Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

   Alors que tout indique que la situation politique corse évolue vers une période de blocage et de tensions suscitées par un trés probable refus français de toute ouverture, se développe une intense propagande médiatique en faveur de la "non-violence", à travers un programme porté par la fondation "Umani" du chanteur GHJ.F. Bernardini.

 

 La prochaine bouffonnerie proposée par Umani se tiendra les 11 et 12 juillet 2014 à Borgo. " L'università di a no-viulenza"  animée par des intervenants venus de l'hexagone, aura pour thème  "Sois le changement que tu désires". 

Parmi les ateliers proposés, l'inévitable  "stéréotypes et préjugés, généralisations et jugements : un impact bien réel " ou le non moins prévisible "intériorité citoyenne et connaissance de soi" ...

 

http://nonviolence.fr/IMG/jpg/forum_2006_web.jpg

Le programme « Diventemu artigiani di a No-Viulenza », fort de multiples soutiens associatifs et institutionnels en Corse et sur le continent, poursuit et intensifie ses actions avec des formations dans les établissements scolaires insulaires . La seconde phase d'un cycle de formation qui a débuté en octobre 2013 a vu la qualification de formateurs corses en Non-Violence dès 2014. Tout au long de l'année, des journées de formations et d'initiations à la Non-Violence seront proposées dans l'île.

 

Cette entreprise de propagande qui aurait déjà touché plusieurs milliers de personnes bénéficie du soutien du Conseil Economique et Social Européen, un organisme consultatif destiné à donner une apparence démocratique à la dictature libérale mise en place par l'UE. Sont principalement visés par ce programme les jeunes scolarisés, à qui Bernardini et ses sponsors viennent expliquer que l'emploi de la force ne saurait être un moyen légitime de défendre leurs aspirations, leurs intérêts politiques et collectifs. Un discours auquel il faut espérer que les jeunes répondent par une question simple : que serait il advenu de la Corse, de son littoral, de son environnement, de son peuple sans l'emploi de la "violence politique" ?

 

 Ou bien cette autre, connexe : quel peut être l'avenir de ce peuple si le principe de la démocratie mondialiste "un homme une voix" , imposé par la République Française n'est pas remis en cause au vu de la politique de colonisation de peuplement qui tend à rendre les Corses minoritaires sur leur propre terre ?

 

      GHJ. F. Bernardini et l'Education Nationale Française veulent "reprogrammer" la jeunesse corse

http://www.corsenetinfos.fr/photo/gal/pic/gal-2141811.jpg

 

Si les méthodes de la lutte armée pratiquées jusqu'ici peuvent ( et doivent ) être remises en questions au profit de modes d'action plus adaptés à notre époque ( occupations temporaires ou permanentes, par des familles précaires, de résidences secondaires appartenant à des colons sur le modèle de "l'affaire Clavier" par exemple ), instituer la non-violence en absolu s'apparente à une entreprise d'intoxication relevant des méthodes de la guerre psychologique. Les modes d'action mis en pratique en leurs temps par Gandhi ou les militants du Larzac ne peuvent constituer qu'une stratégie adaptée à certaines situations politiques, historiques ou géographiques contingentes et ne sauraient être érigés en principe permanent et intangible, notamment chez les Corses, peuple de tradition éminemment guerrière.

 

Sur le plan privé, la maîtrise et la canalisation de la violence ne peuvent être dissociées  d'un modèle de société traditionnel fondé sur la discipline, le sens du devoir, le controle des désirs et des pulsions, le respect des hiérarchies naturelles, des valeurs familiales et communautaires, le refus de l'individualisme, du matérialisme, du culte de l'argent, etc. Des conceptions totalement antagonistes au libéralisme et aux pseudos-valeurs prônées par les tenants de la "société ouverte" qui contrôlent l'UE, la République , l'Education Nationale Française et parrainent Bernardini et ses initiatives.

 

Programmes "abcd de l'égalité" ( succédané de la  théorie du genre ), "No-viulenza", la jeunesse corse semble constituer un cible prioritaire de l'entreprise de déconstruction, de reconditionnement et de normalisation menée par le Système. Un travail de sape pernicieux, destiné à annihiler à moyen terme "l'esse corsu" et par voie de conséquence, le mouvement national qui l'incarne politiquement.

 

a Squadra

 

 

Sur l'ami Ghjuvan Francescu Bernardini, à lire également : 

 

 

  http://corsicapatrianostra.over-blog.com/article-ghj-f-bernardini-umane-e-universal-107914981.html

Partager cet article