Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 Quoi que l'on pense  de la participation de forces politiques se réclamant de la nation Corse à un jeu dont les règles sont définies par l'ennemi, il n'est pas inutile de se pencher sur les tendances lourdes révélées par un tel scrutin, au-delà des traditionnelles et douteuses pratiques  plus que jamais en vigueur en Corse ( inflations des procurations et d'inscriptions de "nouveaux électeurs" ,achats de votes etc...)

  Les résultats du premier tour des élections municipales sont tombés et l'on peut d'ores et déjà en tirer la leçon principale concernant le mouvement national corse : l'échec de la boboïsation et de l'alliance avec la gauche française , notamment en Corse du Sud, la pulitichella bastiaise relevant d'un enjeu plus symbolique, l'eviction du clan le plus hystériquement anti-national de l'histoire contemporaine de l'ile.

 

A Aiacciu, la liste d'union nationaliste franchit de justesse la barre des 10% des suffrages, au terme d'une campagne à prétention sérieuse et "gestionnaire", marquée par une soumission absolue aux principes du politiquement correct. "Aiacciu cità nova " devrait tout de même être représentée au conseil municipal. le titre de "faiseur de roi" étant décerné à son chef de file par un journaliste ironique et blasé  lors de la soirée électorale télévisée .

Le Front National, engrange lui plus de 8% des suffrages avec un message "identitaire", malgré une absence totale de légitimité et de présence militante de terrain.

 

 

                                     Autonomodérés et gauche française, unis pour le "progrés"  ...sans le peuple .

 

 

Grosse désillusion à Purtivecchju en revanche pour la liste "Purtivecchju altrimenti" regroupant entre autres autonomodérés et militants du Front de Gauche, leur adversaire le maire sortant de droite ratant sa réelection au premier tour de quelques voix seulement. Cette alliance contre-nature, clairement  dénoncée par le candidat indépendantiste Michel Giraschi ,allait pousser les vieilles familles "de souche" dans les bras de l'homme du clan Rocca Serra, au nom d'un socle de valeurs conservatrices largement partagées avec les partisans du nationalisme radical.

Cette alliance autonomodérés-gauche française, également esquissée sans succès dans le sartenais, exclut de fait les tendances  du nationalisme les plus attachées aux "fondamentaux", les moins susceptibles de récupération par le Système. Ce rapprochement , impliquant un alignement idéologique total sur les orientations mondialistes de la gauche ( immigrationnisme, dérives sociétales etc...) heurte de plein fouet le paradigme réactionnaire de notre peuple, et va à l'encontre des aspirations  national-populistes émergeant dans toute l'Europe.

 

La fin de la séquence électorale ouvrira le temps des débats et remises en question sur les orientations fondamentales du mouvement national,en particulier du courant indépendantiste, de sa re-politisation ou de sa désintégration finale par l'octroi par l'occupant de miettes d'un pouvoir illusoire .

 

A Squadra 

Partager cet article