Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 http://photos.itea.fr/photos/gites20/G/photo12/50251.jpg

 

  Le Conseil Constitutionnel français a ce 29 décembre, refusé la prorogation des arrétés Miot,qui permettaient l'exonération des droits de succession sur les biens immobiliers en Corse et donc la conservation des maisons familiales par les Corses aux revenus les plus modestes.

  Cette nouvelle agression contre notre communauté ramène à leurs justes proportions les ridicules péroraisons des politiciens insulaires, députés et sénateurs élus dans les institutions politiques coloniales.  Elle réduit à néant les illusions et ambitions des tenants du courant autonomiste et réformiste, pour lesquels la Nation Corse doit se construire politiquement au sein des institutions françaises.

  Car plus nul n'en doute aujourd'hui, l'évolution institutionnelle réclamée par la commission Chaubon sera de toute évidence refusée par le Parlement français. Certains chefs de clan, sentant  le vent tourner, ont remisé au fond du placard leur enthousiasme post- élections territoriales, tandis que montent  au créneau les syndicats français ainsi que  les "vigilants" et omniprésents porte-paroles de l' Association France-Corse. 

Il convient cependant de préciser les raisons essentielles de cette décision, éminemment idéologique du Conseil Constitutionnel. Les sommes collectées par l'Etat Français grace à l'application du droit commun fiscal resteront dérisoires même si cet état,comme tous ceux de l'UE a pour fonction principale d'organiser le racket des populations au profit des "marchés", c'est à dire de la Banque.

  Mais la République maçonnique et mondialiste française agit selon des prinicipes et  une logique qui excèdent largement les questions de budget. Elle ne saurait  tolérer la survie au sein de sa juridiction d'un peuple Européen historique,d'extraction paysanne et montagnarde, portant au plus profond de son être collectif des valeurs irréductibles à celles du Monde Moderne et marchand. Elle enclenche donc un nouveau processus de spoliation et d'expropriation de notre peuple visant à son éradication définitive .

  C'est d'ailleurs dans ce cadre là que doivent être appréhendées les campagnes de propagande contre la détention d'armes. Car les expropriations et expulsions de Corses  refusant de laisser leurs maisons familiales pour cause d'incapacité à payer les droits de succession, menées par gendarmes et huissiers, se passeront différemment selon que ces manants seront armés ou pas.

  Et les dirigeants officiels et occultes de la République mondialiste ne méconnaissent pas le rôle des "révoltes fiscales" dans l'histoire de la Corse et le processus de naissance ou renaissance du sentiment national corse et du désir d'Indépendance...

 

A Squadra

Partager cet article