Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 Les  derniers propos  du préfet Mirmand concernant la question Corse continuent de susciter de vives réactions dans le landernau politico-médiatique insulaire alors même que le fonctionnaire colonial n'a fait que rappeler une évidence : la défense des intérêts collectifs du peuple Corse, la mise en oeuvre des conditions de sa survie sont incompatibles avec les valeurs et principes de la République Française. Une clarification mettant un terme on l'espère définitif aux illusions du "dialogue avec Paris" , du partenariat avec l'Etat et d'une réelle "gouvernance" de la Corse par la C.T.C., qui depuis une décennie constituent l'axe principal de la politique des formations nationalistes. Une orientation fondamentalement réformiste même si appuyée par une résistance quotidienne  entrainant une répression massive de l'état.

C'est en effet à l'occasion des élections territoriales de 2004 et de la démarche "Unione Naziunale" que le témoin du leadership nationaliste, jusqu'alors détenu par le courant indépendantiste, fut transmis aux formations autonomodérées qui depuis dictent la conduite générale du courant national.

 

Le groupe de réflexion PER  L'INDIPENDENZA  appelle à un changement d'orientation politique basé sur le principe de l'auto-émancipation du peuple et du refus de cautionner les institutions de l'occupant. Dans ce cadre là et dans un premier temps, Il propose à tous ceux qui se réclament de la Nation Corse d'articuler leur action sur la question de la spéculation immobilière et de la spoliation de notre peuple autour de la "loi pour la sauvegarde du patrimoine foncier et immobilier", élaborée en 2001 par la Cunsulta Naziunale dans une optique de rupture avec l'idéologie libérale dominante, d'oeuvrer à la populariser en Corse même et lui donner une résonance internationale pouvant susciter un large courant de sympathie et de soutien à la lutte nationale Corse. Des réunions publiques sont prévues au cours des mois à venir, destinées à relancer une lutte idéologique  frontale face à l'illusoire tentation du ralliement à un Système global exclusivement voué à la mort des peuples historiques d'Europe .

 

A Squadra

 

En décembre 2007, les comités locaux de la CUNSULTA NAZIUNALE engageaient une première démarche créatrice de "légalité Corse" .

 

 

 

 

 

 

 

La "loi sur la sauvegarde du patrimoine foncier et immobilier"  élaborée par l'Assemblée Nationale Provisoire :

 

" Le patrimoine national du peuple Corse comprend tout le patrimoine foncier et bati à l'exclusion des propriétés privées à usage personnel. Cependant les transactions concernant les propriétés privées devront ce faire prioritairement pour satisfaire les besoins en logement des personnes installées en Corse et qui se reconnaissent dans le peuple Corse.

 

Cette reconnaissance se traduit par la demande d'accession à la nationalité Corse dans les conditions prévues pour l'obtention de la carte nationale d'identitée délivrée par la Cunsulta Naziunale.

 

Par ailleurs, est d'ores et déjà considérée comme illégale toute vente à des privés de biens appartenant à des collectivités ( communes, CTC, Etat, Eglise ).

 

A compter de ce jour, 14 juillet 2011, la Cunsulta Naziunale reconnait comme seules légitimes et légales les acquisitions immobilières réalisées par les résidents qui auront fait ou feront leur demande pour obtenir la nationalité Corse dans le cadre du processus d'accession à l'Indépendance. Les biens fonciers ou immobiliers nationalisés tomberont dans le domaine public et seront consacrés prioritairement aux besoins sociaux du peuple Corse ( logement, production agricole etc..).

 

CUNSULTA NAZIUNALE,  14 juillet 2011

Partager cet article