Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

imagesCA5K3EFN

 

  " La Patrie est essentiellement la famille spirituelle et physique réunie par la terre des ancetres et maintenue par la tradition . Le village , la pieve où l'on est né ne sont pas la patrie . Celle-ci exclut un campanilisme , comme elle exclut l'universalisme . Ce n'est pas un concept spirituel qui a pu délimiter la Patrie comme il a pu délimiter l'Etat . La commune , la région , le métier sont aussi des familles spirituelles , mais d'un ordre plus intime ou inférieur en hiérarchie . La Patrie n'est pas une coalition d'interets , une solidarité d'entrepreneurs civils ou militaires à l'affut de gains ou de gloire . La Patrie préexiste comme la Race , elle commence à la région , mais s'étend parfois hors des limites politiques ...

" La Race n'est pas une abstraction . Elle réside dans les affinités electives et sentimentales puissantes qui se transmettent biologiquement , et non dans les reflets consécutifs à l'assimilation . C'est l'element le plus puissant de notre cohésion , notre raison majeure de vivre unis . C'est pourquoi nous sommes une race , c'est pourquoi nous sommes une société humaine , c'est à dire un groupement de fraternisation du à une communauté de sang et de traditions .

La Nation , au contraire , collectivité formée , à travers les siecles , par les necessités de l'Histoire , est une réalisation essentiellement sociale et politique , un ensemble voulu par les interets momentanés de la majorité des hommes qui le composent .

La Race trouve sa supreme expression lorsqu'elle s'allie à la langue , condition réalisée il y a deux mille ans par les Corses , et jamais perdue depuis . La Patrie corse existe donc comme la race corse . Seule la Nation corse a été défaite dans la tragique journée de Ponte Novu . Le destin aveugle qui , le 9 mai 1769 , la précipita dans le Golo peut et doit la faire ressurgir de l'onde écumante du fleuve tragique .

Surtout si nous aidons à lui faire remonter le bandeau sur le front . "

 

Pasquale Manfredi   A Muvra 5 janvier 1936

Partager cet article