Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rencontre avec Llorenç Perrié Albanell, Responsable du mouvement Terra i poble Catalunya :

http://www.directmatin.fr/sites/default/files/styles/image_630_315/public/trdv1355638.jpg

- Pourriez-vous nous présenter votre mouvement ?


Terre et Peuple a vocation à rassembler une communauté d’hommes et de femmes libres. Libres, car non assujettis aux sirènes du politiquement correct. Libres de toutes langues de bois et autres tabous qui fait qu’ aujourd’hui l’Homme blanc n’est plus que le reflet de lui-même, c'est-à-dire un être à genoux aux ordres de la gouvernance mondiale.

Notre ligne de conduite n’est pas simplement un programme de parti politique, c’est bien plus que ça, ça dépasse de loin les clivages de droite et de gauche. Notre vision du monde ne peut pas se résumer sur un seul entretien, car il s’agit d’un vieil héritage, fruit d’une longue chaîne intergénérationnelle. Pour être clair, nous sommes porteurs d’un projet de civilisation.

Notre action est avant tout culturelle, le terme qui convient le mieux pour décrire cette action est celui de métapolitique. L’objectif est de transmettre cet héritage et de former des militants solides capables de prendre la relève et de s’investir au mieux pour défendre l’intérêt général de nos peuples. Ce type de militantisme est multiforme et peut être adapté sur mesure selon les cas de figures.

Poste clef de notre action, nous possédons une revue, Terre et Peuple Magazine, quatre numéros par an qui suivent les saisons. Cette revue incarne à la fois la transmission des savoirs et un laboratoire d’idées pour le mouvement identitaire.

Pour ce qui est des actions locales, chaque bannière régionale bénéficie d’une large autonomie dans ses actions. Notre mouvement est un mouvement européen, il n’a pas la prétention de vouloir centraliser à outrance et orienter les activités locales, à partir du moment où notre vision du monde n’est pas mise à mal, l’initiative est prise comme un signe de bonne santé.

Nous sommes un mouvement européen et vous êtes en droit de vous demander, mais qu’elle vision de l’Europe avez-vous ?

Notre mouvement s’inscrit dans la droite ligne des éveilleurs de peuples, Yan Fouéré, Olier Mordrel, Saint Loup, Jean Mabire et bien d’autres. Nous considérons que la place de l’homme dans le monde n’a de sens que si elle est rattachée à une communauté de sang et de culture façonnée par l’histoire, le sol et les morts. Pour savoir où tu vas, commence d’abord à savoir d’où tu viens. Nous prônons comme idéal politique l’Europe des patries charnelles. « Une terre intimement liée à la chaire et au cœur des hommes ». Chaque patrie, la terre des pères, recevrait son autonomie complète, culturelle et politique. Elles seraient liées par un socle de civilisation commune et par des intérêts supérieurs, aux autres peuples d’Europe sous une forme de confédération. Nous appelons cela la vision d’Empire. Dans un tel contexte, l’Europe à une vocation protectrice, économiquement, socialement, ethniquement et militairement parlant. L’harmonisation des peuples dans le respect des différences ethnique et de la justice sociale. Bref la véritable antithèse des technocrates mondialistes de Bruxelles et de Washington.

J’ajouterai également: L’Afrique aux africains et l’Europe aux européens !

http://i226.photobucket.com/albums/dd38/hordley/autodeterminacio_catalunya_terra_poble_zps8132c2d3.jpg

-Que symbolise le drapeau Catalan ?

Le drapeau catalan, la senyera, est une des bannières les plus vieilles d’Europe, comme exemple simple, un tampon de cire attestant la validité d’un document daté au 2 septembre 1150, représente Ramon Berenguer IV sur son cheval, armé d’un écu orné des quatre pals de gueule sous fond d’or. La senyera est à l’origine l’emblème du Casal Real de Barcelona, la famille royale. C’est bien plus tard que cet emblème fût popularisé. La croix de Sant Jordi (Saint George) n’est pas à minimiser non plus dans les symboles catalans, c’est l’emblème de l’Armée qui est également un symbole fort de la Reconquista. D’ailleurs Sant Jordi est le saint patron de la Catalogne. L’imaginaire populaire a donné naissance à plusieurs légendes autour du blason catalan. On y retrouve toujours le même acteur, Guifré el Pilós (Guifré le poilu, 840-897), comte de Barcelone, d'Osona, de Girona, d’Urgell, de Cerdanya et du Conflent. Et toujours le même principe : Après une lutte à mort, le comte Guifrè, blessé mortellement plongea, ou un autre personnage, plonge ses doigts dans la plaie béante, et les glissent sur le bouclier à fond d’or. Quatre pals de gueule y sont ainsi dessinés par les doigts ensanglantés.

La première légende veut que Guifré, lors de son retour au château de Rià en Conflent, meure après avoir tué l’assassin (Salomon, comte usurpateur) de son père (Sunifred, véritable comte de Rià). Avant de mourir il plongera ses doigts dans sa blessure et tracera sur son écu les fameuses bandes rouges sang.

La seconde, nous explique que Guifré fut vassal du roi de France, Charles le Chauve. Que c’est après un combat victorieux face aux Normands en rébellion que Guifré trouve la mort juste après avoir reçu du roi de France son écu aux quatre pals de gueule, fait de son propre sang. Une vision un peu trop franco-française…

Une chose est sure, c’est que le compte Guifré mourra en 897, comme tant d’autres pour la protection de la Catalogne, en combattant contre les Sarrazins, et qu’il laissera derrière lui le souvenir de celui qui a su unir les comtés catalans face à un envahisseur venu d’un autre continent, mais aussi qu’il émancipera la Catalogne de la tutelle carolingienne qui datait de l’époque de l’empereur Charlemagne qui entreprit de reconquérir les anciens territoires du nord de la péninsule ibérique et qui créa la marche d’Espagne. Le sépulcre du comte Guifré se trouve au monastère de Ripoll.

La signification du drapeau catalan ? A mon humble avis et c’est une interprétation strictement personnelle. Le rouge, signifie, la lutte, le courage et le sang d’un peuple toujours prêt à se battre pour garder farouchement sa liberté. L’or du drapeau représente à mes yeux le soleil invaincu (sol invictus) de la mare nostrum.

http://catalunya.terreetpeuple.eu/upload/image-la-clau-300x226.jpg

- Existe-il des différences sur la vision de l’indépendance entre les nationalistes nord Catalans et sud Catalans ?

La vision indépendantiste ne diffère pas du nord au sud. L’indépendance, c’est l’indépendance ! C’est simplement que les préoccupations nord catalanes ne sont pas les mêmes que nos cousins. Eux ont une autonomie élargie, ils sont reconnus comme peuple, et risquent bientôt d’engager un référendum sur l’autodétermination, qui entrainera inéluctablement un processus d’indépendance.

Notre cas est complètement diffèrent ! Nous sommes prisonniers de la fausse région Languedoc-Roussillon, une région centraliste qui mène depuis 1972 une politique clairement anti-catalane. Notre histoire est occultée, et si ce n’est pas le cas, elle est folklorisée au mauvais sens du terme et servie en plat réchauffé pour touristes ignares. Notre langue connait un retour en force, il y a un public désireux de conserver son identité (en 2004, 43,7% des parents d’élèves souhaitaient que leurs enfants apprennent le catalan à l’école : source Enquesta d’usos lingüístics à la Catalunya Nord.

Generalitat de Catalunya, mais les autorités n’agissaient que lorsqu’il s’’agissait de promouvoir des cultures plus exotiques, l’autochtone lui n’est bon qu’a payer les impôts qui entretiennent un système de clientélisme local, et surtout à acheter une paix sociale qui arrive en bout de course et dont les soi disant bienfaits du multiculturalisme ne tarderont pas à exploser à la figure des soi disant élites qui nous gouvernent.

Les objectifs du catalanisme en Catalogne du Nord sont différents, voir mêmes plus difficiles à atteindre. Voici quelques exemples qui nous différencient :

-Sortir de la fausse région Languedoc-Roussillon.

-Création d’une Région Nord catalane, qui nouerait des liens avec le reste de la Catalogne dans le but de construire une région autonome.

-Re-catalanisation de nos contrées.

-Ré-industrialisation d’un département qui figure parmi les plus pauvres de France. Ce qui n’est pas le cas de la Catalogne.

-Protection et développement du tissu social, artisanal et agricole. Création et renforcement des circuits Appellation d’Origine Contrôlé (A.O.C) et Appellation d’origine Protégé (A.O.P). Application de la préférence locale en termes d’emplois et de productions. De tels objectifs nous entrainent inévitablement dans un processus d’amélioration écologique, donc d’écorégion autonome. Il y a encore quelques années notre agriculture était fleurissante et pouvait largement contribuer à créer de l’emploi, donc de la richesse. Une agriculture forte localement et saine, c’est de l’emploi donc une économie qui fonctionne, c’est quasiment de l’autosuffisance alimentaire sur beaucoup de produits qui peuvent être mieux contrôlés pour la santé des consommateurs et de l’environnement, et enfin c’est recréer le tissu communautaire et commercial qui nous manque tant.

-Sortir du mythe du tourisme de masse qui est une aberration sociale pour les travailleurs et une calamité écologique qui cause parfois plus de mal que de bien, surtout quand les « chances pour la France » des banlieues parisiennes viennent passer quelques semaines sur nos cotes. Le tourisme de masse est une économie aléatoire, en bref nous faisons pendant deux mois de l’année l’aumône aux touristes pour ensuite faire l’aumône pendant les dix mois suivant à l’état. Le tourisme de masse ne fait le bonheur que de quelques patrons qui pour certains abusent des travailleurs notamment dans la restauration. Ce qui a pour conséquence de créer un sentiment justifié d’exploitation, et d’annihiler les motivations chez les jeunes, ce qui les poussent à s’enfermer dans la précarité et l’assistanat.

Comment souhaiter une autonomie si nous n’en avons pas les moyens financiers ?

Le Principat de Catalunya n’a pas échappé à la crise financière, mais elle a su garder ses atouts économiques. Ici le peuple a été depuis longtemps trahi par ses dirigeants. Notre chantier est immense. Eux sont aux portes de l’indépendance, nous, nous commençons à peine le chantier !

En ce qui concerne l’indépendance de la Catalogne, beaucoup de Nord catalans sont favorables, bien que pour la plupart d’entre cela relève plus d’un effet de mode que d’un réel sentiment militant. Disons qu’il y a une vague bénéfique qui emporte bon nombre de no concitoyens. Ce qui prouve que intérieurement la flamme d’un peuple est toujours vive, même si la ferveur nationaliste n’est pas toujours là où on l’attend: Quand certains manifestent pour le droit à l’enseignement du catalan, d’autres préfèrent aller supporter une équipe de rugby ou les joueurs catalans sont minoritaires !

21-600x450

-Quel avis portez-vous sur l’indépendance de la Corse ?

1) il serait illogique de ma part que pour le peuple corse je ne demande pas les mêmes droits que pour le peuple catalan !

2) Le peuple corse doit être seul maitre de son destin. Le droit des peuples à disposer d’eux même est un droit inaliénable. C’est ce que nous autres européens nous souhaitons faire comprendre à tous : Une terre, un peuple !



Llorenç Perrié Albanell

 

Partager cet article