Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

    L'économie, assujettie au peuple, correspond à sa réalité culturelle. Et cette réalité quasi-anthropologique, pour ceux qui ont encore des racines peut s'incarner dans un nouveau corporatisme. En conséquence, sachant que le sujet économique sera le point central de l'évolution politique des prochaines années, nous proposons un système économique viable, qui a fait ses preuves en d'autres  temps et lieux, avec les adaptations réalistes de notre époque et de notre situation.

 

 

De façon concrète, qu'est-ce que le néo-corporatisme ? Alain Cotta, professeur émérite d'économie à Paris Dauphine,  voit dans le corporatisme français adapté à la situation d'aujourd'hui une solution à la mondialisation effrénée. Il le considère comme la voie naturelle de l'évolution sur laquelle devrait déboucher le capitalisme : "Ce capitalisme devenu mondial connaîtra, comme il se doit,un véritable déclin dont on voit bien que la raison essentielle est son succès même". Pour A. Cotta, "le néo-corporatisme actuel naît de l'extension à la quasi-totalité du monde du travail des règles et usages valables au 18eme siècle pour les artisans", règles et usages qui avaient été anéantis sous la Révolution par la loi Le Chapelier qui avait interdit toute association. En 1884, les ouvriers ont obtenu le droit de se syndiquer, en 1901, le droit d'association est reconnu. A. Cotta pense que le renouveau d'associations des branches professionnelles (une branche professionnelle regroupe des entreprises unies par l'identité des travaux ou des services qu'elles accomplissent (chimie, métallurgie, restauration, bâtiment, etc.) et de métiers en entreprises, entre les ouvriers et surtout entre les employés, du fait de la progression des services, (phénomène qui va s'étendre à l'échelle mondiale), "se fonde sur une solidarité qui trouve dans le métier, l'activité, son terrain d'élection" et qu'elle se fera naturellement dans un avenir plus ou moins proche.

 

http://www.saumur-kiosque.com/images/articles/thumbnails/mrie_300x0.jpg 

 Concrètement, à Paris, par exemple, les restaurateurs se sont regroupés pour acheter des immeubles dans lesquels sont logés à prix préférentiels leurs personnels. Voici déjà quelque chose que nous pouvons imiter sans "révolution". La fonction du néo-corporatisme est d'atténuer, voire faire régresser l'hyper puissance des firmes multinationales, sans pour autant espérer remplacer ( pour l'instant ) le capitalisme. Dès lors, pourquoi ne pas chercher à mettre en œuvre le néo-corporatisme pour maîtriser l'aménagement de la Corse, face à des intérêts financiers qui risquent tout à la fois de faire disparaître les entreprises artisanales locales, de déposséder les corses de leur patrimoine foncier commun, de saper la cohérence sociale et peut être même d'atteindre la cohérence territoriale? Seraient alors concernés par l'aménagement du littoral les branches professionnelles regroupant les métiers du tourisme, de l'hôtellerie-restauration, des transports, et au premier chef la branche du bâtiment comprenant les corps de métiers y afférant.

 

 Face aux grands groupes, la corporation du bâtiment peut arracher des parts de marché, soit de façon autonome, soit en tant que sous-traitante à condition de garantir la qualité du produit et/ou des services de toutes les entreprises locales qui en sont membres, à un prix équivalent. En contre partie, la garantie de l'emploi des ouvriers et des employés tant au sein des entreprises locales qu'auprès du groupe donneur d'ordre -dans le cas de la sous traitance- leur est assurée par la corporation, sous réserve du suivit de la qualité de leur travail. La corporation pourrait notamment assurer des conseils et des contrôles techniques et financiers, définir des normes spécifiques, y compris déontologiques (régulation de la concurrence et assurance qualité). Ces règlements seraient applicables à toutes les entreprises de la formation sous réserve de l'absence d'une opposition de l’État, justifiée si des décisions pouvaient léser d'autres professions ou des consommateurs.

 

 Ce type d'organisation bénéficiera aux entreprises, à leur personnel ainsi qu'aux consommateurs. Au niveau social, la présence de salariés dans la corporation permettrait de négocier des conventions salariales portant sur un salaire de base à l'intérieur d'une branche, eu égard à des normes de qualité de la main-d’œuvre pour chaque métier et chaque niveau de compétences, en référence au niveau et conditions de vie en Corse. Ce qui éviterait une concurrence déloyale liée au recours de la main d’œuvre bon marché que certaines entreprises seraient susceptible de faire venir pour faire pression sur les salaires. A compétence égale, cette priorité à l'emploi local permettrait de n'appeler de la main d’œuvre extérieure que pour les compétences absentes ou insuffisantes sur place, conséquence de l'application du principe de subsidiarité. La corporation à bien d'autres rôles à jouer encore, comme la formation des jeunes .

 

http://p0.storage.canalblog.com/07/54/905890/73838155.jpg

 Grâce à la solidarité au sein de la corporation, qui peuvent être l'émanation ou le développement de confréries, les entreprises locales pourraient répondre à des appels d'offre qui dépassent les possibilités d'une seule entreprise moyenne et obtenir des parts de marché en lieu et place d'une grande entreprise transnationale. Dans les relations de sous-traitance de travaux, elles seraient mieux armées pour négocier avec la ou les grandes entreprises des contrats au terme desquels tout ce qui peut être construit par des entreprises locales serait réalisé à ce niveau local, laissant à des entreprises de grandes tailles équipées spécifiquement, ce que les entreprises locales ne peuvent pas faire efficacement. Cela en vertu du principe de subsidiarité transposé dans le monde de l'entreprise. Le rapport de forces étant tout de même très inégal, le principe général de subsidiarité qui "demande à une autorité de limiter son action aux seules fonctions qu'une autorité "inférieure" n'est pas capable d'assumer correctement", rencontrerait peut-être des difficultés d'application. L'union faisant la force, la corporation locale devrait s'adosser à deux autres niveaux d'organisation, celui de la collectivité de sa micro-région et celui de l’État. Ce système s'étendant à toute la société, nous pourrions continuer longtemps. Nous nous arrêterons donc sur cet exemple. Au cours de nos travaux, nous avons demandé à des professionnels du bâtiment ce qu'ils pensaient de ce projet. Il en est ressorti que, d'après leurs besoins," ce serait le système idéal mais il existe un problème: Au début, tout le monde se mettrait certainement d'accord pour fonctionner sur le principe du néocorporatisme mais au bout d'un moment, chacun essayerait de tirer la couverture à soi."

 

 Phénomène qui était compris comme quasiment culturel par les entrepreneurs. Ce genre de situation apparaitra quel que soit le plan économique proposé. C'est donc là qu'interviendrait notre conception de l’État anagogique, social, organique. État fondé sur la subordination de l'économie au politique. L'économie ayant été créée pour élever le peuple et certainement pas pour le dévorer ! Voici donc un aperçu de nos travaux. Nous n'avons pas la prétention d'avoir découvert la pierre philosophale, mais les principes cités plus haut sont en accord logique avec une vision corse de la vie et surtout de la perception méditerranéenne de l'économie. Et cette logique cohérente entre notre être et notre devenir est rarement affichée sur la place publique... Nous espérons que le sujet portera à réfléchir et nous proposons que les lecteurs le portent au débat public pour affirmer ou infirmer sa validité et, mieux, l'étoffer.

 

 

 

Partager cet article