Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

   Monsieur Antoine Moretti nous fait parvenir cette pertinente tribune libre traitant du rôle policier des médias "mainstream" , insulaires comme hexagonaux.

 

 

 

LES TROUPES D'OCCUPATION MENTALE

 

L'actualité insulaire récente a donné  matière à étude et observation à ceux ( en premier lieu les jeunes militants politiques ) que doit intéresser la structure et le fonctionnement des differentes forces de "maintien de l'ordre" mis en oeuvre par le Pouvoir pour tenter de réduire ceux qu'il considère comme ses ennemis. Ceux-ci peuvent être globalement désignés comme les tenants, parfois inconscients, de conceptions ou valeurs traditionnelles, communautaires prémodernes. Contre eux, le régime mobilise ses structures répressives, policières et judiciaires, mais aussi et surtout son appareil propagandiste, au coeur duquel se trouve la caste journalistique "mainstream", que l'on appelle désormais LES TROUPES D'OCCUPATION MENTALE .

 

Ces derniers mois en Corse, les cibles de la désinformation journalistique furent les supporters du SCB et les opposants au Piss Christ, tous considérés comme déviants avérés ou potentiels car remettant en cause "l'ordre républicain" , c'est à dire capitaliste, celui de la sous-culture américaine ( Serrano ) et du foot business ( symbolisé par la collusion Qatar-LFP ).

 

Le début du siècle dernier fut marqué par l'explosion du journalisme professionnel et politique. C'est aussi l'époque des grands reportages  et des grandes écoles. Une grande partie des journaux  que nous lisons aujourd'hui sont nés à cette époque. Etiquetés de gauche ou de droite, tous appartiennent à de grands groupes financiers ( Dassault, Lagardère, Vivendi, Bouygues, Bertelsmann, Crédit Mutuel etc ) et se doivent donc dans leurs grandes lignes de suivre leurs directives.


De son côté, l'Etat Français s'appuie sur de nombreux médias, ( France télévision, Radio France ... ), également maquillés aux couleurs locales  ( France Bleu Corse Frequenza Mora, via Stella, France Bleu Armorique ... ), mais relayant rigoureusement la propagande officielle du pouvoir.

 

En France, la frontière entre journalisme public et privé est totalement fictive, la classe politique dirigeante étant étroitement subordonnée au monde financier globalisé. Les multiples couples mixtes politiciens-journalistes ( Hollande-Trierweler etc..) symbolisent cette osmose placée sous le signe du libéralisme-libertaire véhiculé par leur donneurs d'ordre respectifs. Les principaux journaux d'opinion, d'informations et "d'opposition" sont en outre largement subventionnés par l'argent public ( à hauteur de 4 millions d'euros en 2013 pour  le journal communiste L' Humanité ).

 

Des grandes rédactions parisiennes, au plus petit correspondant local, les journalistes mainstream, formatés par les mêmes écoles, utilisent la même novlangue, obéîssent aux mêmes règles non-écrites mais implacables, connaissent les limites exactes au delà desquelles peut être compromis leur avenir professionnel. Dès lors, se comprennent la quasi-unanimité des point de vue exprimés, des indignations sur commandes et des campagnes de désinformation visant les Dissidents. L'on citera comme exemple les termes et expressions "nauséabond" "d'un autre age", "vivre-ensemble" "xénophopbie" , systématiquement utilisés par les journalistes, censés susciter par leur répétition même, des reflexes conditionnés chez les lecteurs.

 

Pour les médias du Système , les supporters bastiais véhiculent des valeurs "archaîques" ...

supportn

Le traitement par la presse mainstream est de la sorte le meilleur baromêtre permettant d'évaluer le degré de soumission ou d'adhésion d'un mouvement , d'un leader politique à l'idéologie officielle mondialiste, ainsi que leur évolution dans le temps, et ce, quelle que soit la posture "révolutionnaire" ou "respectable" affichée. L'on jugera à cet aune les différences de traitement médiatiques appliqués à un Olivier Besancenot et Dieudonné... sans oublier certaines  "personnalités" du mouvement nationaliste Corse.

 

Le travail de cette police de la pensée est depuis quelques années mis à mal par le développement de médias libres et alternatifs sur internet, complétant ce qu'il reste de véritables journaux militants ( u Ribombu, dont les animateurs ne sont pas pour la plupart "de la profession", a récemment fété ses quarante ans d'existence). De nouvelles formes d'investigation, de réinformation apparaissent et se développent en dehors de la pensée unique et du politiquement correct . Les journalistes mainstream sont désormais identifiés comme des auxiliaires du pouvoir ( les "journalopes" ), chassés des  manifestations et leur besogne de plus en plus souvent remise en cause par la jeunesse.

 

Face aux "nouveaux chiens de garde" , décolonisons nos cerveaux, boycottons les médias du Système !!

 

Antoine Moretti

 

 

Partager cet article