Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

   Les dernières péripéties politiques insulaires ont mis en évidence une certaine ambiguïté de l'action actuelle du mouvement national, révélatrice de contradictions plus profondes, pour l'heure confinées dans le non-dit.

D'un coté, un soutien plus ou moins officiellement  affiché des indépendantistes à l'idée d'un "printemps corse" , enclenché par la jeunesse et étendu à l'ensemble du peuple. De l'autre,une stratégie d'alliance électorale des autonomodérés avec la gauche française  dans plusieurs localités pour les municipales de mars prochain. Ce rapprochement officiel accompagne un alignement idéologique, du parlement européen à Purtivecchju, sur les dogmes de la pensée unique véhiculée par le pouvoir , lesquels excluent toute reconnaissance des aspirations des peuples historiques d'Europe .

 

Les indépendantistes maintiennent l'idée ( la  fiction ? ) d'une union des nationalistes qui en toute logique, serait également soluble dans le magma libéral-libertaire précédement évoqué, et ce alors que la politique de répression menée par les "partenaires" du gouvernement français ne connait pas de trève.

 

                                            "Printemps Corse  " ou alignement sur la gauche mondialiste française ? 

IMG-20130530-00116

La dernière tribune publiée par le jeune prisonnier politique N. Battini semble pointer cette contradiction et poser les bonnes questions :  l'anti-impérialisme revendiqué est il compatible avec l'obéissance aux directives du Parti Socialiste et d'Europe Ecologie ? et le Nationalisme avec les orientations du Front de Gauche ?

Les autonomodérés ont exprimé un choix clair : celui de l'intégration dans les structures du Système et la mise en conformité avec les normes idéologique politiquement correctes  que celui-ci impose.

Les structures indépendantistes officielles semblent se complaire dans un certain flou artistique qui impacte la nature même du "printemps corse"  en gestation : simple "amicale pression" sur Paris ou ébauche de rupture politique et volonté de "créer du pouvoir" par la mise en place d'institutions parallèles à celles de la puissance occupante, dans une logique d'auto-émancipation  nationale ?

 

A l'heure où sur toute l'Europe souffle le vent du populisme national et de contestation du libéralisme,l'aspiration et la digestion du mouvement national corse par la gauche mondialiste, laisserait vacant un espace dans lequel ne manquerait pas de s'engouffrer la vague Bleu Marine .

 

A Squadra

 

La tribune libre ( teintée de naÏveté ) du jeune prisonnier politique N. Battini

 

Resistenza !
Le 01/02/14 par Niculaiu Battini, prisonnier politique corse.

La jeunesse s'est réveillée. Voilà ce que ce début d'année vient de nous démontrer, c'est que la Ghjuventù Indipendentista a parfaitement réussi son travail d'implantation au sein des masses populaires. La période de léthargie que nous avons connu depuis la dramatique fusion GI-CGC en 2009 est définitivement derrière nous. La jeunesse nationaliste, anti-impérialiste et révolutionnaire, a de nouveau les moyens de s'exprimer au travers deq structures de la G.I et se reconnait dans le message que porte la Lutte de Libération Nationale.

N'en déplaise aux tenants du légalisme et de la modération, la jeunesse de notre pays ne supporte plus l'arrogance avec laquelle l'Etat Français continue de traiter -ou d'ignorer- la question nationale Corse. Toutes les doléances portées à l'attention du gouvernement social-libéral actuellement en place à Paris ont été rejetées et les votes unanimes de l'Assemblée de Corse qui les appuyaient n'y ont rien changé. Dans ces conditions, les soutiens de dernière minute accompagnés d'appels au calme et à la retenu nous apparaissent comme indécents et malvenus ! La jeunesse se rebelle et la violence qu'elle exerce sur ceux qui veulent la mater par la matraque n'est rien de plus que la réponse légitime à une violence sociale, politique et culturelle encore plus grande !

C'est par centaines que les jeunes patriotes ont répondu à l'appel de la GI, et ont arpenté les rues de Corti, capitale de la République vaincue mais jamais morte ! Et c'est au cri de "FLN !" qu'ils le firent, de la place Paoli jusqu'au barrage des forces d'occupation Françaises. "FLN !", comme un appel au secours ! "FLN !" comme un serment prêté par toute une partie de la jeunesse qui a décidé de se battre ! "FLN !" comme l'intime conviction que si les urnes et la rue ne permettent pas à la jeunesse d'être entendue, d'autres moyens d'actions eux, le permettent. O Ghjuventù, più chè mai, RESISTENZA !

A NOSTRA CUSCENZA GHJÈ RESISTENZA !
LOTTA GHJUVENTÙ, L'AVVENE SÌ TÙ !

Nicolas Battini.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article