Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

Après une première mobilisation le 26 août dernier, plus d'une centaine de personnes s'étaient de nouveau rassemblées place des Palmiers devant la mairie d'Aiacciu pour exprimer leur indignation et leur refus de la profanation de la Corse par le PISS CHRIST, photographie figurant un crucifix plongé dans le sang et l'urine de "l'artiste" américain Andrès Serrano exposée dans l'enceinte du musée Fesch.

Durant la semaine précédant la manifestation, la police politique et les médias du Système avaient effectué leur classique travail de désinformation, évoquant de prétendues violences et débordements dans le but de dissuader les Corses de participer à la mobilisation. De basses manoeuvres qui confirment que le PISS CHRIST et tout ce qu'il représente appartiennent à la culture officielle du régime, celle qu'il tente d'inculquer à des populations préalablement déracinées et coupées de toutes références d'ordre traditionnel.

EWALYJ3I.jpg

 

Jeunes ( nombreux ) et moins jeunes, familles, militants et badauds ont durant près de deux heures pu entendre la voix de ceux que le Système considère comme ses ennemis les plus irréductibles : les défenseurs d'une société basée sur des valeurs non-matérialistes, à la fois "verticales" et communautaires, familiales et nationales, sous-tendues par la doctrine Catholique.

L'on retiendra particulièrement, parmi les nombreuses interventions de qualité, l'allocution "in lingua nustrale" du professeur Luciani, qui rappela que l'affaire PISS CHRIST n'est qu'un élément  de la guerre occulte, globale et totale menée contre les peuples par les forces de la Subversion mondialiste qui contrôlent gouvernements et médias occidentaux.

Le rassemblement s'est conclu par un "Diu vi salve regina" entonné par toute l'assistance tandis que les membres de CRISTIANI CORSI procédaient à une distribution de tracts dans les rues ajacciennes.

 

L'on notera que le musée FESCH fut fermé toute la journée de samedi. Une décision des responsables de ce haut lieu de la culture à Aiacciu, que l'on escompte dictée par le respect des nombreux Corses indignés par cette profanation, voire par un reste de conscience les rattachant aux racines et valeurs ancestrales de leur peuple.

 

Une première victoire donc pour le Front de la Tradition, mais le combat continue.

 

D'ailleurs le combat ne cesse jamais... 

 

 

A SQUADRA

Partager cet article