Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

  Les antennes insulaires des syndicats français ( à l'exception de la CFDT ) et les différentes composantes du Front de Gauche appelaient les salariés à une "journée d'action" contre le projet de réforme gouvernemental sur les retraites. Quelques centaines de personnes ont participé à des rassemblements (  Purtivecchju ) ou défilé sur quelques centaines de mètres ( Bastia, Aiacciu ) avec banderoles et sifflets pour "interpeller le gouvernement" et manifester leur refus de cette nouvelle agression contre le monde du travail perpétrée par un gouvernement de gôche.

 

La reforme de gôche en cours s'inscrit dans la continuité de celles de droate imposées en 2003 et 2010 et dans la logique de liquidation de l'état providence et des services publics imposée par la Gouvernance Mondiale à laquelle depuis bien longtemps déjà  a fait allégeance la République Française. La fin du régime de retraite par répartition est une exigence du lobby des compagnies d'assurances privées qui constitue, avec les cartels bancaires, le coeur du système de parasitisme financier mondial.

 

La lutte finale... jusqu'aux jardins de l'Elysée.

  Cette hégémonie des fonds de pension avait été théorisée et défendue par Jacques Attali, gourou mondialiste de tous les présidents français (de gôche comme de droate ) depuis 30 ans, dans son ouvrage "Une brève histoire de l'avenir" ( éditions Fayard 2006 ). Le rapport de la commission qu'il présida sous l'ère Sarkozy préconisait "une refonte plus profonde du système par répartition pour l'orienter vers une " retraite à la carte". L'addition sociale étant bien entendu payée par les plus modestes, comme il se doit dans le monde capitaliste.

Les militants du Sindicatu di i Travagliadori Corsi n'ont  pas participé à la promenade matinale, sans doute échaudés par le sabotage des précédents conflits par les centrales syndicales parisiennes et conscients de la fonction de ces ridicules initiatives : canaliser,détourner et désamorcer la combativité populaire par des journées d'actions isolées, saucissonnées, contreproductives et au final décourageantes pour les travailleurs. L'objectif demeurant de conjurer le spectre de la grève générale  illimitée et insurrectionnelle, seule à même de destabiliser voire balayer le régime et rendre le pouvoir au Peuple.  Un scénario rodé  par dix ans d'une pseudo-résistance face à la droate que nul n'imagine plus virulente face à la gôche, joué par des bureaucraties aux rouages huilés par un financement opaque ( Etat, MEDEF...) et aux dirigeants soigneusement cooptés dans les loges et cénacles affiliés au pouvoir.

Tous ensemble, tous ensemble , EH ! EH !


 

 

  La liquidation des acquis sociaux est l'un des but de guerre du Système et de ses affidés,de gôche comme de droate. Le libéralisme sans limite et sous toutes ses formes ( sociales et sociétales)  en constitue l'un des principes intangibles . Faire survivre l'illusion que l'on peut combattre les manifestations de ses dogmes dans le cadre de ses règles ( électoralisme,démocratisme etc ) est l'un des rôles principaux attribué aux centrales syndicales et leurs relais politiciens.

 

Un andemu a spassighjà, incù sti purcellaci techji !!

 

 A Squadra

Partager cet article