Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

http://www.bfmtv.com/i/580/290/577542.jpg

 

   Depuis le milieu des années 70 et le renouveau de la revendication d'une maitrise de son destin par le peuple corse, s'est imposé, pour ses partisans comme pour ses détracteurs, le terme de "nationaliste ", englobant d'une part les partisans de l'autonomie de gestion dans le cadre français ( et aujourd'hui de l'UE ) et d'autre part les indépendantistes et ce, quelle que soit l'idéologie ou le modèle de société prôné par les uns et par les autres. Ce flou artistique, destiné à ratisser large et unir le peuple derrière un programme minimun variant selon des périodes, sera la source des multiples désillusions et dérives ultérieures.

Une certaine décantation s'est depuis opérée même si l'étiquette "nationaliste", associée au terme "modéré" pour qualifier ceux qui refuse la résistance armée, continue d'être usitée, au niveau électoral notamment. Le terme de "patriotes ", plus neutre et autrefois étrangement reservé aux prisonniers politiques ( "liberta per i patriotti ! ") est de plus en plus utilisé par les militants soucieux de se démarquer de l'image négative attribuée par le Système au nationalisme. D'autres ne se définissent que comme "indépendantistes" afin de marquer leur différence idéologique.

 

Une démarche clarificatrice de bon aloi, à l'heure des bouleversements et choix cruciaux que les temps chaotiques à venir ne manqueront pas d'imposer à la Corse.

 

Le terme "nationaliste", diabolisé par le Système ne saurait qualifier des militants ou mouvements qui, partisans de l'autonomie voire de l'indépendance, n'en défendent pas moins les thèses et orientations de Besancenot ou de Cohn-Bendit, voire de Sarkozy  ( immigrationnisme, libéralisme social, dérives sociétales, mariage gay etc ).

 

Ne peuvent légitimement se prévaloir du titre de "nationalistes", que les militants ou groupes porteurs d'une Doctrine définie comme telle, antagoniste aux dogmes et mots d'ordres mondialistes , basée sur le développement de notre communauté historique, des valeurs saines de la famille, des conceptions spirituelles traditionnelles de notre peuple et du monde Européen, lesquelles ne sauraient cautionner une quelconque "liberté" de spéculer, d'exploiter ou de profaner.

 

L'exemple le plus caractéristique de l'ambiguïté de l'idée de "famille nationaliste" demeure l'adoption au milieu des années 80, de la notion de "communauté de destin", sous la pression des tendances gauchisantes et des officines immigrationnistes insulaires ( revendiquées par la fondatrice d'Avà Basta dans le dernier dossier du Canard Enchainé consacré à la Corse ) et imposée à une base plus que rétive aujourd'hui encore.  

 

La "communauté de destin " , un projet nationaliste ?

http://www.morsmal.org/images/uploads/members/admin/ungdomsuke.jpg 

 

 Il est donc tout à fait possible d'être partisan de la reconnaissance du peuple Corse ( ou plutôt de la "communauté de destin" ), de l'indépendance, sans être Nationaliste au sens actuel et communément admis. L'honnêteté élémentaire consistera donc à l'avenir, de préciser et d'expliciter ces nuances sémantiques à l'électorat et au Peuple.

 

A Squadra

Partager cet article