Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://www.vieux-bouquins.com/1062-large_default/les-loups-noirs-autonomisme-terrorisme-en-alsace.jpg    La politique de redécoupage administratif de l'Hexagone autoritairement conduite par l'Etat français a suscité en Alsace une réaction populaire massive et un regain d'adhésion aux idées autonomistes et identitaires. A plusieurs reprises, des milliers de personnes ont défilé dans les rues de Strasbourg, Mulhouse ou Colmar derrière le drapeau ROT UND WISS et le slogan "Elsass Frei", malgré les pressions et les tentatives d'intimidation des autorités françaises.

 

Mais au cours de l'histoire contemporaine, la revendication alsacienne a parfois pris d'autres formes. En décembre 1980 , le groupe alsacien de combat les "LOUPS NOIRS" ( Elsässische Kampfgruppe die "Schwarzen Wolfen" ) entre avec fracas dans l'histoire de l'autonomiisme alsacien. C'est la première fois que que des activistes font parler la dynamite pour défendre la spécificité de l'Alsace, son dialecte germanique et pour dénoncer le centralisme jacobin.

 

Paru en 1990, "Les Loups Noirs" sous-titré "Autonomisme et terrorisme en Alsace" relate de manière relativement objective l'histoire de ce groupe clandestin, ses actions, ses origines et ses motivations.

 

Les membres du groupe sont issus d'une mouvance regroupée autour de la revue culturelle "Haus der Heimat" ( Maison de la Patrie ) dirigée par le docteur Iffrig, qui défend le principe selon lequel "la renaissance culturelle conditionne l'action politique future".

Inspirés par les actions politico-militaires menés par les nationalistes du Sud-Tyrol ( territoire germanique administré par la République italienne) dans les années 50 , le noyau  dur du mouvement, constitué de paisibles pré-retraités, s'engage dans une série d'actions retentissantes  contre les symboles du colonialisme français en Alsace qui ne fera ni blessés ni victimes. Seront notament visés la Croix de Lorraine de Thann ( à deux reprises) et le monument dédié à Turenne, à Turkheim.  L'histoire personnelle des militants  "Loups Noirs" illustre la réalité de la politique d'assimilation forcée, d'antigermanisme et d'anticatholicisme exercée par la République Française.Tous ont subi brimades, discrimination et violences liées à la francisation à marche forcée de l'Alsace.

 

Le texte de revendication de l'unes des actions exprime en quelques mots l'essence du combat alsacien : " La destruction du honteux monument consacré à Turenne est le premier avertissement adressé à la puissance coloniale française de Paris. Il faut en terminer avec l'assimilation et l'exploitation de la patrie alsacienne. Celui qui sabote la langue d'un peuple assassine son âme. On nous demande ce qui n'existe nulle part au monde : nous adapter à ceux qui viennent chez nous. Nous exigeons dès à présent l'enseignement de l'Allemand dès la première année scolaire. Nous voulons être un peuple libre dans notre propre pays".

Les Loups Noirs seront arrétés, puis jugés et condamnés par la justice française en 1982.

 

La deuxième partie de l'ouvrage est consacrée à l'histoire des courants autonomistes alsaciens depuis la fin des la Première Guerre Mondiale, des divers courants, parfois opposés ( autonomistes "purs", pangermanistes, communistes dissidents, nationaux-socialistes, catholiques etc..) et leur péripéties au cours de l'histoire récente tourmentée de cette terre d'Europe située au coeur des confrontations globales du siècle dernier.

 

http://md1.libe.com/photo/701887-manif_anti_fusion_alsace_040.jpg?modified_at=1418983055

 

Pierre Rieffel est le dernier "Loup Noir" encore en vie. Aujourd'hui agé de 86 ans, il continue de défendre l'identité et le droit à l'existence du peuple alsacien. Il écrivait récemment " Je voulais que notre peuple réalise, réagisse et continue à exister par sa langue, sa culture, son identité".  Un message désormais compris et repris par de nouvelles forces populaires en Alsace.

 

A Squadra

 

Les Loups Noirs, autonomisme et terrorisme en Alsace Bernard Fischbach et Roland Oberlé éditions Alsatia Union 1990

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article