Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

  Les échauffourées  survenues à l'issu de la rencontre de football SCB-Olympique de Marseille prennent désormais la dimension d'une affaire d'état, selon la volonté du premier ministre français Valls qui, conformément à sa stratégie sarkozyste d'accession au pouvoir, utilise la vieille ficelle  toujours payante du racisme anti-corse. Le ministre de l'intérieur Cazeneuve, très discret il y a quelques semaines lors du matraquage des socio-professionnels corses par les "forces de l'ordre" , exige une répression sévère à l'encontre des jeunes ultras bastiais.

 

L'appareil d'état français peut compter dans cette affaire sur le concours d'auxiliaires zélés et dévoués au respect de l'ordre républicain : le groupe de supporters marseillais " South winners 87", dont une centaine de membres avait fait le déplacement à Furiani. Ces ultras rebelles ont en effet diffusé un communiqué stigmatisant les attaques violentes et racistes des bastiais dont ils auraient été victimes . Assurément une terrible épreuve pour un groupe au pacifisme légendaire...

Les SOUTH WINNERS, aujourd'hui dirigés par le dénommé Rachid Zeroual, furent créés en 1987, dans la foulée de la prise de contrôle de l'OM par l'affairiste de gauche Bernard TAPIE. Essentiellement composés de jeunes des quartiers nord de Marseille, ils s'affichent antiracistes et défenseurs d'une société cosmopolite, symbolisée par le nom américain du groupe préféré à une dénomination provençale jugée réactionnaire. Proche du groupe de rap I AM , ils adoptent très vite  comme emblème le portrait du CHE GUEVARA . Les South Winners ont donc le profil idéal recherché par "Nanard" et s'inscrivent dans une période marquée par l'utilisation ( réactivée actuellement ) par le pouvoir socialiste de milices auxiliaires gauchistes chargées de faire appliquer  un "ordre antiraciste" destiné à masquer la trahison des classes populaires autochtones. Une tache effectuée au stade vélodrome par les SW qui, avec le soutien du club et des autorités, traquent les supporters suspects d'incorrection politique. Forte de plus de 5000 membres, l'association gère de manière opaque la revente des billets de stade dans la zone des tribunes qui lui est attribuée par le club.

 

           Gauchistes et amis de la police. Contre la haine corse, les SOUTH WINNERS incarnent le "rêve marseillais"..

En 2008, le groupe refusera tout soutien aux ultras parisiens persécutés par le pouvoir politique et saluera la répression, comme il l'appelle aujourd'hui de ses voeux contre les supporters bastiais, tenant logiquement sa place, aux cotés des CRS, dans le front anti corse formé pour l'occasion  par les Valls,Thiriez,Belkacem et autres Cazeneuve.

Les SOUTH WINNERS  incarnent de manière caricaturale cette fausse rébellion, en réalité partie intégrante d'un ordre global au service duquel ils jouent le rôle peu glorieux d'auxiliaires de la police et de collabeurs.

 

A Squadra

 

 

 

Partager cet article