moyen-Age corse que se structure, en grande partie la mentalité clanique qui va perdurer jusqu'à aujourd'hui. Ce regard n'est pas seulement historique mais ethnoculturel et permet une projection porteuse d'enseignement pour l'avenir.

 

" Essai sur la genèse et la nature de la féodalité corse" Denis Luciani ,éditions Anima Corsa 2013

Partager cet article