Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 Le 4 décembre prochain seront connus les résultats des élections des représentants du personnel dans tous les secteurs de la fonction publique ( d'état ou territoriale ). Tous les agents sont concernés par un scrutin pour lequel le SINDICATU DI I TRAVAGLIADORI CORSI présentera des listes dans la quasi-totalité des instances.

 

32006 1501039888954 1322904529 1348761 1834663 n

 

Fondé il y a tout juste trente ans de par la volonté du mouvement nationaliste d'instaurer des contre-pouvoirs lui permettant d'influer sur la vie sociale, le STC s'est imposé au fil du temps comme l'un des principaux acteurs de la lutte d'émancipation du peuple Corse. En 2008, il remporte les élections prud'homales et devient officiellement la première organisation syndicale de l'ile dans le secteur privé. En 2012, il arrive en tête des élections de représentativité dans les entreprises de moins de 11 salariés.

 

"Maison commune" des travailleurs patriotes, le STC s'affirme comme un "Syndicat pas comme les autres",un syndicat de classe incarnant une volonté nationale, politisé sans être inféodé à un parti, exclusivement financé par les cotisations de ses quelques 7500 adhérents, soucieux depuis toujours d'être présent au sein des petites entreprises qui constituent l'essentiel du tissu économique insulaire et bien souvent des "zones de non-droit social". Ses militants et cadres proviennent tous du monde du travail...

 

Cet ancrage dans le réel transcendé par l'esprit national a permis durant ces trois décennies au STC de conjurer toutes les dérives ( bureaucratiques, scissionnistes, groupusculaires, politiciennes ) qui affectent tant de structures syndicales ou politiques. La double dimension sociale et patriotique de l'organisation syndicale demeure le fondement de combats menés au quotidien, contre les agissements souvent conjugués des multinationales capitalistes et de l'appareil d'état colonial, mais aussi face au dumping social et la décorsisation des emplois largement pratiqués par le patronat insulaire ( y compris parfois "nationaliste" ).

 

Le STC entend aujourd'hui supplanter les antennes locales des syndicats hexagonaux dans leur dernier pré-carré, celui des services publics, et y instaurer une dynamique patriotique, seule à même de défendre de manière crédible les intérêts des agents comme ceux des populations. Les apparatchiks des syndicats anti-nationaux ne s'y trompent pas et l'un des principaux dirigeants de la CGT, Mr Jean-Pierre Battestini déclara publiquement en juillet dernier que "le STC n'est pas un partenaire mais un adversaire" en raison de ses positions idéologiques.

 

Le ton était donné et le scrutin du 4 décembre aura donc une signification politique évidente, excédant largement son objet initial, dans un contexte de blocage, de corsophobie institutionnelle généralisée, de casse des services publics et de crise sociale sans précédent. La victoire du STC constituera un signal fort envoyé par le peuple Corse  à tous ceux qui prétendent le soumettre.

 

A Squadra

 

 

 

 

Partager cet article