Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 Le ministre français de l'Education Nationale, madame Vallaud-Belkacem s'est rendu au lycée Laetitia d'Aiacciu ce mardi 17 fervrier. Au menu de cette visite,  propagande intensive autour du "charlisme", désormais prêt-à-penser  officiel du pouvoir tandis que la politique réelle, économico-sociale de la gauche est pilotée par Emmanuel Macron, cadre de la banque Rothschild et protégé du gourou mondialiste Jacques Attali. 

 

 Madame le ministre a entre autres annoncé un soutien  de l'Etat à  'l'émergeance de médias lycéens (jounaux, blogs, radois), afin que les  élèves apprennent à " produire de l'information".  Puis elle s'est entretenue  avec un panel de "bons élèves", bien encadrés par le recteur d'académie, le préfét et le président communiste de l'Assemblée de Corse, Mr Bucchini. Aucun faux pas ni dérapage ne vint perturber le bon déroulement de la visite. Pour étudier la "production d'information", l'on ne saurait trop conseiller aux élèves corses de se pencher sur la couverture de cette visite par le quotidien unique ( éditions du 17 et 18 février 2015 ). Ils pourront ainsi enrichir leurs réflexions sur les notions d'objectivité et d'impertinence dans les médias mainstream...

 

La politique de Madame Vallaud-Belkacem s'inscrit dans le droit fil de celle de son prédecesseur, Vincent Peillon.  D'essence maçonnique, son objectif revendiqué est " d'arracher l'élèves à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel" .

Il semble que la Corse soit particulièrement ciblée par cette entreprise de déracinement-remodelage visant la jeunesse scolarisée. L'on se souvient que notre pays fut selectionné il y a deux ans comme région-pilote pour l'expérimentation du programme "ABCD de l'égalité ", un succédané de la fameuse et fumeuse théorie du genre. Le recteur de l'académie de Corse, Mr Barat ( ancien Grand Maitre de la Grande Loge de France ) s'était particulièrement impliqué dans ce projet.  De toute évidence, la Corse, son peuple et sa jeunesse "culturellement violents", sont considérés par les cercles du pouvoir comme intrinsèquement déviants et devant être rééduqués en priorité.

 

Hasard ( ou pas ) du calendrier, alors que Madame Belkacem dissertait sur la démocratie, une dizaine de jeunes Corses , "mauvais élèves" comparaissaient devant la justice française à Bastia tandis que quatre militants nationalistes étaient gardés à vue dans le camp militaire d'Asprettu. Tous sont persécutés pour leur engagement politique en faveur de leur "déterminisme culturel" et leur volonté de faire aboutir des revendications votées à la quasi-unanimité par les élus de l'Assemblée de Corse mais traitées avec  un ostentatoire mépris par le pouvoir français.

 

                                 Propagande et répression : les ministricules français veulent rééduquer les Corses ...

http://rue89.nouvelobs.com/sites/news/files/assets/image/2015/01/vallaud-belkacem_cazeneuve.jpg

 

Plus que jamais, l'école, sous couvert de neutralité et de laïcité, demeure pour la gauche mondialiste un lieu d'embrigadement de la jeunesse. Les fonctionnaires de l'enseignement constituent la dernière base sociale du Parti Socialiste français. En Corse, le mouvement national a su imposer ses contre-pouvoirs sur le front scolaire, pour protéger nos enfants et leurs "déterminismes".

Face au charlisme de Madame Belkacem et Mr Barat , l'Associu di i Parenti Corsi, première organisation de parents d'élèves de l'île représente dans le milieu scolaire cette résistance nationale et populaire fondée sur un principe politique intangible, non négociable, récemment réaffirmé à l'occasion d'un fait divers : "le peuple Corse est la seule communauté de droit sur cette terre !".

 

A Squadra

 

 

 

 

 

Partager cet article