Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://josueferrer.files.wordpress.com/2010/10/corsica.jpg 

 

Chacun le pressent, les  mois  à venir constitueront une période charnière et cruciale pour l'évolution de la question Corse. Nouveau projet de PADDUC, évolution institutionnelle incluant la co-officialité de la langue corse soumise à une révision de la Constitution française, les "décideurs" insulaires attendent  fébrilement la réponse de l'Etat et le dénouement de cette séquence politique interminable, d'autant que les prochaines élections territoriales ont été fixées à décembre 2015, ce qui donne largement le temps aux politiciens professionnels s'étant peu ou prou engagés dans la voie réformiste de changer leur fusil d'épaule et proclamer leur attachement indefectible à un régime qui les nourrit  grassement.

Il est évidemment peu probable que les gangs cosmopolites qui controlent la République Française soient sensibles aux aspirations d'un petit peuple Européen voulant vivre libre, en conformité avec sa nature profonde,et ce malgré toutes les concessions et les garanties idéologiques présentées par le mouvement national et validées par les autres tendances politiques insulaires. Les propos du ministre français de l'intérieur comme ceux tenus par le préfet ne laissent guère planer de doute sur le résultat du pseudo-dialogue.

 

  La probabilité d'une fin de non-recevoir venue de Paris pousse certains à envisager une confrontation dont l'élément moteur serait la sollicitation des institutions internationales, particulièrement celles liées à l'Union Européenne. Une orientation défendue par les courants réformistes majoritaires au sein du mouvement national, qui ne pourrait aboutir qu'à une seule condition : que les courants souverainistes et anti-mondialistes prennent le pouvoir en France. Le Système tenterait alors d'utiliser la question Corse pour déstabiliser une insoumission française comme il le fit, de manière illégitime, pour la Serbie avec le Kosovo.

 

  Un tel scénario n' étant pas à l'ordre du jour, la seule voie susceptible d'assurer une chance de survie pour notre peuple est celle de la Dissidence, de la Sécession avec le régime et de la mise en place "ici et maintenant" de nos propres institutions politiques, en commençant par celle qui symbolise la souveraineté d'un peuple: l'Assemblée Nationale Provisoire ( Cunsulta Naziunale ). Elue par le Peuple Corse ( et non par le corps électoral français en Corse ), elle seule aurait la légitimité nécessaire pour représenter la Nation Corse aux yeux du monde.

http://media.rtl.fr/cache/ruaGWGauOpnwf_Z9KUSTLQ/795x530-2/online/image/2014/0206/7769477493_la-place-paoli-a-corte-lors-d-une-manifestation-de-nationalistes-corses-le-29-janvier-2014.jpg

 

Un tel processus d'autodétermination, envisagé dés le début de la revendication nationale corse contemporaine, n'a pour l'heure jamais été concrétisé, les quelques tentatives allant dans ce sens ayant piteusement échoué du fait de la volonté des tendances majoritaires du mouvement national d'intégrer les institutions de l'état français et d'agir en leur sein. Sa remise en route nécessite donc au préalable une vaste campagne de sensibilisation et de popularisation du thème "indipendenza sola speranza" au sein de notre peuple, s'accompagnant d'un travail de formation politique conséquent  de la mouvance militante autour de la rupture avec l'idéologie dominante .

 

  Les années à venir ne seront pas celles d'une détente mais au contraire du durcissement d'un régime à bout de souffle, s'appuyant sur les deux piliers de toute dictature : la propagande massive et la répression ouverte. L'implosion de la République Française et l'effondrement  de l'UE ne relèvent  pas plus de l'utopie que la fin de l'URSS au début des années 1980. L'avenir appartiendra aux acteurs politiques les plus antagonistes au système actuel,  qui auront su nouer, au niveau international, les liens les plus solides avec ses opposants.

 

A Squadra

 

Partager cet article